Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Inquiétude sur fond de stockage des déchets nucléaires
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Inquiétude sur fond de stockage des déchets nucléaires

Ce matin, Greenpeace a investi le Centre de Stockage de la Manche (CSM) pour dénoncer le stockage illégal de déchets nucléaires étrangers, en France. Des militants représentant les différents pays d’origine des déchets (Allemagne, Japon, Suisse, Belgique, Pays-Bas) ont creusé symboliquement la pelouse du centre pour récupérer les déchets stockés sur le site, avant d’être interpellés par la Gendarmerie.

Bien que la loi française interdise depuis 1991 le stockage des déchets étrangers, selon un rapport que vient de rendre public l’ACRO, plus de 10 % des déchets présents sur le site du CSM seraient d’origine étrangère. Une situation autant illégale que scandaleuse, selon les auteurs du rapport, puisque les éléments radioactifs à vie longue et les toxiques chimiques qu’ils contiennent, font de ce lieu une zone non banalisable et présente pour l’éternité.

Dans le même temps, Greenpeace a assigné la Cogema, gestionnaire de l’usine de retraitement de déchets nucléaires de la Hague, au tribunal de Grande Instance de Cherbourg pour stockage illégal de déchets nucléaires d’origine hollandaise. Cette assignation fait suite à une première démarche qui avait vu ce tribunal ordonner à la Cogema de communiquer le contrat concernant l’importation de déchets nucléaires ; or, certains articles du dit contrat prévoiraient même expressément de fournir des prestations de stockage…

Ces deux actions prennent place à la veille du vote par le Sénat d’une loi sur la gestion des déchets nucléaires qui, selon Greenpeace, s’apprête à confirmer le statut de poubelle nucléaire internationale de la France.

Suite à des incidents à répétition, les nappes phréatiques et de nombreux exutoires sont fortement contaminés en tritium. Pour autant, la situation pourrait s’aggraver à long terme car les emballages des déchets les plus anciens, qui contiennent aussi les éléments les plus nocifs, ne sont pas garantis sur de si longues périodes. Le stockage ayant précédé la réglementation, les premiers déchets ont été mis à même la terre, puis dans des tranchées bétonnées, régulièrement inondées. Certains de ces ouvrages ont été démantelés, d’autres sont encore là, à la crête des nappes phréatiques. Si la mise en place d’une législation de plus en plus contraignante a permis d’améliorer les choses, le CSM se « vide » encore de nos jours, de son tritium par des voies naturelles. Selon l’ACRO, en 2005, la pollution n’a pas encore disparu, avec une contamination des eaux souterraines contrôlées qui peut encore atteindre 190 000 Bq/L (OMS considère que les eaux destinées à la consommation humaine ne devraient pas avoir une teneur en tritium supérieure à 7 800 Bq/L, l’Europe fixant un objectif de 100 Bq/L).

Plus inquiétant encore, 20 % des aquifères contaminés ne témoignent pas de la diminution attendue si on conjugue la décroissance radioactive au renouvellement des eaux, certains tendant même à augmenter.

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
41

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS