Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Greenpeace dénonce le boom de l’huile de palme
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Greenpeace dénonce le boom de l’huile de palme

Le palmier à huile est un végétal d’origine africaine, il fut importé en Asie du Sud-Est (Malaisie puis Indonésie) à la fin du XIXe siècle. Utilisé initialement de façon artisanale pour la richesse de la teneur en huile de ses fruits, sa culture s’est intensifiée dans les années 1960 pour répondre à la demande de l’industrie agroalimentaire.

Jusqu’à ces dernières années, le fruit du palmier à Huile était utilisé pour en tirer trois types de produits :

- l’huile de palme, extraite de la pulpe, elle entre dans la composition de produits tels le chocolat, la margarine, les pâtes…

- l’huile de palmiste, extraite de l’amande du fruit, utilisée pour l’huile de cuisson, les cosmétiques, les savons…

- une forme de tourteau, fabriquée par pressage des restes de graines et utilisée en alimentation pour le bétail ou sous forme de compost.

Depuis quelques années, un autre débouché industriel est venu s’ajouter à la pression croissante de l’industrie agroalimentaire ; la transformation de l’huile de palme en carburant pour le secteur des transports.

A quelques jours de la nième conférence internationale sur le changement climatique à Bali, Greenpeace vient de sortir un rapport accablant intitulé « Cooking the climate ». Ce rapport met en lumière la destruction à grande échelle des espaces forestiers indonésiens au profit des cultures intensives de palmiers à huile. Dans ce document, l’ONG dénonce nommément l’action de certains grands groupes industriels : ‘Nous accusons de grandes multinationales comme Unilever, Nestlé et Procter & Gamble de fermer délibérément les yeux sur la destruction des tourbières et d’aggraver ainsi le réchauffement de la planète pour bénéficier d’huile de palme à bon marché !’. Les zones subissant la déforestation en Indonésie sont essentiellement les tourbières riches en biodiversité et réputées pour être parmi les plus efficaces puits de carbone de la planète.

D’après le rapport, des projets d’expansion sont en cours sur plus de 3 millions d’hectares en Indonésie dans la province de Riau, sur l’île de Sumatra. La superficie totale des tourbières de Riau est de 4 millions d’hectares, cette étendue stocke à elle seule l’équivalent en carbone d’un an d’émission des activités humaines. Selon Greenpeace, pour répondre aux besoins croissants du marché des agro-carburants et notamment aux objectifs européens en la matière, il faudrait détruire 15 millions d’hectares de forêts supplémentaires pour mettre en place des cultures de palmiers à huile.

Par ce rapport Greenpeace souhaite interpeller les gouvernements sur les dangers du recours aux agro-carburants. Selon Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêt à Greenpeace France,?’Sans l’instauration de sérieux garde fous, nos gouvernements vont contribuer à détruire les forêts tropicales et à accroître les émissions de gaz carbonique… au nom de la protection du climat ! Le soutien européen aux agro-carburants de 1re génération doit être de toute urgence repensé !’.

Michel Sage

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 21 novembre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
leica
24 novembre 2007 - 0 h 00 min

Bien entendu, je suis d’accord avec vous, de plus
J’aimerai attirer votre attention sur l’extrême dangerosité de tout ces produits de toutes sortes
ayant dans le descriptif, de l’huile de palme HYDROGÉNÉE, ou pire semis-HYDROGÉNÉE qui comme vous le savez sont mis à l’index par les spécialistes comme source de problèmes cardiologiques graves.


omsb
25 novembre 2007 - 0 h 00 min

Cette huile est une catastrophe à plusieurs points de vue: motif d’expulsions sanglantes en Colombie dans le Choco des paysans par les militaires et paramilitaires, de spoliations de biens d’usurpations de terres et autres joyeusetés, cette huile est en plus une des rares huiles végétales à chaîne fermée, donc indigeste, autant que des graisses animales, or si on regarde un peu les étiquettes des produits, toutes les conserves les moins chères ne ont, tous les laits dits « maternisés » en poudre pour biberons en ont, toutes les margarines etc. On empoisonne la population, on défonce la nature et ses habitants, quel paysage!


philou
27 novembre 2007 - 0 h 00 min

Nous prenons des décisions dans les pays du Nord et des gens s’organisent, de l’industriel au paysan respectueux de son environnement, puis nous condamnons tout le secteur qui est jugé dangereux puisque nous avons mal jugé des impacts de nos décisions. Et qui trinque, nous?

OK, il y a urgence écologique en Indonésie, et il faut agir. En Colombie, le secteur est source de misère environnementale et humaine, et dans de nombreux pays l’agroindustrie se l’est accaparée. Il faut freiner les appétits des banques, réorienter les débats. Pourtant, comme dans tous les secteurs, de petites initiatives, justes, existent. Des villages entiers en dépendent, j’en connais un. Il faut réorienter nos choix de consommation par rapport à l’huile de palme. Mais condamner le secteur entier serait une erreur. Choisir les entreprises respectueuses ayant fait ce pari et pouvant offrir une traçabilité serait une décision plus juste. Rappelons que cette culture résiste bien aux maladies et peut être très peu traitée, elle est très productrice de main d’oeuvre dans les campagnes, lorsque gérée de manière juste. Exemple de la coopérative de palme africaine à Coopesilencio, au Costa Rica : http://www.geocities.com/coopesilencio/albergue/photo-palma.htm


jean-luc
3 décembre 2007 - 0 h 00 min

Nos responsables politiques ne sont pas libres face aux grands groupes et aux financiers. C’est pourquoi ils ne prennent que quelques mesurettes qui ne nuiront jamais à ceux la. De tout temps, c’est la populasse en avant, et eux derrière, au chaud bien au sec. Même si de nombreux savants prouvent que c’est un très-très mauvais choix que de développer les Bio-carburants, ce sont encore ces mêmes grands groupes et financiers qui battent la mesure au tempo de leur avidité sans fin, et sans mesurette. Quand à la redistribution … restera l’huile de coude, enfin pour ceux qui en auront encore la force.
Bonne journée quand même.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
59

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS