Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Greenpeace cesse l’occupation du chantier de construction de l’EPR
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Greenpeace cesse l’occupation du chantier de construction de l’EPR

Le site de construction du futur réacteur nucléaire EPR, à Flamanville en Normandie, était encore, aujourd’hui occupé par des membres de Greenpeace. Aussi, 30 heures après le début du blocage du chantier, EDF a assigné Greenpeace en référé.

La décision de justice n’a pas été longue à tomber. Le juge du tribunal de Grande Instance de Cherbourg a condamné Greenpeace à 45 000 euros d’amendes par individus sur le chantier et par infractions constatées, si l’occupation n’est pas levée. Face à ces injonctions, Greenpeace a décidé de mettre fin à son action.

Par ailleurs, le juge a pris soin de prévenir toute action future en assortissant sa décision d’une injonction jusqu’à la fin des travaux de l’EPR. En clair, si Greenpeace décide de réitérer une action sur le chantier, pour chaque militant et pour chaque infraction constatée, l’association écologiste devra payer 45 000 euros.

Rappelons qu’hier, en fin de journée, Ségolène Royal s’est engagée à abroger le décret d’autorisation de l’EPR, adopté quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle. A l’inverse, Nicolas Sarkozy, qui s’est déclaré à plusieurs reprises en faveur d’une relance du programme nucléaire civil français, n’aurait toujours pas apporté de précisions sur ce qu’il comptait faire face à ce décret.

Pour Yannick Jadot, directeur des campagnes de Greenpeace, ‘L’EPR est devenu un des enjeux de la campagne électorale. Il bloque toute possibilité d’une politique énergétique alternative fondée sur la sobriété et le développement des énergies renouvelables, seule solution efficace aux changements climatique.’

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 27 avril 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
26

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS