Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Energie : éolien et hydraulique, le couple d’avenir
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Energie : éolien et hydraulique, le couple d’avenir

L’énergie éolienne a de nombreux avantages mais elle dépend du vent, une ressource aléatoire. Or nos besoins énergétiques sont réguliers et les fluctuations de la production d’électricité d’origine éolienne sont un véritable casse-tête pour un approvisionnement stable et fiable du réseau électrique. Ainsi, lorsque les éoliennes produisent peu, ou sont à l’arrêt faute de vent, pour répondre à la demande les fournisseurs d’électricité sont obligés de recourir aux centrales thermiques (gaz, fioul ou charbon), fortement émettrices de gaz à effet de serre. A l’inverse, quand les conditions de vent sont idéales, les éoliennes injectent parfois trop d’électricité, avec pour conséquence une situation également difficile à gérer.

De la même manière, mais dans des proportions moindres, l’énergie hydraulique présente également une production aléatoire et des problèmes identiques, puisque dépendante de la ressource en eau.

De ce fait, ces 2 énergies, dites ‘dépendantes’, doivent être obligatoirement adossées à une autre source d’énergie électrique. Partant de ce principe, divers pôles de production jouxtent ces 2 énergies pour niveler leur manque de régularité. Le principal exemple se trouve actuellement au Danemark, où le réseau électrique s’ouvre à la production hydroélectrique norvégienne, lorsque l’important parc éolien du pays est à l’arrêt faute de vent.

Aujourd’hui, Leif-Erik Langhans, de la Ruhr-Universitat de Bochum pense que l’on peut aller encore plus loin dans le couplage de ces 2 modes, en recourant aux centrales hydrauliques à réserve pompée (1). Déjà développé à dose homéopathique en Grèce, au Portugal, au Mexique et en Allemagne, le principe est de se servir du surplus de production éolien pour remplir les bassins d’alimentation des centrales hydrauliques à réserve pompée, et d’utiliser ces dernières, durant les périodes sans vent, en relâchant l’eau à travers une turbine productrice d’électricité.

Avec une généralisation de ce système dans les zones qui s’y prêtent, selon L-E Langhans, on pourrait diminuer de 90 % en été (78 % en hiver) le recours aux centrales thermiques pour compenser les irrégularités de la production éolienne. Un concept qui a d’ores et déjà séduit les marocains puisque leur futur parc d’éoliennes devrait être adossé à des stations de turbinage/pompage.

Pascal Farcy
1- Centrale hydraulique située entre un réservoir supérieur et un réservoir inférieur. En production, elle fonctionne comme une centrale hydroélectrique classique en utilisant l’énergie de l’eau, qui s’écoule du réservoir supérieur vers le réservoir inférieur, en passant au travers de turbines productrices d’électricité. Dans sa phase de pompage, durant les heures de faible demande électrique, elle pompe l’eau du réservoir inférieur vers le supérieur.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1315

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS