Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Elgin, ou quand le Puits de l’enfer se referme sur Total
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  4. Innovation et tradition pour un revêtement ...
  5. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Elgin, ou quand le Puits de l’enfer se referme sur Total

C’est dimanche, durant des opérations pour abandonner l’un des seize puits producteurs de la plate-forme Elgin (1), qu’une importante fuite de gaz s’est produite sur ce site producteur à la fois de gaz naturel et d’hydrocarbures liquides. Si au niveau humain, la plate-forme a été rapidement évacuée face au risque d’explosion (ce qui est exceptionnel dans le milieu pétrolier), au niveau environnemental une nappe d’hydrocrabures d’environ 12 km2 s’est progressivement formée. Composée d’un condensat léger, elle devrait toutefois s’évaporer ‘naturellement’ de la surface de l’eau, selon Total, l’exploitant du site.

Aujourd’hui, trois jours après l’accident, les causes de ce dernier demeurent toujours inconnues, tout comme le(s) lieu(x) précis de(s) fuite(s). Il est vrai que l’exploitation du site représente un défi technique que Total a jugé bon de relever dès 2001. En effet, bien que cette plate-forme ne soit pas située dans une zone maritime de grande profondeur (le fond de la mer est situé à 93 m), les gisements se trouvent à quelque 5 300 m sous le plancher marin, dans une zone de fortes pressions (1 100 bars) et de hautes températures (200 degrés Celsius). Si les caractéristiques des gisements exploités par Elgin en font ‘des sortes de gigantesques cocotte-minute’ de l’aveu même de Total, d’autres qualifient le site de ‘Puits de l’enfer’.

Si dans un premier temps, des fuites au niveau de la nappe souterraine ont été avancées comme plausibles, ce jour, un porte-parole de Total a déclaré que la fuite pourrait provenir de la partie de la plate-forme située au-dessus du niveau de la mer, et non pas des profondeurs, ce qui devrait rendre potentiellement plus faciles les opérations de réparation.

Toutefois, même si ce positionnement de la fuite devait s’avérer exact, cela ne bloque pas la possibilité de voir Elgin exploser. Reconnu par le ‘directeur de la santé, la sécurité et l’environnement’ chez Total, ce risque tient au fait qu’une torchère est toujours allumée dans la partie haute de la plate-forme, alors que le gaz est évidemment inflammable. Aussi, même si l’alimentation électrique du site a été coupée pour minimiser le risque d’étincelle, il est évident que le risque est bien réel. En fait, s’il n’y a pas eu d’explosion pour le moment, c’est très vraisemblablement à mettre au crédit du vent actuellement actif sur la zone. Faute de vent, le gaz qui s’échappe au niveau de la mer s’élèverait jusqu’à la flamme de la torchère avec les conséquences que l’on imagine. A ce titre, Total cherche évidemment à éteindre cette torchère avant toute autre action, mais l’opération est d’autant plus délicate que personne ne peut théoriquement s’approcher de la plateforme pour y travailler avant que la torchère soit paradoxalement éteinte …

En conséquence, malgré une communication qui tend à minimiser la complexité et gravité du problème, Total doit faire face à une situation exceptionnelle et, pour le moment, hors de contrôle. Une position qui commence, accessoirement, à lui coûter cher en bourse avec plusieurs milliards d’euros de valeur d’ores et déjà perdus !

Enfin, alors que le groupe pétrolier tient son rôle avec l’éternel discours bien ‘huilé’ qui prévaut dans ce genre de situation de crise, lequel veut que toutes les mesures nécessaires soient prises pour gérer de façon appropriée la situation et minimiser son impact, l’ancienne ministre de l’environnement, Corinne Lepage, apporte une vision différente. Elle considère en effet que cet accident ‘… est une nouvelle illustration que l’exploitation des hydrocarbures s’opère dans des conditions de plus en plus extrêmes.’ A ce titre, pour elle, la législation européenne en cours de négociation sur le sujet, ‘… doit impérativement conduire à un renforcement des normes existantes, en particulier pour garantir une responsabilité financière pleine et entière des opérateurs impliqués dans les accidents.’

Pascal Farcy
1- La plate-forme Elgin est situé à 240 km à l’Est des côtes écossaises, en mer du Nord.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 mars 2012 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
dautreville
29 mars 2012 - 0 h 00 min

le discourd des industries à risques c’est surtout « nous sommes assis sur un tonneau de nitroglycerine » mais ne vous en faites pas rien ne peux arriver et de toutes façon si cela saute vous sauterez avec nous… enfin nous nous serons loin !!!!!


opaque
1 avril 2012 - 0 h 00 min

TATOL a décidé d’envoyer le capitaine Haddock, Tintin et Milou dans leur sous marin jaune en forme de requin, pour colmater la fuite. Le monstre des abysses, un dénommé Picsou, les attends de pied ferme…






à lire aussi
     
Flux RSS