Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » EDF fait du lobbying anti-éolien au Royaume-Uni
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






EDF fait du lobbying anti-éolien au Royaume-Uni

EDF s’est porté acquéreur de son homologue britannique à la fin de l’année 2008. Ce faisant, le géant électrique français a pris pied dans un pays où la production d’électricité est essentiellement assurée par des centrales au gaz (40%), au charbon (33 %) et nucléaires (20%). Or, la composition de ce mixte énergétique n’est pas pour aider la Grande-Bretagne à remplir ses objectifs en terme d’émission de CO2, ni à parvenir à une relative indépendance en matière d’électricité (1). Face à cette situation, et s’appuyant sur le premier gisement éolien d’Europe, le gouvernement britannique s’est donné comme objectif de parvenir à 35 % d’électricité produite à partir de sources renouvelables d’ici à 2020, tout en développant la part du nucléaire. C’est ainsi que EDF prévoit de construire 2 à 4 EPR au Royaume-Uni.

Néanmoins, il faut croire que ce n’est pas suffisant, puisque dans le cadre d’une consultation nationale sur les renouvelables, EDF et l’électricien allemand E.ON se sont attaqués à l’objectif ambitieux d’énergies renouvelables du gouvernement britannique. En effet, les deux électriciens considèrent qu’un développement massif d’une production intermittente nécessitera la construction d’une capacité quasiment équivalente de centrales thermiques (gaz, charbon ou fuel) pour palier les périodes de non-production. Un représentant d’E.on, qui exploite des parcs éoliens outre-manche, argumente à ce sujet en soulignant que pendant la vague de froid de janvier dernier, certains sites éoliens étaient à moins de 10% de leur capacité de production, quand la demande d’électricité était à son maximum… En conséquence, les deux groupes se prononcent pour un seuil maximal de 25 % d’énergie renouvelable dans le mix national.

Pascal Farcy
1- En 2007, sur les 92 Milliards de M3 de gaz consommés, le Royaume-Uni en a produit 72 milliards (une valeur en fort déclin depuis 2000, ou elle a atteind son maximum avec 108,4 milliards de M3). La situation en matière de charbon est encore moins favorable avec la consommation  de 42 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) en 2007, pour une production de 10 millions de tep.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 mars 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Anibé
21 mars 2009 - 0 h 00 min

Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage
Quand on veut démolir un gosse, on dit: tu finiras sur l’échafaud
Quand on veut démolir les énergies renouvelables (et non polluantes), on dit: y z’y arriveront pas!!!

C’est simple: pour ne pas permettre qu’une technologie prouve ses capacités, il suffit de l’étrangler, de ne pas lui donner de moyens financiers, et de pratiquer un lobbying destructeur auprès des politiques (qui sont prêts à avaler n’importe quelle couleuvre pourvu qu’on leur promette un soutien sans faille)

Ça fait des DIZAINES D’ANNÉES que ça dure. Quand est-ce qu’on se décide à «mettre un GRAND coup de pied dans la fourmilière» des lobbys du pognon???


florax31
22 mars 2009 - 0 h 00 min

Mais aussi, on ne veut pas entendre des vérités. Quand il n’y a pas de vent ou de soleil, il faut bien compenser le manque de production(l’électricité ne se stockant pas)…. Il y a bien une autre solution plus radicale couper le courant…. adieu à l’obligation de desserte !!!


opaque
27 mars 2009 - 0 h 00 min

pourquoi faut il bien compenser le manque de production ? pour continuer à éclairer débilement nos villes en faisant tourner à plein régime 2 centrales nucléaires? pour chauffer nos millions de maisons en cairons naturels et laine de verre de pays ? pour rouler sur les rocades de la sainte croissance dans notre future auto électrique indispensable pour aller bosser? pour manger des fraises génétiquement mortifiées en hiver?
quelle différence entre le pétrole,le charbon, le gaz et l’uranium,? ils sont gaspillés,et sont périssables à court terme(un siècle, c’est du court terme)
il me semble urgent de penser autrement qu’en se demandant comment faire pour que la société dans laquelle on surnage comme le lard dans le gras du bouillon, continue de nous réchauffer avant que le bon dieu ne nous mange…
les milliards investis à faire tourner la machine coute que coute avec nos sytèmes de production d’énergie obsolètes n’empecherons pas l’émergence au forceps des énergies renouvelables et de nouvelles définitions des besoins partagés par tous.
Mais sans doute il sera trop tard pour le faire en douceur.
les négawatts finiront par être enseignés à l’école, en Afrique comme en chine ou en Europe, dont le niveau de vie aura baissé comme celui de l’eau dans la casserolle à force de chauffer trop fort: mais cela permettra d’y faire cuire ,sur une chaufferette solaire,des pâtes à l’épeautre cultivé sans pesticides, ce qui est bien meilleur que le bouillon,surtout quand l’eau de celui ci est polluée.
le nucléaire et sa sorcière sur son balai de VRP pourront alors toujours repartir pour pluton,pour voir si la vérité est ailleurs …



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
57

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS