Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Drones et centrales nucléaires : Greenpeace s’interroge et s’inquiète
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Drones et centrales nucléaires : Greenpeace s’interroge et s’inquiète

site de la Hague

Site de La Hague – Piscine Source Greenpeace

Pour l’instant le mystère des survols de certains sites nucléaires par des drones reste entier. Mise à part l’interpellation de trois personnes aux abords de la centrale Belleville-sur-Loire dans le Cher, personnes qui ne semblent pas être liées à la vague de survols, aucune piste officielle n’est pour le moment évoquée par les pouvoirs publics.

 Greenpeace, coutumière des actions spectaculaires, notamment avec des actions de pénétration de certains sites nucléaires, a démenti fin octobre toute implication à ces survols. A cette occasion, Yannick Rousselet, Chargé de campagne nucléaire à Greenpeace a rappelé que : « Greenpeace agit à visage découvert et revendique ses actes. Ce fut le cas en 2012 lors, successivement, d’un survol de La Hague par un drone ou de la centrale du Bugey par un paramoteur. ». Dans ce même communiqué, Greenpeace fait état de son inquiétude en mentionnant que le même jour, plusieurs centrales, très éloignées les unes des autres, ont été survolées, ce qui suggère un certain niveau d’organisation et de logistique.

 Lors d’un autre communiqué, l’ONG s’inquiète de la vulnérabilité de certaines installations qui composent les sites nucléaires. Ce communiqué est une réponse directe à la Ministre de l’écologie Ségolène Royal qui a récemment déclaré qu’elle « ne laissera quiconque porter atteinte à la réputation de sûreté de nos centrales nucléaires ». Ainsi, Greenpeace met l’accent sur la vulnérabilité du système des piscines de désactivation. Ces piscines peuvent renfermer plusieurs centaines de tonnes de combustibles usés dans différents états de désintégration radioactive. Toujours selon Greenpeace, alors que les cœurs des centrales doivent répondre à des normes de sécurité vis à vis des chutes d’engins volants, ces normes ne s’appliquent pas aux piscines d’entreposage. En s’appuyant sur un rapport publié en 2012, Greenpeace précise qu’ « une chute aérienne pourrait couper la centrale des sources d’approvisionnement électrique situées à l’extérieur du site et, simultanément, empêcher les groupes électrogènes de secours sur le site de fonctionner. Dans une telle situation, la centrale devrait faire face à une coupure de courant prolongée, et le refroidissement du réacteur et des piscines de désactivation ne serait plus assuré. ».

 Actuellement, des drones de tailles moyennes sont capables de transporter des charges de quelques kilogrammes. En conclusion, Greenpeace a indiqué s’être rapprochée de l’Autorité de sûreté nucléaire, de la sécurité d’Areva et du Haut fonctionnaire de défense et de sécurité pour avoir des explications au sujet de ces survols.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Michel (voir la biographie)
le 13 novembre 2014 à 07:00

95 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
J-B
19 novembre 2014 - 18 h 03 min

Heureusement que Greenpeace maintient la pression auprès de l’autorité de sûreté nucléaire… notre devenir en dépend.


Raymond
22 novembre 2014 - 3 h 37 min

Plus dangereux qu’un drone, un pigeon djihadiste muni d’une ceinture d’explosifs !… Mais les gendarmes auraient (paraît-il) été autorisés à abattre les drones et seraient pour cela équipés de fusils de chasse… Les pigeons ne passeront pas !!! (ou alors à la casserole, avec des petits pois).



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
935

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS