Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Des truites et des saumons dans la Seine
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des truites et des saumons dans la Seine

Comme tous les fleuves, la Seine a fait l’objet de nombreux aménagements depuis le XIXe siècle, tant pour la production d’électricité, avec des barrages hydro-électriques, que pour contenir ses débordements et servir de réservoir d’eau pour l’agriculture. Ces aménagements sont des obstacles infranchissables pour les poissons migrateurs qui partagent leur vie entre rivière et mer à l’image des salmonidés : saumon, truite de mer et autres lamproies, qui se reproduisent en rivière et vivent en mer à l’inverse de l’anguille.

Jusqu’à son extension, le barrage de Poses, créé en 1885 sur la Seine, en Haute-Normandie, était dans ce cas de figure. Toutefois, lors de la construction, en 1991, d’une centrale hydro-électrique au niveau du barrage de Poses, une passe à poissons a été installée pour répondre à la loi sur la pêche de 1984 qui impose à tous les barrages, installés sur des cours d’eau fréquentés par les poissons migrateurs, de mettre en place des dispositifs permettant aux poissons de les franchir ‘librement’.

Ce dispositif a été complété par l’installation d’une chambre d’observation, puis très récemment par un système de vidéo-comptage des mouvements des poissons. Avec ce procédé, plusieurs saumons et truites de mer ont pu être repérés et filmés depuis le 20 octobre dernier, prouvant ainsi que ces espèces remontent la Seine sur une distance de plus de 150 km.

Même si de nombreux efforts restent encore à réaliser pour atteindre le bon état écologique imposé par l’Europe, la présence de ces espèces migratrices atteste d’une amélioration de la qualité des eaux de la Seine.

Alex Belvoit
1- La chambre d’observation est ouverte au public du début du printemps à la fin août, sachant que la meilleure période pour y observer les poissons migrateurs est avril-mai, lors de l’arrivée des reproducteurs. Les mois d’été, trop chauds, ne favorisent pas la migration.

Pour plus d’info : tél. : 02 32 59 13 13

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 11 novembre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
pecheur30
17 novembre 2007 - 0 h 00 min

Il est difficile de croire que des truites et des saumons puissent « remonter »la Seine alors que nous sommes informés de par ailleurs qu’il y aurait une « contamination des mollusques aux PCB en baie de Seine »
Huîtres et moules de la baie de Seine très fortement contaminés. L’Ifremer a constaté une contamination par le PCB des moules de la baie de Seine 17 fois supérieure à la médiane de la façade.
Les données sont issues du Réseau national d’observation (RNO) géré par l’IFREMER. Elles concernent la contamination des moules et des huîtres par le congénère PCB 153.
Un graphique explicatif présente la médiane des observations sur la période 2000-2004 exprimée par rapport au poids sec. Ce graphique indique la forte contamination de l’estuaire de la Seine. En effet, la médiane des concentrations observées y atteint 17 fois la médiane de la façade pour les moules. La médiane représente la valeur de part et d’autre de laquelle se répartissent également les valeurs d’une population. A noter qu’il n’existe pas de normes environnementales pour les moules et les huîtres, seulement des recommandations (OSPAR) pour les moules (soit de 0,005 à 0.05 mg/kg de matière sèche pour les PCB totaux).
http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/annexe_pcb_internet.pdf
La question est donc la suivante : Qui faut-il croire ?
Pour les courageux, ou les septiques, vous pouvez consulter le rapport 2007 de l’Ifremer


tseparis
18 novembre 2007 - 0 h 00 min

Il n’y a pas qu’en baie de Seine que les poissons sont contaminés et il n’est pas du tout exclu que ces truites et saumons le soient complètement eux aussi.
Pauvres bêtes innocentes empoisonnées par l’homme.


simon34
10 décembre 2007 - 0 h 00 min

La Risle, qui se jette dans la Seine juste avant son embouchure, est une rivière à truites et à saumons. L’Eure, l’Andelle et l’Epte sont des rivières à truite (et peut-être à Saumon pour l’Andelle ?). Les deux premières se jettent dans la Seine quasiment au pied du barrage, la dernière en amont.

Il n’est donc pas étonnant que des saumons et des truites tentent de passer le barrage de Poses (intentionnellement ou non), il se peut même que ce soit le cas depuis la construction de la passe à poissons en 1991 ! ça ne signifie ni que des truites et saumons survivent dans la Seine jusqu’à Paris (!) et encore moins qu’ils réussissent à aller se reproduire dans le haut bassin de la Seine à quelques centaines de kilomètres…

L’évènement paraît donc moins dans cette observation que dans la mise en place du système de comptage. On peut se demander, d’ailleurs, comment il se fait que ce type de système n’ait pas été mise en place depuis longtemps, et ne soit pas généralisé à tous les grands barrages de France…

Simon



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
542

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS