Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Des inquiétudes sur l’accident nucléaire en Slovénie
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des inquiétudes sur l’accident nucléaire en Slovénie

Hier, à 15 heures, sur l’unique réacteur nucléaire que compte la Slovénie, celui de la centrale de Krsko, les techniciens ont détecté une fuite au niveau du circuit de refroidissement primaire. Tandis que le réacteur fonctionnait à pleine puissance, ils ont procédé à son arrêt ‘manuellement’. Si pour le moment aucune communication n’a été faite sur le volume de la fuite, due à un joint défaillant d’une pompe, les autorités ont annoncé qu’il n’y avait eu aucune contamination de l’environnement, l’eau du circuit de refroidissement étant restée dans l’enceinte de confinement prévue à cet effet.

Alors que la mise en place d’une organisation d’urgence n’a pas été jugée nécessaire, selon l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) française la réparation nécessitera plusieurs jours, durant lesquels le réacteur sera à l’arrêt faute de refroidissement.



La fuite à la centrale nucléaire de Krsko, en Slovénie, a déclenché de nombreuses réactions au niveau européen.


Suite à cet incident, la Commission européenne a déclenché le système d’alerte européen, dit ECURIE, mis en place suite à la catastrophe de Tchernobyl pour informer les Etats membres sur les risques radioactifs. Néanmoins, la mise en œuvre de l’alerte a connu des ratés. La Slovénie a mis un laps de temps anormalement long pour prévenir les autorités européennes et l’agence internationale de l’énergie atomique, tandis qu’elle signalait un simple exercice à l’Autriche…

Toutefois, si pour l’Union Européenne et la Slovénie, la situation est sous contrôle, un réacteur nucléaire ne s’éteint pas comme une simple lampe, il faut continuer à le refroidir. Or, lorsque le système de refroidissement est défaillant les choses sont plus compliquées.

En effet, c’est la réaction en chaîne, la fission des atomes d’uranium qui génère la chaleur transmise à l’eau qui circule dans le circuit primaire en boucle fermée, lequel évite la surchauffe du cœur du réacteur et alimente en vapeur, via un échangeur, les turbines d’alimentation des alternateurs producteurs d’électricité.

En conséquence, une fuite sur le circuit de refroidissement primaire constitue le problème le plus grave qui puisse arriver sur un réacteur nucléaire. En mars 1979, c’est un problème similaire qui avait conduit à la fusion du cœur du réacteur de la centrale nucléaire américaine de Three Miles Island, conduisant les USA à stopper le développement de leur programme nucléaire.

Cet incident permet au Réseau ‘Sortir du nucléaire’ de rappeler que ‘l’industrie nucléaire fait courir en continu à l’ensemble de la population mondiale un risque incommensurable’. D’autre part, l’association souligne que ce réacteur, de part son principe de fonctionnement, est fortement comparable à 54 des 58 réacteurs nucléaires français.

Pascal Farcy
Photo © 2005 Nuklearna elektrarna Krsko

1- Construit par le constructeur américain Westinghouse, ce réacteur à eau sous pression, d’une puissance de 700 MW, est co-exploité par 2 sociétés : la slovène ELES-GEN et la croate HEP. Mis en service au début des années quatre-vingt, il devrait être arrêté début 2030…

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
capataz
5 juin 2008 - 0 h 00 min

Restons pragmatique ,comment peut on se protéger des retombées radioactives ?
On a encore un peu de temps pour chercher… mais pas trop quand même !


Cocaaladioxine
29 juin 2008 - 0 h 00 min

1. Les fuites primaires sont courantes dans les centrales, plusieurs systèmes de sureté sont prévus pour ce problèmes et sont redondants.
2. Une fuite au joints de pompe primaire sont par design (de ces meme joints) de petites fuites.
3. L’eau qui quitte le circuit primaire est réutilisée par les systemes de sureté (appelés Injection de Sureté) et récupérés à la base du batiment réacteur par des « puisards » prévu par cet effet. Il est donc dans l’intérêt du constructeur de faire un batiment etanche…
4. Si le reacteur ne s’éteind pas ‘comme une lampe’, c’est pourtant le cas de la reaction en chaine qui est facile à arrêter (Chute des barres et/ou injection de bore). Toutefois, une fois le réacteur arreté, il faut extraire la chaleur résiduelle(puissance) qui est de ~5% de la puissance nominale au premiers instants et chute rapidement dans un premier temps.
5. Une fuite au joints de pompes ne complique pas le refroidissement : en effet, par design, le refroidissement peut être assuré pour des fuites beaucoup plus sérieuse.
6. La communication dans les grosses sociétés est toujours un probleme… Certaines personnes ne suivent pas la voie « normale » et des informations tronquées ou déformées peuvent circuler. Parfois même au sein de la centrale, les « bruits » courent… Au final, les seules personnes vraiment au courant durant l’incident sont les pilotes, et ils ont autre chose à faire que de téléphoner en Autriche.
7. Finalement : la gravité de cette fuite primaire ne necessitait pas d’avertir le monde entier. Toutefois, une fuite de plus grande ampleur (type LOCA grande Breche) est un incident plus conséquent et potentiellement (je dis bien potentiellement) plus problématique.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
137

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS