Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Déficitaire en électricité, la Bretagne adopte EcoWatt pour éviter la panne
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Déficitaire en électricité, la Bretagne adopte EcoWatt pour éviter la panne

Afin d’éviter une saturation du réseau électrique breton et, par voie de conséquence, une panne qui pourrait priver d’énergie de nombreux foyers, le gestionnaire des lignes de transport d’électricité en France (RTE) a lancé le 12 novembre dernier l’opération EcoWatt. Hier, cette opération est rentrée dans une phase active avec la diffusion de la première alerte par SMS et mail, visant à réduire la consommation d’énergie entre 17 et 20 heures, la période des pics de consommation hivernaux.

Illustration ci-contre – La France compte 58 réacteurs nucléaires répartis sur 19 sites

Déclenchée par une prévision de température affichant 4° degrés de moins que les normales saisonnières, un signe annonciateur de consommations électriques élevées, cette première européenne n’aura toutefois pas été significative faute de volontaires. En effet, à l’heure actuelle, RTE ne revendique que 3 500 inscriptions, quand la Bretagne compte 1,8 million de foyer et qu’il en faudrait 100 000 pour être ‘tranquille’. Concrètement, hier (avant-hier pour les personnes inscrites par mail) les 3 500 volontaires ont reçu un message stipulant : ‘Des consommations importantes d’électricité sont prévues lundi 8 décembre, en Bretagne. Pour la sécurité d’approvisionnement de la région et pour limiter les émissions de CO2 pensons à modérer nos consommations d’électricité entre 17 heures et 20 heures’.

En recevant ce message, les foyers sont censés modérer leur consommation électrique pour, ainsi, permettre d’atténuer le pic de demande d’électricité. A cette fin, RTE recommande sur son site internet dédié (1), divers conseils à mettre en œuvre : éteindre la lumière et les radiateurs des pièces inoccupées, éteindre les appareils en veille inutilisés (ordinateurs, TV, hi-fi, lecteur DVD…), utiliser les lave-vaisselle, lave-linge et sèche-linge qu’après 20 heures.

Pour mémoire, alors que l’approvisionnement électrique de la France repose à 75 % sur le nucléaire, la Bretagne s’est toujours opposée au développement de cette énergie localement. En conséquence, aujourd’hui, son approvisionnement électrique repose en grande partie sur des sites de production qui ne sont pas sur son territoire. En effet, in situ, son seul site majeur de production électrique tient à la centrale thermique de Cordemais, mixte charbon et fioul. Accessoirement, la région compte sur des sites de production non régulière tels l’usine marémotrice de la Rance (240 MW), l’éolien (285 MW) et 5 turbines à combustion dans le Finistère (480 MW, utilisées principalement lors des périodes de pointe). Pour le reste, la région compte sur… les réacteurs nucléaires de ses voisines (Chinon, Flamanville et Civaux). Au final, l’alimentation électrique bretonne s’affiche comme la plus fragile de France, et fait figure ‘d’épine dans le pied’ du réseau français, pour ne pas dire européen.

Pascal Farcy

1- Inscription à l’opération sur EcoWatt en Bretagne.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Alain22
11 décembre 2008 - 0 h 00 min

Bel exemple de com’ de la part de RTE qui se sert d’une bonne idée pour tenter de justifier la construction d’une centrale fuel/gaz à Ploufragan, près de Saint-Brieuc, alors que votre article du 25/11 « Europe : La production électrique émet toujours plus de CO2″ démontre l’insanité d’un tel projet : http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3478

Pour en savoir plus sur les dessous de cette opération, voir le site du CURC 22 (Collectif Urgence Réchauffement Climatique) : http://centrale-ploufragan.org les articles :

- Petite animation pour mieux comprendre : http://centrale-ploufragan.org/spip.php?article12

- Ecowatt : Ce que RTE nous cache : http://centrale-ploufragan.org/spip.php?article2


oPENcOMPTE
11 décembre 2008 - 0 h 00 min

Soit, il faut alléger les lignes électriques bretonnes, mais cela ne permet-il pas à EDF d’exporter un peu plus d’électricité en Allemagne, ce grand pays écologiste déficitaire en électricité ?


laticia
12 décembre 2008 - 0 h 00 min

Hello,
Mais bon sang, je ne comprend pas. En effet, la Bretagne a ce merveilleux avantage des marées avec lesquelles ils vivent. Alors combien de temps leurs faudra-t-il pour réaliser grâce à leur entre-aide légendaire, une quantité d’hydro-éolienes qui leur permettra non seulement de subvenir à leur besoin mais aussi de revendre cette éléctricité à toute la France ? Encore un truc de politique mélé à des contrats financiers ? Peuple Breton, réveillez-vous ! Wallonne et surtout GAUMAISE passionnée par cette contrée, je sais qu’ils en sont capables.
S.V.P peuple Breton, AGISSEZ et cessez d’attendre quoi que ce soit des hauts responsables politiques. L’histoire a démontrer que c’est grâce au peuple que les chose bougent


jast35
18 décembre 2008 - 0 h 00 min

L’appel aux bonnes volontés, c’est bien, mais ça ne va pas très loin. C’est par la modulation des tarifs, en fonction de l’équilibre entre demande et production, qu’on pourra empêcher les pointes de consommation qui obligent au suréquipement. Cette modulation est indispensable avec les énergies renouvelables, à production intermittente. Or, le tarif EJP (Effacement des Jours de Pointe) n’est plus proposé par EDF. Allez comprendre pourquoi…


jlg47
21 décembre 2008 - 0 h 00 min

Lorsque l’on mesure que la radioactivité naturelle du massif armoricain est supérieur au site de la Hague pour son environnement, on ne comprends pas la réticence des bretons à une électricité sans CO2, mais nucléaire
Il faudrait aussi confier la production d’électricité à des société autre qu’EDF. Quant on voit avec quelle complexité ils interprètent le solaire, Il y a tout a craindre pour l’Hydrolien.


Anibé
31 décembre 2008 - 0 h 00 min

@ jlg47
Ben oui, tant qu’à faire, pourquoi pas en rajouter une louche??? :o D

@ laticia
eh oui, et ils ont aussi… du vent sur terre. Avant ils s’en servaient, ils avaient des moulins. Aujourd’hui, les éoliennes semblent écorcher les yeux des respectueux du paysage (préfèrent les centrales nucléaires, c’est vrai, plus élégant, avec le petit panache de vapeur au-dessus…) :o )



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2108

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS