Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Catastrophe de Fukushima : l’industrie nucléaire et les autorités mises en cause
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Catastrophe de Fukushima : l’industrie nucléaire et les autorités mises en cause

Suite au dramatique accident nucléaire de Fukushima, le 11 mars 2011, la Diète nationale japonaise (l’équivalent de l’assemblée nationale et du sénat) a mis en place une commission d‘enquête indépendante sur cette catastrophe en fin 2011. Contre toute attente, cette très officielle commission s’est livrée à une véritable enquête d’investigation, usant de la puissance parlementaire pour découvrir et révéler les pratiques et petits arrangements d’un secteur nucléaire surpuissant et, jusqu’alors, quasiment intouchable.

Pour la commission, s’il a été déclenché par le séisme et le tsunami du 11 mars, l‘accident de Fukushima Daiichi qui s‘en est suivi est un ‘désastre d’origine spécifiquement humaine qui aurait pu et aurait dû être prévu et empêché’. Pour étayer leurs propos, les membres de la commission listent une multitude d’erreurs et de ‘négligences délibérées’ qui ont laissé la centrale de Fukushima démunie face aux événements. De même, la gestion de l’accident est également dénoncée avec de graves lacunes de TEPCO (l’industriel gestionnaire de la centrale), des organismes régulateurs et aussi du gouvernement.

Le rapport met ainsi en avant une filière nucléaire qualifiée d’arrogante, ‘passant à côté des leçons de Three Mile Island et de Tchernobyl’, résistant à la pression réglementaire, dissimulant les petits accidents… Une arrogance renforcée par une bureaucratie japonaise, dans laquelle le ‘premier devoir de tout bureaucrate est de défendre les intérêts de son organisation’.


En conséquence, la commission n’hésite pas à affirmer que ‘l’accident nucléaire de Fukushima a été le résultat d’une collusion entre le gouvernement, les organismes de réglementation et TEPCO, et de la gestion défectueuse des dites parties … Les causes directes (séisme et tsunami, NDLA) de l’accident étaient toutes prévisibles avant le 11 mars 2011.’ Il y a ainsi eu de nombreuses opportunités pour prendre des mesures préventives avant le drame. ‘L’accident s’est produit parce que TEPCO n’a pas pris ces mesures et que la NISA (Agence de sûreté nucléaire et industrielle) et la commission de sûreté nucléaire (NSC) n‘ont pas réagi’.

Par exemple, ‘depuis 2006, les régulateurs et TEPCO étaient conscients du risque de panne totale d’électricité à la centrale de Fukushima Daiichi si un tsunami devait atteindre le niveau du site. Ils étaient également conscients du risque d’endommagement du cœur du réacteur par la perte du refroidissement à l’eau de mer dans le cas d’un tsunami plus fort que celui qui avait été prévu par la société japonaise des ingénieurs civils’. Néanmoins, face à ces risques, la NISA, elle-même, ‘a informé les opérateurs qu’ils n’avaient pas besoin d’examiner une situation de panne totale parce que la probabilité était faible et que d’autres mesures étaient en place’.

Au final, la commission affirme que ‘les hypothèses à la base des mesures de sécurité et lutte contre un accident grave n‘envisageaient que des causes internes’, alors que le Japon est connu pour être fréquemment confronté à des événements naturels violents tels que les séismes et tsunamis.

Pascal

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Babou
6 janvier 2013 - 0 h 00 min

Le japon est mis en cause dans son arrogance vis-à-vis de l’accident nucléaire : arrangements administratifs, mépris pour la population en cas d’accident, etc… et en France, n’est-ce pas tout à fait la même chose ? Les nouveaux EPR dont les budgets dépassent déjà plus que largement les prévisions les plus pessimistes n’offrent que des garanties aléatoires dans pas mal de domaine (en cas d’attaque terroriste ou de séisme notamment… même si nous ne sommes pas dans de très grandes zones à risques).


nicolekretchmann
16 janvier 2013 - 0 h 00 min

le voile se lève toujours !
quelques info :
il suffit de poser la question sur internet, à propos des bactéries mangeuses de radioactivité.
Une info : article page 42 de Science News paru en juillet 1996 qui relate que les compagnies Dupont et Exxon font des expériences avec certaines plantes dans des étangs sis vers Tchernobyl. Extrait de l’article : « Nous menons des tests avec différentes plantes pour voir si elles peuvent accomplir une partie du sale boulot de décontamination de polluants tel les substances radioactives, le plomb, le sélénium et le pétrole. » Une ville aux US, certainement Handford dans l’état de Washington mais motus….
L’ennui c’est que les groupes sont CONTRE et non POUR une action différente.
Serait-ce pour ne pas perdre leur auréole de défenseurs… ?
Vous êtes les seuls à demander de l’info? A bure, j’ai même envoyé mon dernier livre : ni merci, ni réponse…
Fraternellement
Nicole Sarah Kretchmann



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
225

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS