Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Brésil : le barrage du Belo Monte contesté mais non stoppé
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Brésil : le barrage du Belo Monte contesté mais non stoppé

Déjà dénoncé par l’organisation ICRA International en février dernier, le projet de méga-barrage de Belo Monte au Brésil continue, à juste titre, à faire polémique. De fait, si elle devait être menée à son terme, sa construction impliquerait la destruction de près de 1 500 km2 de forêts et le déplacement de 20 000 à 40 000 personnes. Menaçant le mode de vie et la survie de milliers d’Indiens établis dans la région du Xingu, il serait alors le troisième barrage le plus important au monde.

Toutefois, malgré les contestations des populations locales et de la communauté internationale, le projet fait son chemin. La Commission interaméricaine des droits de l’homme a effectivement demandé au gouvernement brésilien de suspendre la construction du barrage tant que les communautés indigènes n’auront pas été consultées et de prendre les mesures nécessaires pour protéger les Indiens isolés concernés par ce projet. Malgré cette pression, selon un récent communiqué de l’ONG Survival International, la compagnie française Alstom a d’ores et déjà signé un contrat d’environ 500 millions d’euros avec la compagnie brésilienne Norte Energia pour la fourniture d’équipements destinés au complexe hydroélectrique de Belo Monte. Alstom prendra ainsi la tête d’un consortium réunissant les compagnies Voith et Andritz, respectivement allemande et autrichienne.

Or, bien qu’Alstom se félicite de respecter les lois et les réglementations des pays qu’elle colonise, il s’avère dans les faits que le Belo Monte transgresse la Constitution brésilienne et la Convention 169 de l’Organisation Internationale du travail ratifiée par le Brésil. L’entorse porte sur le fait que, non consultées, les populations affectées n’ont aucunement donné leur libre consentement à ce projet. Mais il semble qu’une fois encore le profit passe avant le respect des droits et de la vie des peuples indigènes.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
42

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS