Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » 1,5 million de tonnes de CO2 économisées en 2005 grâce aux biocarburants
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






1,5 million de tonnes de CO2 économisées en 2005 grâce aux biocarburants

L’Institut français de l’environnement (IFEN) vient de publier son bilan en matière de développement des biocarburants. Ce développement vise à lutter en partie contre la pollution et le fameux effet de serre, le secteur des transports en étant une des principales causes avec 149 millions de tonnes de CO2 rejetée en 2003, pour la France.

Ainsi, prenons l’exemple du diester, encore appelé esters méthyliques d’huiles végétales, utilisé à la place du gazole il permettrait une réduction de 75 % des gaz à effet de serre émis au cours de l’ensemble du cycle de vie du carburant, de sa production à sa combustion. Néanmoins le diester n’est utilisé pour l’heure que ‘mélangé’ au diesel. Il peut ainsi être incorporé à 5 % dans le gazole commercial et jusqu’à 30 % pour certains parcs spécifiques (transport urbain, etc.). L’incorporation de 30 % de Diester dans le gazole permet de réduire de 10 % le taux de rejet de CO2 et de monoxyde de carbone et de 20 % celui des particules.

Rien qu’en 2005, selon l’IFEN, la consommation de biocarburants aura permis d’éviter l’émission de 1,5 million de tonnes d’équivalent CO2 et d’ici 2008, c’est 7 millions de tonnes d’équivalent CO2 qui pourrait ne pas être émises, la France envisageant de généraliser les biocarburants à hauteur de 5,75 % des carburants.

En France deux familles de biocarburants sont sur le devant de la scène : le biodiesel ou diester, fabriqué à partir de 90 % d’huiles de colza et de tournesol, et le bioéthanol, issu de la fermentation des sucres contenus dans la betterave, le blé ou le maïs.

Si la France est donc sur le ‘bon’ chemin et fait mieux que la moyenne européenne, il reste encore beaucoup de route. Les biocarburants ont connu un boum entre 1993 et 1997, mais depuis les ventes françaises stagnent à environ 400 000 tonnes par an. L’Etat prévoyait une incorporation de ces biocarburants à hauteur de 2 % fin 2005, pour l’heure nous en sommes à 0,83 % (l’Europe affiche une moyenne de 0,42 %). Néanmoins, si les biocarburants restent chers à produire par rapport aux carburants classiques, l’augmentation progressive du prix du pétrole laisse présager un prochain équilibre bénéfique à ces carburants moins polluants.

Rappelons que malgré les discours et le Plan Véhicules Propres, lancé en septembre 2004, le développement de ces derniers reste très confidentiel. Sur les 34 millions de véhicules que compte le parc français, seuls 210 000 sont au GPL, 5 000 au GNV, 5 000 à l’énergie électrique et quelques centaines sont des hybrides, soit environ 0,6 % de véhicules dits propres.

Cécile Fargue

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
17

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS