Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Y voir plus clair sur les objectifs Climat
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Y voir plus clair sur les objectifs Climat

Alors que les Etats, ONG et industriels négocient et tergiversent sur les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, une étude, parue dans le journal scientifique Nature, devrait apporter une certaine clarté aux débats en cours.

Cette étude, dirigée par le Potsdam Institute for Climate Impact Research (1), s’emploie à déterminer les quantités cumulées d’émission de CO2 liées aux activités humaines qu’il ne faudrait pas dépasser afin de limiter le réchauffement global à 2 degrés celsius sur le XXIe siècle. Le seuil des 2 degrés celsius correspond à la limite considérée par le GIEC (2) comme permettant d’éviter des dérèglements climatiques majeurs et un emballement du réchauffement global.

Pour la période 2000-2049, les résultats de l’étude indiquent qu’avec une valeur de 1 000 Gt (3) de CO2 les probabilités d’un réchauffement dépassant les 2 degrés celsius sont de 25 % ; pourcentage qui passe à 50 % si le cumul des émissions atteint 1 400 Gt de CO2. En fonction de ce qui a déjà été émis depuis le début du siècle, des émissions annuelles actuelles et de leur rythme de progression, les scientifiques présentent une série de scénarios illustrant les efforts à réaliser selon la date du début de la diminution des émissions.

Sur la période 2000-2006, les émissions cumulées ont atteint 234 Gt de CO2, ce qui représente déjà près du quart du « budget » des 1 000 Gt ; actuellement les émissions ont dépassé les 37 Gt par an avec un taux de croissance annuel de l’ordre de 3 %. Avec ces paramètres, pour rester dans la limite de 1 750 Gt, si le pic d’émission se produisait en 2010, l’effort à produire serait de 2 % de baisse par an jusqu’en 2050 et s’il se produisait en 2015 il serait de 3,6 %. Si les émissions n’étaient pas stabilisées avant 2020, même des efforts supérieurs à une diminution annuelle de 6 % seraient insuffisants pour atteindre l’objectif et les dernières années de la période nécessiteraient un volume d’émission négatif.

En théorie, ce rapport devrait servir de base pour les négociations du futur protocole de Copenhague successeur de l’actuel protocole de Kyoto. L’équation à résoudre ayant de moins en moins d’inconnues et pouvant se résumer ainsi :

- Le volume d’émission des gaz à effet de serre doit impérativement cesser de croître avant 2015.

- Les pays industrialisés doivent faire les efforts nécessaires afin que leur diminution d’émission compense rapidement la croissance de celle des pays en voie de développement.


Cette étude, qui d’après ses auteurs est une première, a le grand mérite de clarifier les règles à moins de huit mois de la fin des négociations de Copenhague. Il y a cependant peu de chance que ces données scientifiques aient la faveur des administrations européenne et américaine. Pour l’instant, les engagements européens d’une réduction de 20 à 30 % en 2020, par rapport à 1990, apparaissent insuffisants. Quant aux intentions de la nouvelle administration américaine de limiter les efforts à 17 % de réduction en 2020 par rapport à 2005 (soit une baisse d’environ 6 % par rapport à 1990), elles apparaissent en totale divergence avec les résultats de l’étude. Les dernières déclarations de Todd Stern, qui dirige la délégation américaine aux négociations climatiques, interviewé par l’AFP, semblent fermer la porte à toute évolution des Etats-Unis sur le sujet : « l’Amérique va aussi loin que son système peut l’accepter… il faut combiner une certaine fidélité aux recommandations des scientifiques et le sens pratique ».

Le mince espoir qui réside, c’est qu’ONG et populations se saisissent des résultats de cette étude pour expliquer aux gouvernements que le compte n’y est pas et que l’on ne peut d’un côté affirmer prendre en compte les données scientifiques et d’un autre côté faire fi des contraintes qu’elles indiquent. Le Pouvoir chinois semble avoir déjà intégré ces données en déclarant que l’équité, dans les objectifs climats, nécessitait une baisse de 40 % des émissions des pays industrialisés avant 2020. Demande qualifiée immédiatement de « non réaliste » par Todd Stern.
Michel Sage

1- Créé en 1992, le Potsdam Institute for Climate Impact Research est un des instituts allemand les plus renommés en matière de prévision climatique.

2- C’est en 1988 que l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ont créé le GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’évolution du Climat). Ce groupe publie un rapport complet tous les 6 ans, qui tient lieu de référence pour les scientifiques et les décideurs du monde entier.

3- 1 Gt = 1 milliard de tonnes.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 25 mai 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
23

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS