Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Températures en hausse et sécheresses affecteront la croissance végétale
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Températures en hausse et sécheresses affecteront la croissance végétale

Jusqu’à récemment, les recherches scientifiques soutenaient que les taux élevés de CO2 dans l’atmosphère favoriseraient la croissance végétale. Mais une nouvelle étude, réalisée par des chercheurs danois, est venue contredire ce postulat. Selon cette équipe scientifique, d’ici 2075, la hausse de températures générales entraîneront des sécheresses estivales, affectant la flore. Ainsi, même si une augmentation est prévue en terme de croissance végétale due à la quantité accrue de CO2 dans l’atmosphère, la hausse de températures et la sécheresse estivale limiteront cette croissance végétale.  

Selon le chercheur Klau Steenberg Larsen, issu de l’université technique Risø du Danemark (DTU) à Roskilde, « Les cas antérieurs de croissance végétale accrue observés dans des cas d’études contrôlées de concentrations de CO2 élevées s’expliquent par la simple raison que seule la concentration de CO2 a été modifiée ». Or, pour parvenir à des résultats probants, il est nécessaire de prendre en compte la combinaison des différentes variables climatiques, les plantes étant soumises à de multiples changements simultanés. Réalisée à même le terrain, l’étude danoise a ainsi démontré que l’assèchement du sol a un effet négatif sur la production d’azote, et donc sur la croissance végétale, même dans les régions exposées à une augmentation de CO2 et à un réchauffement.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
4 septembre 2011 - 0 h 00 min

Quand on voit la situation dans la Corne de l’Afrique, les conséquences du réchauffement et de la sécheresse éclatent avec évidence. Inutile de longues études scientifiques pour s’en assurer. Le désert avance et il a commencé insidieusement à gagner le sud de l’Europe. La situation des Ethiopiens et Somaliens est celle qui attend les Européens et les Etasuniens du Sud dans quelques décennies (ou années). Tout dépendra jusqu’où les « nantis » iront pour continuer à vivre au-dessus des moyens de la planète.


toupetipoi
4 septembre 2011 - 0 h 00 min

« Jusqu’à récemment, les recherches scientifiques soutenaient que les taux élevés de CO2 dans l’atmosphère favoriseraient la croissance végétale »

AHAHAHA c’est monsanto qui a commanditer et publier l’étude non?? Enfin franchement, nul besoin d’être scientifique ni d’avoir attendu 30 ans pour attester du fait que la croissance végétale est de plus en plus fastidieuse d’année en année notamment à cause du dérèglement des températures et de l’appauvrissement des sols. Arrêtons l’hypocrisie ça devient trop! En même temps vu que tout le monde s’en fou royalement une étude ou une autre, c’est pas ca qui responsabilisera la population malheureusement…


thylacine
5 septembre 2011 - 0 h 00 min

La seule source de carbone des plantes étant le CO2 atmosphérique, OUI, toutes conditions étant égales, la productivité écologique augmente évidemment avec le taux de CO2 atmosphérique. Le CO2 n’est pas un poison pour les plantes, mais une NOURRITURE.
La sécheresse a en revanche un effet négatif évident sur les végétaux. Enfin la température a un effet différent selon les plantes considérées (tropicales ou non). Donc à court terme, la résultante de ces 3 facteurs écologiques peut être positive ou négative selon l’endroit où l’on mène l’étude. Mais c’est là du COURT TERME.
D’une manière globale:
1/ l’augmentation générale de température planétaire augmente globalement l’évaporation, donc les précipitations, donc augmente l’humidité des continents. Evidemment les effets précis varient très fortement d’un point à un autre…
Et à plus LONG TERME:
2/ la vie est dynamique, donc les changement climatiques provoqueront une redistribution des espèces, et la sélection des formes adaptées aux nouvelles conditions


JeanPhir
8 septembre 2011 - 0 h 00 min

Franchement, dire que c’était évident, qu’il n’y avait pas besoin d’étude, etc. est ridicule. S’il suffisait de quelques observations par ci par là, nous en serions encore à considérer que le Soleil tourne autour de la Terre : c’est ce que tout le monde voit tous les jours !
De même, je ne suis pas du tout d’accord avec ce que dit Thylacine (joli pseudo) : certes le CO2 est le facteur limitant de la croissance des plantes et jusqu’à 6 % celle-ci augmente mais c’est SEULEMENT quand tout le reste est parfait. Toute perturbation du système réduit la productivité et l’augmentation du CO2 décale la température vers le haut donc les minima qui peuvent être nécessaire (plantes de climats tempérées) peuvent être insuffisant (sans parler des insectes qui passent mieux l’hiver…) et les maxima peuvent létaux. Si la forêt boréale se réchauffe, je doute qu’elle produise plus. Enfin, c’est aussi oublier l’immersion d’un grand nombre de zones littorales.
De plus, la seule source de CO2 n’est pas l’atmosphère car il y a aussi la décomposition de carbonates et bicarbonates dissout dans l’eau. L’acidification des océans décale les réactions chimiques vers la mise à disposition du CO2.

1/ Le fait que l’évaporation augmente ne fait pas forcément augmenter les précipitations car pour cela il faut AUSSI qu’il y ait une chute de la température. De plus, il y a aussi une modification des vents. Actuellement les glaciers fondent mais ils reçoivent aussi moins de neige… Quand ils auront disparu des rivières s’assécheront et de nombres écosystèmes disparaîtront. Ceci n’est pas du long terme !

2/ A plus long terme, il y a bien sûr une redistribution et une modification des espèces mais cela n’est pas à échelle humaine, surtout pour le second. Si l’on va par là, tous disparaîtra dans quelques milliards d’années lorsque le Soleil entrera en expansion… De toute manière la présence de l’homme empêche souvent une redistribution naturelle… Vous oubliez aussi les disparitions d’espèces, pourquoi pas Homo sapiens ? Personnellement je n’y crois pas mais que 90 % des humains disparaissent me semble plausible si l’on tient compte de tous les facteurs, y compris les résistances bactériennes, les maladies nouvelles, la pollution, etc.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
42

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS