Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Taxe carbone, le grand bazar
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Taxe carbone, le grand bazar

Erigée en nouveau symbole de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, la Taxe Carbone, ou Contribution Climat-Energie (CCE), est en train d’illustrer les limites du discours environnemental tenu par les acteurs politiques et associatifs.

A priori, tout semble positif, et la volonté de pénaliser financièrement l’utilisation des combustibles fossiles pour favoriser des modes de consommation alternatifs, semble louable. Mais l’exercice de la pratique s’avère être des plus délicats et surtout très paradoxal… Cette taxe, doit, par définition, influer sur la consommation, et toute influence sur le sacro-saint modèle économique est très délicate.

On peut grossièrement résumer les choses ainsi :

- Le pétrole, le gaz et le charbon seront plus chers…

- Une partie de ce surcoût vous sera rendu…. Mais une partie seulement…

- Peut-être que ce remboursement tardera à venir…. Et que, malgré vos difficultés à finir vos fins de mois, il vous sera encore plus difficile de les finir…

- Peut-être, qu’une fois remboursé, le compte n’y sera toujours pas…

- Mais, c’est sûr, nous vous encourageons toujours à acheter des voitures et les bonus vous attendent chez votre concessionnaire…

- Et, plan de relance oblige, de nouveaux ronds-points accueilleront bientôt vos belles voitures…

- Mais, surtout, faites l’effort d’aller vider les rayons des grandes surfaces ; l’emploi de vos semblables en dépend…

- Comprenez-nous, nous devons être à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique… C’est, pour nous, une question de crédibilité…

- Mais vous verrez, tout cela n’est qu’un mauvais moment à passer… Dans quelque temps, les prix du pétrole, du gaz et de l’électricité seront tellement chers que notre Taxe carbone semblera bien ridicule et s’effacera de vos mémoires.

Pour terminer, si vous ne comprenez pas le paradoxe d’un système qui met en place une taxe pour dissuader ce qu’il prône à longueur de journée, c’est, peut-être, tout simplement, que vous comprenez le paradoxe et le grand bazar dans lequel nous sommes… Et cette taxe est, sans doute, le premier des paradoxes d’une grande liste à venir…

Michel Sage

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
brutus38
29 juillet 2009 - 0 h 00 min

Bravo à Michel Sage, quelle lucidité, je partage totalement votre opinion sur le sujet !

Les Français vont être contraints entre autres de moins rouler, alors que nos « chers » constructeurs automobiles s’arrachent les marchés pour implanter des usines dans les pays d’Asie espèrant vendre ainsi des millions de voitures ! Quelle lacheté vis à vis de notre planète !!!, mais cet exemple n’est qu’une goutte d’eau (ou de pétrole) dans toute l’hérésie de notre « civilation ».


biomip11
30 juillet 2009 - 0 h 00 min

Comme le dit le nom il s’agit bien d’une taxe de plus.

Si le but est de réduire les émissions de gaz à effet de serre, il n’y a qu’une seule option : réduire la consommation.

Comment réduire la consommation sans taxe? Simple : le rationnement.
Exemple : tous les ans on réduit de 10% l’allocation personnelle d’énergie. Riches et pauvres reçoivent la même allocation. Si le pauvre est plus économe que le riche, il revend une partie de son allocation au riche. Il y aura ainsi un transfert de richesse vers les personnes économes en énergie tout en atteignant une réduction globale de la consommation.

Mais quel état oserait imposer un rationnement similaire à celui imposé en temps de guerre? Accepter une réduction du PIB etc…?


frederic
30 juillet 2009 - 0 h 00 min

Pourquoi ne parle t’on jamais de l’uranium comme ressources fossiles? les avis divergent, comme pour les stoks de petrole, mais nous n’avons pas pour 100 ans de reserve de cette ressource. Surtout au train ou vont les constructions de nouvelles centrales


jlg47
30 juillet 2009 - 0 h 00 min

Rationner? Sur quelle base?
Sur ce que j’ai gaspillé depuis des décennies?
Sur ce que je maîtrise depuis des décennies?
Me rationner alors que je réduit déjà de près de 10% par ans ma dépendance énergétique depuis plus de 20 ans serait me sanctionner de mes propres efforts.
Me taxer sur ce que je consomme est certainement le plus efficace : je consomme peu, je suis peu taxé, je consomme beaucoup, je suis beaucoup taxé.
Ne pas oublier, mais personne n’en parle, que c’est déjà le but de la TIPP.
Le bon plan serait que toutes ces taxes (y compris TIPP et taxe locale sur l’électricité) soit réinvesti dans le développement des énergies renouvelables.
L’idéal serait de revoir mondialement nos modèles économiques qui devront faire vivre près de 10 milliards d’humains.


PEGASE
31 juillet 2009 - 0 h 00 min

Un problème de taille : nous ne sommes pas tous égaux devant cela. De fait, tous les locataires n’ont pas la liberté d’effectuer des travaux pouvant améliorer leur impact environnemental, pas plus que les co-propriétaires en immeubles sur plusieurs étages, et j’en oublie sûrement. Ceux-ci n’auront pas le choix, ils devront payer, même s’ils étaient prêts à faire des efforts. Il y a quelque chose d’injuste, là-dedans!


etivey
2 août 2009 - 0 h 00 min

N’étant pas très jeune, j’ai souvenir d’une vignette qui avait été crée pour renflouer les caisses vieillesses…hi ! hi ! les vieux n’en n’ont jamais rien vu et c’est vite devenu un impôt comme les autres : rêvons pas la taxe carbone c’est la même chose, il faut trouver des sous pour renflouer les dépenses somptuaires de notre pays.
Je ne crois pas qu’à l’heure actuelle les « français d’en bas » gaspillent l’argent qu’il n’a pas, moi j’ai beau me dire qu’il ne fait pas très chaud chez moi l’hiver, mon porte monnaie me dit « mets un pull supplémentaire »



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
19

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS