Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Stocker du CO2 et augmenter la production de pétrole
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. La noblesse des tables en bois
  3. L’UFC Que Choisir le prouve : la voiture ...
  4. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  5. En Nouvelle-Zélande, les chats interdits


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Stocker du CO2 et augmenter la production de pétrole

4,5 millions de tonnes de CO2 emprisonnés sous terre et 10 000 barils de pétrole en plus par jour, ce sont les chiffres qui ressortent de l’étude menée par le département américain de l’Energie sur le champ pétrolifère de Weyburn. Ces puits de pétrole canadien, exploités depuis 50 ans dans le sud-est de la Saskatchewan par la société de Calgary, injectent du gaz carbonique dans leurs nappes depuis un demi-siècle pour augmenter leur rendement.

En pratique comment cela fonctionne ? Le dioxyde de carbone utilisé provient de la gazéification du charbon de l’usine Great Plains Synfuels de Beulah, au Dakota du Nord. La gazéification du charbon consiste à convertir le charbon, de façon partielle ou intégrale, en gaz combustible. Ce gaz est constitué de monoxyde de carbone, de dioxyde de carbone, d’hydrogène, de méthane et d’azote. Après purification, ce gaz peut être utilisé comme carburant ou matière première pour l’industrie chimique ou les fabricants d’engrais. Aujourd’hui, on procède à la gazéification du charbon essentiellement pour alimenter directement des turbines à gaz, l’objectif étant d’améliorer le rendement global de la production d’électricité des centrales en réduisant l’impact environnemental.

Quelques installations sont actuellement en service dans le monde, comme en Espagne à Puertollano. Cela étant, ces centrales, très complexes, en sont pour l’heure au stade de la démonstration commerciale.

Dans le cas qui nous intéresse, le CO2 contenu dans le charbon gazéifié est acheminé par pipeline jusqu’aux champs pétrolifères de Weyburn. En injectant ce gaz dans les nappes de pétrole souterraines, on y augmente la pression, ce qui permet d’extraire davantage de pétrole. Dans le cas des champs pétrolifères de Weyburn, la procédure a permis une augmentation de la production de pétrole de 10 000 barils par jour et le stockage de 5 000 tonnes de CO2 par jour dans le sol. Si on appliquait ce procédé partout dans le monde, selon le département de l’Energie on pourrait réduire d’un tiers ou même de moitié le gaz carbonique présent dans l’atmosphère d’ici un siècle. La procédure permettrait en outre de récupérer des milliards de barils de pétrole additionnels. Cela étant il reste encore beaucoup à faire pour exporter le système employé à Weyburn ailleurs. En effet stocker autant de C02 est potentiellement très dangereux (risques d’accidents et de fuites) et de nombreuses études géologiques et sismiques doivent être préalablement réalisées.

Petit paradoxe : des milliards de barils en plus, c’est d’autant plus de pétrole consommé et d’autant plus de dioxyde de carbone, produit par la combustion de ce dernier. Rappelons également que le CO2 est un des principaux gaz responsables de l’effet de serre et, selon plusieurs scientifiques, du réchauffement de la planète.

Un pas en avant, un pas en arrière donc… Cette expérience qui “récupère” plusieurs tonnes de CO2 participe également à augmenter la consommation d’une des énergies fossiles les plus polluantes.

Cécile Fargue

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 novembre 2005 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS