Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Nouveaux pics pour les concentrations de gaz à effet de serre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Nouveaux pics pour les concentrations de gaz à effet de serre

L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM*), vient de publier son premier bulletin annuel sur les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre. Les mesures, effectuées pour l’année 2004 par les quarante-quatre pays participants, révèlent que les concentrations des trois principaux gaz à effet de serre d’origine humaine ont atteint des niveaux records. Ainsi les valeurs sont de : 377,1 ppm* pour le dioxyde de carbone (CO2), 1 783 ppb* pour le méthane (CH4) et 318,6 ppb pour le protoxyde d’azote (N2O). Comparées à l’ère préindustrielle ces nouvelles valeurs représentent une hausse de 35 % pour le CO2, de 155 % pour le CH4 et de 18 % pour le N2O. Sur les dix dernières années la hausse se chiffre à 19 ppm pour le CO2, 37 ppb pour le CH4 et 8 ppb pour le N2O.

Il est à noter que si le CO2 et le N2O augmentent très régulièrement, 1,8 ppm/an pour le CO2 et 0,8 ppb/an pour le NO2, le CH4 semble se stabiliser avec aucune augmentation notable en 2004. Par ailleurs, quel que soit le pays, les concentrations sont globalement les mêmes, le brassage des gaz se faisant entre 12 à 18 ans à l’échelle de la planète.


En parallèle à la publication de ces résultats, la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) vient de mettre en place un indice annuel d’accumulation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère (AGGI) permettant de déterminer le « niveau de capacité des gaz à effet de serre à retenir la chaleur rayonnante » (forçage radiatif). L’indice, qui a été fixé à 1 pour l’année 1990 (année de référence utilisée par le protocole de Kyoto), se situe à 1,2 en 2004 soit une augmentation de 20 % pour les vingt-cinq dernières années.

Ces résultats ne sont pas une surprise, tant que les consommations mondiales des énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole) ne décroîtront pas significativement le CO2 continuera à s’accumuler dans l’atmosphère.

Ainsi, le protocole de Kyoto, apparaît de plus en plus incapable de freiner la hausse des concentrations atmosphériques de CO2. Ses insuffisances sont sans doute liées aux faits que :

- d’importants émetteurs de CO2 (USA, Chine, Inde…) ne sont pas soumis aux contraintes du protocole,

- les pays signataires ne comptabilisent pas volontairement les émissions liées aux transports internationaux (aérien et maritime),

- les émissions générées par la fabrication des produits consommés par les pays signataires, échappent de plus en plus aux quotas puisque fabriqués par les pays non-signataires du protocole.

Le prochain bulletin des concentrations, pour l’année 2005, devrait être publié en novembre 2006 par l’OMM.

Michel Sage

* Établie à Genève, l’Organisation météorologique mondiale, qui compte 187 Membres, est le porte-parole scientifique autorisé du système des Nations Unies pour tout ce qui concerne l’atmosphère et le climat de notre planète.

* ppm : initiales de « partie par million » soit le nombre de molécules de gaz à effet de serre pour un million de molécules d’air.

* ppb : initiales de « partie par billion » soit le nombre de molécules de gaz à effet de serre pour un milliard de molécules d’air.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 mars 2006 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
29

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS