Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Mieux quantifier les émissions de méthane des barrages
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Mieux quantifier les émissions de méthane des barrages

Barrage

Le 13 août 2014, deux laboratoires du CNRS (1) ont publié dans la revue Biogeosciences une étude permettant de quantifier plus précisément les émissions de méthane par bullage des barrages tropicaux. Le méthane ou CH4 est un gaz à effet de serre (GES) plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2), ainsi, sur une période de cent ans, son potentiel de réchauffement est estimé à 28 fois celui du CO2. Actuellement au niveau atmosphérique, les concentrations de CO2 sont bien plus importantes que celles de CH4, environ 400 molécules par million de molécules constituant l’air, alors que la valeur est d’environ 1 800 molécules de CH4 par milliard de molécules constituant l’air.

 Jusqu’à présent c’était essentiellement le méthane par diffusion, à savoir lorsque le gaz dissous dans l’eau atteint l’atmosphère, qui était étudié, cette fois ce sont les grosses bulles de gaz ou bullage qui ont été prises en compte. Le méthane est dans ce cas produit par la décomposition par des bactéries de la matière organique des sols et de la végétation inondée lors de la mise en eau

Les chercheurs ont mis en place, sur le barrage de Nam Theun 2, une micro-station météorologique qui mesure toutes les trente minutes la vitesse verticale du vent et la concentration de méthane. Nam Theun 2 est le plus grand barrage d’Asie, le réservoir de plus de 3,5 milliards de m3 sur une superficie d’environ 450 km2 a été mis en eau à partir de 2008, il se situe au Laos et est alimenté par un affluent du Mékong.

Selon les données du rapport, le bullage a représenté « 60 à 80 % des émissions totales de la retenue d’eau dans les premières années qui ont suivi la mise en eau du barrage ». Les données montrent aussi que c’est lorsque le niveau de l’eau est au minimum, c’est à dire lors de la saison sèche (de mi-février à mi-juin) que les émissions sont maximales.

 Selon les scientifiques à l’origine de l’étude, ces résultats démontrent que les émissions de méthane par les barrages tropicaux lors de leurs premières années d’existence ont sans doute été largement sous-estimées.

 Il est à noter que la plus part des producteurs d’électricité ne prennent pas en compte les émissions de gaz à effet de serre pour la production d’origine hydraulique, seules sont réellement comptabilisées les productions d’origine fossile, gaz, pétrole et charbon. Ce qui leur permet d’afficher des bilans d’émission de GES plus avantageux.

Lors de la publication de l’étude, les chercheurs mentionnent que les émissions de méthane des barrages tropicaux représentent plus de 10 % du méthane émis par les activités humaines.

 1 – Le laboratoire d’aérologie (UPS / CNRS) et le laboratoire Géosciences environnement Toulouse (UPS / CNRS / IRD)

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Michel (voir la biographie)
le 04 septembre 2014 à 08:10

95 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Pierre Virlogeux
21 septembre 2014 - 22 h 09 min

Et le barrage de Petit Saut en Guyane sur le Sinamary, la question a t elle été étudiée ?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1429

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS