Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Les technologies inévitables pour respecter la limitation de 2ºC
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :




Les technologies inévitables pour respecter la limitation de 2ºC

Météorisation - différentes oxidations d'une roche

Avant même que la COP21 limite le réchauffement climatique à 1.5ºC, la majorité des stratégies visant à une limite de 2ºC incluaient des technologies à émissions négatives incontournables. Les technologies à émissions négatives permettent la diminution des gaz à effet de serre de l’atmosphère. Bien qu’il en existe plusieurs catégories, il est en général question de capturer du CO2, de le stocker et de l’enterrer, le tout en espérant un bilan climatiquement neutre. Ces technologies sont indispensables si on souhaite éviter des lois draconiennes sur le climat, et devront être installées à grande échelle dans la seconde moitié du siècle. Cependant si ces technologies sont invitées à devenir essentielles, il est important d’être conscient de leurs possibles effets.

La question clef est ici de savoir si le taux de déploiement de ces technologies peut être réalisé et maintenu. Or, une étude récente prouve qu’aucune de ces technologies ne parviendra à contenir la hausse de la température en deçà de 2ºC sans avoir un impact majeur sur la planète. Elles accentueront la demande sur la terre et l’eau, en nécessitant parfois l’utilisation d’engrais ; elles auront aussi un impact sur l’albédo – ou la réflexion de la lumière solaire. Outre ces impacts, ces technologies auront un coût élevé.

Ainsi, il est estimé que les cultures ‘bioénergétiques’ irriguées, par exemple des plantes capturant le méthane, doubleraient la demande d’eau pour l’agriculture. Un de ces autres effets secondaires toucherait la demande pour des terres : c’est environ 40% de surfaces supplémentaires, d’ici 2100, qui seraient pris principalement sur les pâturages et les forêts tropicales.
Les autres catégories ont elles aussi de nombreuses restrictions. Celle visant à capturer le CO2 directement dans l’air, grâce à des réactions chimiques, représente pour le moment un coût et une demande énergétique qui la rend peu probable. Quant à la météorisation accrue, ou l’altération accélérée des roches qui capte le CO2 de l’atmosphère, bien que nécessitant peu d’espace et pouvant avoir des retombées bénéfiques pour les sols, ce sont ses coûts logistiques qui représentent une barrière. D’autant plus qu’ici le potentiel pour la suppression du CO2 est moindre qu’avec les autres technologies. Enfin, le reboisement, solution moins chère, peut avoir un impact important sur l’albédo, augmentant ainsi l’évapotranspiration dans les hautes latitudes ce qui limiterait son efficacité. De plus dans les régions sèches, le manque d’eau sera un problème tout comme le besoin de terre.

Au final, pour l’étude, le plus urgent aujourd’hui est de prioriser les technologies renouvelables et/ou à faibles émissions tout en maximisant l’utilisation de l’énergie, avec par exemple la généralisation de l’exploitation de la chaleur produite par la décomposition des déchets. De plus, s’il est essentiel de se concentrer sur le changement climatique, trop compter sur les technologies à émissions négatives peut être dangereux pour les équilibres planétaires et l’Humanité. Ainsi, il est essentiel de ne pas compter sur elles pour pouvoir continuer à exploiter les combustibles fossiles. Néanmoins, notons que si une décarbonisation intense et rapide est toujours possible pour atteindre la limite des 2ºC, simplement à travers la réduction des émissions, cette possibilité se réduit chaque jour, rendant ces technologies inévitables.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 17 janvier 2016 à 06:56

62 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
cassagne
20 janvier 2016 - 17 h 57 min

encore une connerie pour foncer plus vite dans le mur !


Wogenstahl
20 janvier 2016 - 23 h 08 min

Les technologies sont une des origines du problème comment pourraient elles être la solution
Et a qui profiteront ces technologies A TOTAL par exemple!


cassagne
21 janvier 2016 - 10 h 34 min

Après réflexion je n’y crois pas, c’est un canular, ce n’est pas possible. Je veux bien croire qu’il y a des ingénieurs qui aient pensé à une telle solution mais après une simulation ils auront bien vu que le bilan est négatif. Ou alors il y a des banquiers ou je ne sais qui, qui voient là une opportunité de s’engraisser encore plus.


Bruno DENIS
21 janvier 2016 - 12 h 37 min

Plutôt que de compter sur des technologies de même nature que ce qui conduit à la catastrophe, il faudra changer de façon de vivre et donc de façon de penser !


Robert
16 juillet 2016 - 23 h 51 min

Monsieur Louis Bremondy, message du 23 janvier
Je trouve ignoble, votre raisonnement qui consiste à laisser les points noirs au bord des routes, sous prétexte que ce ne sont que des conducteurs incompétents qui viendront mourir dessus.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2189

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS