Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Les petits Etats insulaires jouent leur survie
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les petits Etats insulaires jouent leur survie

La vulnérabilité aux tsunamis, aux cyclones ainsi qu’à d’autres catastrophes naturelles ou non, fait partie des plus grands risques sanitaires et financiers pour les populations des petits Etats insulaires en développement (PEID). Cette semaine, une réunion organisée à l’île Maurice devrait leur permettre de se faire entendre de la communauté internationale, après la catastrophe qui a frappé l’Asie fin 2004.

Parmi ces risques, un des principaux est lié à leur faible hauteur par rapport au niveau de la mer. Bon nombre de ces îles ne dépassent que de très peu le niveau de la mer. Elles sont donc particulièrement vulnérables à l’élévation du niveau de l’eau, au déferlement de tempêtes et à des phénomènes météorologiques comme les tsunamis qui ont frappé l’océan Indien. Les changements climatiques, qui entraîneront certainement une élévation du niveau des mers et une augmentation du nombre de phénomènes météorologiques extrêmes, ne feront qu’aggraver le risque de les voir disparaître sous les flots. A titre d’exemple, aux Caraïbes, environ 70 % de la population réside dans des villes et des villages situés dans des zones côtières de basse altitude, à la merci d’une soudaine élévation du niveau de la mer.

Pour ces raisons, dès le début de la réunion, le représentant des Nations Unies a appelé les petites îles à étudier la mise en place d’un système d’alerte permettant d’anticiper certaines catastrophes naturelles, à l’image du système mis en place depuis une cinquantaine d’années dans le Pacifique.

Toutefois, tout le monde semble d’accord pour reconnaître que prévenir ne suffira pas. Au regard des événements passés, la préservation, voire la réhabilitation des barrières naturelles que sont les récifs coralliens ou les mangroves apparaît d’utilité publique. Déjà, après avoir constaté que certains villages ont été protégés par la mangrove qui a absorbé en partie l’impact du tsunami, la Malaisie a exprimé son souhait de réhabiliter ses mangroves pour préserver l’intérieur des terres.

Au-delà des risques naturels, les Nations Unies ont présenté différents rapports qui pointent également la pollution, les déchets, l’approvisionnement en eau douce et la surpêche, sur la liste des obstacles auxquels les îles doivent faire face.

Si certains Etats ont commencé à réagir (Maurice, Seychelles…) les Comores font figure de ‘cas d’école’. Cumulant les problèmes, elles doivent faire face à de graves pénuries d’eau douce dues en partie à la pollution et à la surexploitation, tandis que la collecte et l’élimination des déchets sont quasiment inexistantes, avec ici et là des montagnes d’ordures.

Isolés géographiquement, les PEID ont peu de ressources naturelles (eau douce, terres cultivables…), tandis que leur économie fragile reposant principalement sur le tourisme et un nombre limité de produits d’exportation, ne leur permet pas d’importer toutes les denrées, matériaux et technologies dont ils ont besoin. Sans une forte prise en considération de la communauté internationale, nombre d’habitants des pays industrialisés pourraient être amenés à se chercher une nouvelle destination pour leurs vacances.

Alex Belvoit
Photo © Michel Sage

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
18

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS