Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Les assureurs américains tenus d’évaluer leur risque climatique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. La noblesse des tables en bois
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. En Nouvelle-Zélande, les chats interdits
  5. Fair Squared : les préservatifs vegan ...


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les assureurs américains tenus d’évaluer leur risque climatique

En octobre 2002, paraissait un rapport du PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) estimant que les pertes dues aux catastrophes naturelles avaient totalisé mille milliards de dollars au cours des quinze années précédentes et semblaient doubler tous les dix ans. Il prévoyait, en outre, que les pertes annuelles atteindraient près de 150 milliards de dollars à l’horizon 2012, si les tendances alors constatées se maintenaient.

Or, s’il y a bien un secteur directement concerné par cette problématique, ce sont les assureurs. D’après l’association des Amis de la Terre, sur les 269 milliards de dollars de pertes dues aux causes naturelles et techniques dans le monde en 2008, 45 milliards de dollars, liés aux seules catastrophes naturelles, ont été couverts par les assureurs, « un montant en augmentation exponentielle ces dernières années » (+ 50% par rapport à 2007) .

A la lumière de ces chiffres, on comprend aisément qu’il est, aujourd’hui, difficile d’envisager l’avenir sans composer avec cette nouvelle donne climatique. Un point de vue partagé par la National Association of Insurance Commissionners (NAIC), équivalente de l’ACAM (1) en France, qui a voté en faveur de l’obligation pour les assureurs américains de publier leurs risques financiers face aux changements climatiques ainsi que les efforts déployés pour y répondre.

Saluant cette décision, Sébastien Godinot, coordinateur des campagnes des Amis de la Terre, a, par ailleurs, déclaré que « Si un régulateur chargé de surveiller la solvabilité d’une des plus importantes industries au monde décide de s’emparer de ce sujet, cela prouve que les changements climatiques l’inquiètent pour la pérennité du business model actuel des assureurs ». Mais le plus dur reste à venir, l’adaptabilité aux facteurs climatiques représentant un défi de taille pour le secteur de l’assurance s’il souhaite maintenir sa santé financière ainsi que l’accessibilité des clients aux produits d’assurance.

Cécile Cassier
1- Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
cielnature
2 avril 2009 - 0 h 00 min

Depuis plus d’un an j’essaie de prévenir le gouvernement, les élus et toutes les personnes que je peux de la catastrophe humaine et économique qui a commencé à nous frapper et empirera l’été prochain. Je veux parler des orages de grêle avionneux, c’est-à-dire dus à l’excès d’humidité provoquée par un trafic aérien devenu monstrueux.
L’année dernière les dégâts passaient encore pour « catastrophe naturelle », mais ça ne durera pas ainsi bien longtemps.
Farfouillez sur http://www.eauseccours.com puis levez la tête au ciel pour vérifier la forme et la fréquence des nuages et réalisez que la supercherie a assez duré, nous sommes tous en danger, directement ou indirectement en payant des pots cassés par la faute de la politique de l’autruche.






à lire aussi
     
Flux RSS