Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Le trou dans la couche d’ozone aggrave le changement climatique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le trou dans la couche d’ozone aggrave le changement climatique

La couche d’ozone agit sur la Terre un peu à la manière d’un écran solaire, en permettant de protéger les différentes formes de vie des rayons ultraviolets les plus nocifs (B et C). Si ce rôle sur la vie terrestre est connu de longue date, il n’en va pas de même quant à son impact sur le captage du CO2 par les océans. Ce dernier était jusqu’alors supposé, mais la publication d’une étude, fin juin, vient d’y remédier.

En travaillant sur la zone du ‘trou dans la couche d’ozone’ (qui est en fait un amincissement de cette dernière), les chercheurs ont mis en évidence que ce ‘trou’ réduisait l’absorption du carbone atmosphérique par l’océan Austral, et participait à l’augmentation de l’acidité des eaux océaniques des hautes latitudes Sud. Qualifiée de ‘significative’, cette réduction de l’absorption du CO2 par l’océan Austral n’est pas compensée par les autres zones océaniques de la planète, nombre d’entre-elles montrant aussi des signes de ralentissement du captage. Dans ces conditions, selon les résultats publiés en ligne dans la revue Geophysical Research Letters, de 1987 à 2004 environ 2,3 milliards de tonnes de carbone n’ont pas été séquestrés par les océans, soit une baisse de près de 10 % du rendement du puits de carbone océanique global durant cette période.

Pour les scientifiques, ce phénomène serait dû à la perturbation de la haute atmosphère, par le trou d’ozone, conduisant à un renforcement des vents d’Ouest sur l’océan Austral. Ce surplus de vent, en brassant davantage les eaux de surface avec les plus profondes, riches en CO2, limite le pourvoir de captage de l’océan par une forme de saturation de la couche maritime de surface.

Ces résultats suggèrent que les ‘modèles de climat utilisés jusqu’à présent surestiment le puits de carbone océanique et sous-estiment l’acidification des océans’. A ce titre, les scientifiques soulignent l’importance de prendre en compte l’ozone dans les futures modélisations, notamment du GIEC, ce qui permettra de mieux comprendre et d’améliorer les prévisions liées au changement climatique en cours.

La publication de ces résultats devrait avoir une influence non négligeable sur les prochains modèles du GIEC (2), qui, pour l’instant, ne tiennent pas compte des variations d’ozone.

Pascal Farcy
1- Regroupés au sein de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL), les trois laboratoires concernés sont : le Laboratoire d’océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN, UPMC/CNRS/MNHN/IRD), le Laboratoire de météorologie dynamique (LMD, UPMC/CNRS/ENS Paris/Ecole Polytechnique) et le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE, UVSQ/CNRS/CEA).

2- Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 juin 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
63

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS