Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Le mystère de l’éclaircissement du ciel européen sans doute résolu.
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Le mystère de l’éclaircissement du ciel européen sans doute résolu.

aerosols

volution moyenne du rayonnement solaire reçu en surface (W/m²/décade) entre 1980 et 2012, simulée en incluant (b) ou non (a) la diminution des aérosols sulfatés

Depuis le débuts des années 1980, la surface de l’Europe et celle de la Méditerranée reçoivent une quantité d’énergie solaire bien supérieure à celle des décennies précédentes. Des chercheurs du Groupe d’étude de l’atmosphère météorologique (GAME-CNRM, Météo-France / CNRS) et du Laboratoire d’aérologie (LA/OMP, UPS / CNRS) se sont penchés sur les causes et les conséquences de ce phénomène appelé « éclaircissement » ou « brightening ». D’après les scientifiques, la variation de la nébulosité atmosphérique, à savoir le taux d’humidité dans l’air et la couverture nuageuse, ne peut à elle seule expliquer l’ampleur du phénomène.

 L’hypothèse étudiée par les auteurs de l’étude est la diminution des concentrations atmosphériques des aérosols sulfatés. Les aérosols sulfatés sont, soit d’origine humaine via la combustion du charbon, les transports…, soit d’origine naturelle via les éruptions volcaniques, le phytoplancton… Ils ont, entres autres, comme propriété de renvoyer dans toutes les directions le rayonnement solaire et notamment vers l’arrière effectuant ainsi une sorte d’effet miroir. La conclusion de l’étude démontre que « la prise en compte de la diminution des aérosols sulfatés conduit à une augmentation plus importante du rayonnement solaire reçu en surface, et ce quelles que soient les conditions nuageuses, et permet de mieux reproduire à la fois la structure spatiale et l’intensité du brightening observé en Europe ». D’après les scientifiques, ces aérosols sont de très loin ceux qui dispersent le plus le rayonnement solaire.

 Ainsi, d’après l’étude, la diminution des aérosols sulfatés serait responsable de 81 % ( à plus ou moins 16 % près) de l’éclaircissement de la surface de notre continent. Cette diminution aurait contribué à près du quart de l’augmentation des températures de surface de l’Europe et de la mer Méditerranée sur les trois dernières décennies.

 Moralité, les efforts de lutte contre la pollution atmosphérique, telle que celle des centrales à charbon ou même celle des transports contribuent à une meilleure respiration, mais d’un autre côté favorise l’élévation des températures de nos régions.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Michel (voir la biographie)
le 30 octobre 2014 à 07:00

95 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
motocine
30 octobre 2014 - 9 h 24 min

Si seulement on était sûr de la corrélation, nos dirigeants auraient un bon argument pour agir


Françoise
1 novembre 2014 - 20 h 58 min

Ah bon, il y a vraiment eu une diminution de la pollution en 30 ans??? A part l’arrêt des mines de charbon, j’en doute un peu…


fred
1 novembre 2014 - 21 h 00 min

Michel, attention : ce n’est pas la lutte contre la pollution atmosphérique qui favorise l’élévation de température, c’est le CO2. Et heureusement qu’on émet moins de sulfates depuis 1980 grâce à des carburants mieux raffinés en Europe, parce que je ne vous dit pas le nombre de morts qu’on aurait eu à cause des gaz toxiques. Après, si vous voulez avoir un air irrespirable pour lutter contre le réchauffement climatique, pourquoi pas, on n’est plus à une aberration prêt dans ce monde.


L ‘ Observateur
2 novembre 2014 - 10 h 25 min

On avait bien compris « éclaircissement »…Inutile d’ajouter « brightening » !
Cette mode snobinarde qui consiste à inventer et rajouter partout et dans tous les domaines des trucs en « ing » pour faire plus savant, devient franchement agaçant !


GIN Rhô
2 novembre 2014 - 10 h 55 min

On va rendre la non pollution coupable du réchauffement climatique. Les utilisateurs de charbon et autres polluants vont être content.


jean pierre
2 novembre 2014 - 12 h 45 min

bonjour
dit tonton pourquoi tu tousses?!!!….
étant frigoriste, je peux vous dire que le combat contre les aérosols ayant une action sur la haute atmosphère est bien engagé depuis deux décenie mais les fluides de remplacement, quel actions ont il?. les gaz utilisé dans notre métiers de frigoriste avait surtout une action connue sur la couche d’ozone mais peut être aussi d’autres actions méconnues . les fluides actuels eux n’ont plus d’actions sur la couche d’ozone mais on une ou des actions négatives connues sur l’éffet de serre donc explication complémentaire sur le réchauffement de notre chere planète (c’est ce qu’on appelle remplacer une merde par une autre) il faut reconnaitre que l’activité humaine a l’art et la manière de faire des cocktails chimiques et de dire après : (on va respirer un coup la campage ce week end) Ce que est rassurant c’est que c’eux qui se font du pognon la dessus respire le même air que nous !


blux
2 novembre 2014 - 14 h 01 min

Wouah quelle découverte extraordinaire! Et pour l’eau chaude, ils ont été payés grassement aussi parce que depuis j’ai découvert le thé c’est incroyablement bon. Non mais sans rire ils sont payés pour dire des lapalissade? Quant à « nos » dirigeants ( «  » parce que je me dirige tous seul donc..) donc les dirigeants sont au courant depuis 1972 la conférence de Rome s’ils avaient voulu agir, ils l’auraient fait.


justin
2 novembre 2014 - 16 h 54 min

Intéressant, parce que celà ouvre la porte au « génie climatique » pour contrer le réchauffement. Mais il manque dans l’article l’influence comparée des aérosols en question et de l’effet de serre, parce que si la couverture nuageuse ou la glace réfléchissent le rayonnement solaire, quelle est la proportion réfléchie pour un ciel « nébuleux », par rapport à un ciel clair. Faut il obscurcir le ciel, un peu, beaucoup, est ce que celà va suffire ?…L’article mériterait quand même d’être un peu complété.


Kim Long
2 novembre 2014 - 23 h 24 min

Oui Vosterial, Luc Jobert a du sniffer des trucs étranges dans l’atmosphère, les chemtrails, ou traînées chimiques en français, ne sortent pas des réacteurs mais sont pulvérisés par des diffuseurs disposés au bord de fuite de l’aile des avions. Ce qui fait que ces traînées chimiques apparaissent instantanément et directement derrière l’aile, au nombre de quatre, sur un biréacteur dans la majorité des cas… Trouvez l’erreur! Les traînées de condensation correspondent bien au nombre de réacteurs (une par réacteur, pas plus pas moins) et apparaissent nettement après la queue de l’avion, le temps qu’elles se forment… par condensation. Il y a donc un vide flagrant entre la sortie du réacteur, sous l’aile, et le début du panache blanc « loin » derrière l’avion, si votre vue baisse un peu utilisez un appareil photo à fort zoom (courant à notre époque) et vous verrez nettement la différence. Et je relisais encore hier les déclarations d’un météorologue de Chamonix « Nous battons des records de non-ensoleillement ». A cause de + 50% de précipitations, et de l’augmentation de l’arrivée des sables du Sahara, mais ça personne(surtout chez les diplômés) ne vous le dira.


blandine vue
3 novembre 2014 - 19 h 44 min

Neandertal, Vercingétorix, Saint-Louis ou Napoléon n’avaient pas de centrales à charbon pour réguler leur climat… Juste un volcan de temps à autre pour le dérégler! Et il n’y a jamais eu d’évolution telle que la nôtre! C’est sponsorisé par qui???


Kim Long
4 novembre 2014 - 23 h 41 min

Dans les carottes glaciaires, archives de notre climat et de la qualité de l’air, il s’avère que la période la plus polluée correspond à l’époque romaine !


guy
5 novembre 2014 - 14 h 28 min

Depuis le débuts des années 1980, la surface de l’Europe et celle de la Méditerranée reçoivent une quantité d’énergie solaire bien supérieure à celle des décennies précédentes…


guy
5 novembre 2014 - 14 h 30 min

Depuis le débuts des années 1980, la surface de l’Europe et celle de la Méditerranée reçoivent une quantité d’énergie solaire bien supérieure à celle des décennies précédentes… ===> donc les panneaux photovoltaïques vont générer plus d’électricité que prévu ? Affaire à suivre…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
3609

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS