Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Le CO2 caché de l’Occident
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le CO2 caché de l’Occident

Alors que de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’explosion des émissions de CO2 de la Chine, une équipe de chercheurs internationaux, sous la direction de l’Université de Leeds (1) en Angleterre, a estimé la part de ces émissions liées à la fabrication de produits destinés aux pays industrialisés.

Le rapport met en lumière, chiffres à l’appui, que si les émissions de CO2 de la Chine ont presque doublé ces cinq dernières années, c’est en grande partie pour satisfaire une demande en provenance de l’Occident. Lors de la présentation du rapport, Klaus Hubacek de l’Université de Leeds a déclaré : «Environ un tiers des émissions chinoises provient de la production de biens qui sont ensuite exportés – principalement vers le monde développé ». Klaus Hubacek ajoutant pour bien préciser les choses : « Ainsi, tout en travaillant à réduire leurs propres émissions de carbone, les pays occidentaux externalisent une partie de leur pollution à la Chine et à d’autres parties du monde en développement ».

Au niveau des évolutions futures, l’équipe de recherche conclut par une note très pessimiste. Estimant que, même avec les hypothèses les plus optimistes, à savoir : l’amélioration des rendements et la généralisation de la séquestration du carbone, les modèles n’indiquent qu’un ralentissement de la croissance des émissions de CO2 de la Chine et tablent sur un triplement de leur volume d’ici à 2030.

Les chiffres de ce rapport seront sans doute repris par les autorités chinoises pour étayer leur argumentaire dans le cadre de négociations climatiques post-Kyoto en cours. Afin de ne pas voir entraver la forte croissance de son économie, la Chine met en avant principalement trois arguments :

- Que par habitant ses émissions de CO2 sont encore très inférieures à celles des pays occidentaux.

- Que, si aujourd’hui les niveaux des concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre sont si élevés, c’est dû essentiellement aux deux siècles de développement des pays industrialisés et qu’ils doivent en assumer la responsabilité.

- Et enfin qu’une grande partie des émissions chinoises est liée à la fabrication de produits destinés aux consommateurs occidentaux.

Il est vrai que dans leur bilan de gaz à effet de serre, les pays industrialisés se gardent bien de prendre en compte ne serait-ce qu’une estimation du CO2 généré lors de la fabrication des produits importés. Avec un déplacement massif des industries vers les pays émergents, les pays occidentaux peuvent ainsi afficher des résultats bien plus satisfaisants, un peu comme si le plus important pour eux était de faire bonne figure par rapport aux opinions publiques.

Malgré ce rapport, dévoilant ces quantités de CO2 pudiquement cachées, il a y peu de chance qu’elles soient prises en compte dans les négociations climatiques en cours et qu’ainsi chacun se retrouve réellement face à ses responsabilités.

Michel Sage

1- L’Université de Leeds est un des plus importants établissements d’enseignement supérieur au Royaume-Uni avec plus de 30 000 étudiants de 130 pays.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
JeanPhir
4 août 2008 - 0 h 00 min

Cet article est vraiment polémique donc un peu stérile… D’abord, personne n’oblige les Chinois à polluer autant pour produire leur énergie, ensuite ce n’est pas au criminel à faire des reproches au commanditaire. (Pas la peine de riposter que l’inverse non plus : les scientifiques britanniques ne sont pas des commanditaires alors que la Chine étant un pays dirigiste, c’est bien le gouvernement qui décide de tout.)
Dire que les Occidentaux sont responsables de la situation à cause de leur passé est idiot dans la mesure où personne ne connaissait le problème. Chose amusante, ils le deviendraient si, en connaissance de cause, ils ne cessaient d’importer d’aussi loin des produits couteux en énergie de transport alors qu’ils pourraient les produire eux-mêmes ! C’est valable pour les produits manufacturés chinois mais aussi pour les bois exotiques…
Ce sujet oublie aussi la quantité importante de CO2 retirée de l’atmosphère par les forêts européennes (en France leur surface augmente) alors que ça bétonne à tout va en Chine, sans parler du désert de Gobi qui avance de 25 km par an.


Lea
4 août 2008 - 0 h 00 min

En effet cet article est un peu polémique et pour ma part je trouve que cela fait du bien. Et l’argument polémique=stérile est très falacieux je trouve. Comme bien des arguments développés par JeanPhir, et celui de la fin l’est particulièrement (sans doute pour ce donner bonne conscience)
Je site : « Ce sujet oublie aussi la quantité importante de CO2 retirée de l’atmosphère par les forêts européennes » c’est fabuleux comme argument surtout quand on sait combien l’europe importe de bois pour ne pas faire trop souffrir ses forêts.
Quant on fait de dire on ne savait pas…. il suffit de regarder quand on a commencé a alerter et meme quand on commencer les premieres approches de kyoto…. Meme si l’on ne l’a pas fait exprés…. on peut réparer quand même… c’est trop facile…
Bref, je pense qu’il est plus juste de regarder ce que l’on emet réellement plutot que virtuellement en déplaçant des usines de l’autre coté des frontières…


mat1980
11 août 2008 - 0 h 00 min

Ce qui m’interpelle dans tout ça, c’est que ni d’un côté ni de l’autre, à un moment donné, ils pensent aux générations futures… c’est vraiment des gue-guerres de capitalistes à qui mieux mieux et ‘plus de sous’ et ‘moi aussi je veux je veux je veux’ ! Et tout ça pour quoi… pour un futur incertain avec des conséquences sûrement dramatiques. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre… c’est stupéfiant! Alors au lieu d ‘argumenter sur ce qui s’est passé, au lieu de dire moi aussi je veux être fort et puissant, pensez un peu aux générations futures occidents et chinois et trouver des solutions intelligentes avant de le regretter!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
45

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS