Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » La sécheresse en France pourrait être historique en 2006
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La sécheresse en France pourrait être historique en 2006

’2006 pourrait être aussi une année très difficile voire historique en matière de sécheresse.’ C’est par ce constat que Nelly Olin a commencé son allocution liée à la sécheresse, lors d’une conférence de presse hier. En France, depuis quelques années, le déficit en eau s’accélère, alors que l’hiver 2004-2005 a été sec, l’automne 2005, où la pluie était attendue avec impatience, est tout aussi aride et très inquiétant (cf. carte). En conséquence, la ministre estime que ‘Si des pluies abondantes ne viennent pas d’ici mars combler le déficit accumulé, la situation sera extrêmement difficile.’


En temps normal, la France reçoit en moyenne 440 milliards de m3 de précipitations par an, dont 61 % s’évaporent, 16 % alimentent directement les cours d’eau et 23 % s’infiltrent dans le sous-sol pour alimenter les nappes phréatiques. Le total des écoulements avoisine donc 3 262 m3/personne/an. Or, les précipitations étant en chutes, la situation est de plus en plus catastrophique avec des nappes phréatiques et des cours d’eau au plus bas.

Pour la première fois, certains départements n’ont pas levé les restrictions qu’ils avaient prises l’année dernière et actuellement 5 départements sont d’ores et déjà au niveau 3 (Charente, Charente Maritime, Landes, Deux Sèvres, Vienne), tandis que la Seine et Marne vient d’adopter des limitations (interdiction de lavage des véhicules hors des stations professionnelles, interdiction de prélèvement en rivière pour l’arrosage des espaces verts publics et privés, interdiction de nettoyage des voiries…).

La situation dans le quart Sud-Ouest du pays est essentiellement due à la chute des précipitations et à de forts besoins consécutifs à l’augmentation des surfaces irrigables et au type de culture adoptée (du maïs essentiellement). Ainsi, même si la ministre ne s’est pas attardée sur les facteurs humains et notamment agricoles, rappelons que l’agriculture est la principale consommatrice d’eau en France avec 60 % des prélèvements en eau consacrés à l’irrigation.

Toutefois, la ministre a lancé un appel aux agriculteurs en leur demandant, à l’heure où ils choisissent les cultures de l’année, de privilégier celles qui sont adaptées au déficit d’eau actuel, tandis que la création de retenues de substitutions va être testée en grandeur nature au printemps.

Globalement, il apparaît nécessaire de réfléchir à l’adéquation de nos systèmes de culture actuels face aux ressources en eau disponibles.

Au-delà de l’agriculture, l’heure est à l’économie et aux ‘petits gestes’. Le 2 février prochain, une charte de bonnes pratiques sera ainsi signée avec la fédération des Golfs, avec comme objectif de parvenir à une réduction de 30 % de leur consommation d’eau en 3 ans. Enfin, au printemps 2006 une action de sensibilisation du grand public sur les économies d’eau appellera à une mobilisation générale.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
747

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS