Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » La saga de la fertilisation des océans continue…
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La saga de la fertilisation des océans continue…

Cette semaine, la revue Nature publie une étude qui ne va pas tellement plaire aux promoteurs de la fertilisation des océans comme moyen de lutte contre le changement climatique (1). Les résultats montrent que dans les régions océaniques riches en fer, la masse de phytoplancton absorbe effectivement d’importantes quantités de CO2, mais qu’une grande partie de ce gaz est renvoyée à l’atmosphère et non stockée au fond des océans.

En étudiant les effets des apports naturels en fer, les chercheurs ont montré qu’à la suite du développement algal, la séquestration du CO2 se faisait principalement à 200 mètres de profondeur, pour quelques décennies. Mais, également, elle est 80 fois plus réduite que ce qui avait été estimé lors de précédentes recherches à Kerguelen. Richard Sanders, un des auteurs de cette nouvelle étude, menée au Sud de Madagascar, déclarait à l’AFP que « sur cent unités de CO2 fixées par le phytoplancton dans la couche superficielle de l’océan, 90% est recyclée en surface ». Les 10% restant se trouvent à 200 mètres, et au final, seulement 1% du total se fixera dans les sédiments qui recouvrent les fonds océaniques.

Auparavant, certains scientifiques avançaient que, pour absorber 30% des émissions annuelles de dioxyde de carbone, il fallait traiter en fer une surface océanique dix fois supérieure à ce que représentent les océans de l’Antarctique. A l’aune de ces nouveaux résultats, même si tous les océans du monde étaient enrichis en fer, l’effet sur les taux de CO2 atmosphériques serait totalement insignifiant.

Alors que durant les semaines passées, le projet germano-indien baptisé LOHAFEX (2) avait vivement ranimé les débats autour de ces techniques et leurs possibles effets, les résultats publiés mercredi arrivent à point nommé pour alimenter la controverse.

Elisabeth Leciak
1- A lire sur ce thème, notre dossier : ‘La planète Terre bientôt climatisée ?‘.

2- LOHAFEX est un programme de recherche conduit par l’Institut Alfred-Wegener, le plus ambitieux jamais envisagé à ce jour et qui consiste à déverser quelques 6 tonnes de fer dans des zones océaniques de l’antarctique et en étudier les effets sur la séquestration du CO2.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
31 janvier 2009 - 0 h 00 min

Les industriels arriveront-ils à fourguer leur foutu CO2 quelque part. (Sous le tapis !)


jerome
31 janvier 2009 - 0 h 00 min

Et les expérimentations secrètes déjà en cours (repérables par les CHEMTRAILS), ces déversements massifs de poudres métalliques dans l’atmosphère pour diminuer le rayonnement solaire au sol, qui en parle officiellement ? Cela n’intéresse pas les ONG environnementales ?


thylacine
1 février 2009 - 0 h 00 min

L’image de lupus est bonne: « fourrer nos déchets sous le tapis ». Sauf que ce ne sont pas « les industriels » les coupables, mais NOUS TOUS…
Quand on s’aperçoit que ses actes ont des conséquences catastrophiques, la réaction logique (et saine) est de modifier ses actes, pas d’en accomplir d’autres pour masquer les premiers! Sinon ça s’appelle une fuite en avant! Le problème dans une fuite en avant, c’est que chaque acte n’est pas commandé par un objectif constructif, mais exécuté pour réparer le précédent. Dans ce cas on perd la maîtrise de la situation et on en devient esclave…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
31

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS