Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » La perdition des animaux migrateurs face aux changements climatiques
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La perdition des animaux migrateurs face aux changements climatiques

Attendu prochainement, un nouveau rapport du PNUE (1), intitulé « Vulnérabilité des espèces migratrices au changement climatique », donne un avant-goût guère encourageant de l’avenir qui se profile pour les espèces animales migratrices. Le 24 juin dernier, à l’occasion du lancement de l’ouvrage (2) co-écrit par Robert Vagg et le journaliste Stanley Johns, « ambassadeur pour la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage » (CMS), s’est tenue une série de conférences au cours desquelles furent notamment débattus les premiers résultats disponibles de ce prochain rapport. Or, sans surprise, ceux-ci confirment l’extrême vulnérabilité des espèces migratrices, telles que les baleines ou les tortues, face aux perturbations climatiques.

Menés par la Société Zoologique de Londres (ZSL), pour le compte de la Convention du PNUE sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, les travaux présentés indiquent que « même les changements les plus subtils des conditions environnementales causés par le changement climatique pourraient avoir des conséquences catastrophiques pour les animaux migrateurs ». Dépendantes de plusieurs habitats pour se nourrir, se reproduire et se reposer, bon nombre d’espèces migratrices pourraient ainsi s’éteindre si elles ne parviennent pas à s’adapter aux modifications affectant leurs milieux d’élection.

Parmi les espèces les plus vulnérables, figurent notamment les tortues caouanne, empruntant souvent les eaux britanniques au cours de leurs trajets migratoires. Celles-ci pourraient, toutefois, leur devenir de plus en plus en inhospitalières. Elles y sont, entre autres, confrontées à la raréfaction des plages propices à la nidification, en raison de l’élévation du niveau des océans. En outre, l’élévation des températures représente un obstacle supplémentaire, les chercheurs craignant qu’elle entraîne la féminisation de populations entières et cause, par là-même, la disparition des représentants mâles de l’espèce.

Mais les tortues caouanne ne sont malheureusement pas les seules à tomber sous la menace du couperet. La tortue verte, la tortue imbriquée, la tortue luth, la baleine bleue, le lamantin ouest africain et le poisson-chat géant font partie des « espèces à haut risque de disparition face au changement climatique ».

Pour Aylin McNamara, gestionnaire du projet de la Société Zoologique de Londres, il ne fait aucun doute que : « L’augmentation des températures, les changements dans les taux de précipitations, l’élévation du niveau de la mer, l’acidification des océans, les changements dans les courants océaniques et les phénomènes météorologiques extrêmes affecteront toutes les populations d’espèces migratoires ».

Pour œuvrer à la conservation des espèces migratrices, et les épauler dans leurs efforts d’adaptation aux changements climatiques, le réel défi à relever consiste en l’instauration d’une coopération à l’échelon international, les espèces migratrices ne connaissant pas, par définition, de frontières.

Cécile Cassier
1- Programme des Nations Unies pour l’Environnement.

2- Le livre intitulé « Survival : Saving Endangered Migratory Species » présente une analyse de la situation des espèces migratrices à travers le monde, et des menaces auxquelles elles sont confrontées.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
nebli
1 juillet 2010 - 0 h 00 min

disparition des espèces , la nature de cet article ainsi queles exemples donnés( tortues)
me surprend assez, pourriez vous me dire comment faisaient ces tortues pendant la dernière glaciation du wurm( il y a à peine 12000 ans )? pendant les périodes interglacières?
ou même plus récemment au xIIIème siècle?
je pense que le problème du réchauffement est suffisament sérieux pour mériter des exemples précis et irréprochables , ce qui ne semble pas être le cas ici ,soit l’information n’est pas suffisament étayée soit elle est incomplète ds les deux cas elle décribilise ce qu’elle prétend renforcer .c’est bien domage .
la pollution, la chasse et les pertes d’habitats sont pour reprendre l’exemple des tortues des dangers bien plus importants car à bien plus court terme, de plus ces tortues fréquentent presque tous les océans et je ne perçois pas comment la population mozambicaine ou australienne se verront affectée par les t° de l’eau européennes, de même le ratio mâle femelle est tel que présenté ici dénué de tout fondement , toutefois il ce peut que la publication originelle en compte d’aventage en ce cas elle mériterait une meilleure diffusionnotamment sous forme de liens par exemple donnant directement accès à celle ci.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
53

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS