Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » La bourse au CO2 met en danger 20% des forêts tropicales
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La bourse au CO2 met en danger 20% des forêts tropicales

Les arbres séquestrent au cours de leur croissance du carbone, lequel retourne dans l’atmosphère lors de la mort du végétal. C’est sur ce constat que le Protocole de Kyoto porte sur les crédits de carbone pour les forêts nouvelles ou replantées qui font office de puits à carbone. L’étape en cours, de l’après Kyoto, verra très vraisemblablement se créer un autre marché du carbone pour les pays qui réduiront leur déforestation par rapport aux niveaux des années récentes, évitant ainsi de relâcher de trop grandes quantités de carbone. A l’inverse, pour les pays HFLD (1) qui ont jusqu’à présent évité la destruction de leurs forêts tropicales, rien n’est prévu. En effet, alors que ces derniers n’ont pas contribué au réchauffement climatique en protégeant leurs forêts, aujourd’hui ils risquent tout simplement d’être exclus d’un marché du carbone dont le but sera justement de protéger les milieux boisés pour combattre le réchauffement planétaire.

Au-delà de l’aberration d’empêcher des pays d’accéder à la bourse du carbone parce qu’ils ont bien géré leur patrimoine, une étude publiée demain par le journal Biology, de la bibliothèque publique des sciences, estime que ces ‘bons élèves’ pourraient au contraire être mis en difficulté. Sans accorder de crédits préventifs à ces pays, pour les inciter à protéger leurs forêts tropicales, les causes qui sont à l’origine de la déforestation partout ailleurs pourraient atteindre rapidement ces régions. Selon l’étude, un prix du carbone à 10 $ la tonne représenterait des millions de dollars par an pour ces pays, donnant ainsi aux gouvernements une incitation forte pour continuer protéger leurs forêts tropicales. 

La pérennité de cette conservation permettrait par ailleurs de sauvegarder un milieu essentiel, tant pour la faune exceptionnelle qui s’y trouve que pour les populations locales qui y trouvent une eau propre, de la nourriture, des remèdes et des ressources naturelles.

Alex Belvoit
1- Les pays HFLD présentent une couverture forestière importante et à faible niveau de déforestation (acronyme anglais HFLD). Ce sont le Panama, la Colombie, la République démocratique du Congo, le Pérou, le Belize, le Gabon, la Guyana, le Suriname, le Bhoutan et la Zambie, ainsi que la Guyane française, un territoire de la France. Trois de ces pays, la Guyana, le Suriname et la Guyane française, couvrent une grande partie de la région du Bouclier guyanais du nord de l’Amazonie, la plus grande surface de forêt tropicale sur terre.

2- Gustavo Fonseca est co-auteur de l’étude avec Russell A. Mittermeier, Carlos Manuel Rodriguez et Lee Hannah de Conservation International (CI), Guy Midgley du Centre de recherche de Kirstenbosch à l’Institut national pour la biodiversité d’Afrique du Sud et Jonah Busch du Donald Bren School of Environmental Science and Management à l’UC-Santa Barbara.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
véro
16 août 2007 - 0 h 00 min

C’est très révélateur de la volonté des états à prendre en main le réchauffement climatique. L’argent est roi encore pour longtemps.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
29

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS