Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » L’hydroélectricité pas vraiment neutre pour le climat
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’hydroélectricité pas vraiment neutre pour le climat

Une équipe de chercheurs de l’Eawag (1) vient de publier une étude sur les émissions de méthane (CH4) du lac de Wohlen près de Berne. Les résultats indiquent, qu’en moyenne, plus de 150 milligrammes de méthane s’échappent quotidiennement de chaque mètre carré de la surface du lac vers l’atmosphère. La chimiste de l’environnement Tonya Del Sontro et son directeur de thèse, le professeur Bernhard Wehrli, indiquent qu’ils « ont tout d’abord douté de leurs résultats », mais que « toutes les mesures ultérieures sont venues confirmer la valeur inattendue des émissions ». D’après les chercheurs, c’est le taux d’émission le plus élevé jamais mesuré dans un lac de latitude moyenne. Le méthane se forme à partir de la matière organique qui est dégradée par fermentation bactérienne. La production de méthane augmente avec la température de l’eau, ainsi,  à une température de 17°C, soit le niveau des barrages tropicaux, le taux d’émission atteint le double de la valeur mesurée sur le lac de Wohlen.


Utilisation des pièges en forme d’entonnoir, par les chercheurs de l’Eawag, pour capter le méthane remontant du fond du lac de Wohlen.


En extrapolant ces résultats à l’ensemble du lac, la production de méthane se situe à 150 tonnes par an. Pour les auteurs de l’étude, cela correspond aux émissions annuelles de 2000 bovins, ou bien à l’équivalent de 25 millions de kilomètres de circulation automobile. Selon Tonya Del Sontro, « L’énergie hydroélectrique n’est donc pas aussi neutre en carbone qu’on ne le pensait jusqu’à présent ». La chimiste  relativise toutefois cet impact en indiquant, que cela reste encore 40 fois moins important que la quantité de dioxyde de carbone libérée par une centrale thermique au charbon de puissance équivalente.
Michel Sage
Photo © Eawag

1- L’Eawag est un institut de recherche suisse dans le domaine de l’eau

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 11 octobre 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Daquin
14 octobre 2010 - 0 h 00 min

Y’a plus qu’à… bâcher le lac pour récupérer le biogaz puis le valoriser, par exemple pour chauffer des serres, sécher des récoltes, ou alimenter des moteurs
Cela permettrait d’augmenter le rendement énergétique global du lieu, tout en soustrayant à l’atmosphère un puissant gaz à effet de serre.
Cette forme de « cogénération » si sa faisabilité se confirme pourrait rendre l’énergie hydraulique plus attractive pour des investisseurs et favoriser son développement comme énergie alternative.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
33

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS