Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » L’équilibre marin remis en question par le réchauffement climatique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’équilibre marin remis en question par le réchauffement climatique

L’écosystème marin se décline en multiples strates, chacune réunissant des conditions de vie propres à l’établissement d’une biodiversité spécifique. Profondes, les zones de minimum d’oxygène ou OMZ (Oxygen – Minimum Zones) ont la particularité d’être très pauvres en oxygène. Pour autant, cela ne signifie pas qu’elles sont dénuées de vie, bien au contraire. Situées à des profondeurs intermédiaires où la concentration en oxygène est très faible, les OMZ résultent de la dégradation de la matière organique provenant de zones moins profondes et riches en oxygène. De fait, au sein de ces zones prospère le phytoplancton qui, lorsqu’il meurt, s’enfonce doucement. Des bactéries dites aérobies s’en nourrissent alors, dégradant la matière organique en consommant l’oxygène.

Avec le soutien du projet HERMIONE (1), financé par l’Union européenne, une récente étude s’est intéressée à la biodiversité propre aux OMZ en mer d’Oman, dans le Pacifique oriental et le golfe du Bengale. Parue dans la revue « Marine Ecology », elle a constaté que, suite au manque de brassage dans la colonne d’eau (2), les zones moins profondes ne sont pas réapprovisionnées en oxygène, provoquant la création d’OMZ entre 100 et 1000 mètres de profondeur.

Pour le professeur Andrew Gooday du National Oceanographic Centre (NOC) de Southampton (Royaume-Uni), auteur principal de l’étude : « L’oxygène semble être le facteur déterminant de la biodiversité et de la composition des écosystèmes du plancher océanique au centre des OMZ ». Adhérant à cette observation, le Dr Brian Bett, également issu du NOC, explicite : « Les squelettes et les carcasses des animaux marins sont autant d’habitats différents où d’autres créatures peuvent prospérer. C’est ainsi que des prédateurs tels que des crustacés de type crevette exploitent les amas de méduses, poissons et crabes morts, et que d’autres espèces se nourrissent des os des baleines.» En juillet 2009, l’association Robin des Bois avait déjà souligné le rôle post-mortem de la baleine dans l’équilibre de la vie sous-marine.

Toutefois, le réchauffement climatique augure divers bouleversements pour l’équilibre marin. En effet, l’augmentation de la température des océans risque de réduire le mélange vertical des eaux ainsi que la solubilité de l’oxygène dans l’eau. Or, lorsque l’oxygène devient trop rare, les animaux et les autres organismes commencent à disparaître. Une crainte que partage le Dr Bett : « Si ce réchauffement planétaire se traduit par des OMZ plus grandes et encore plus pauvres, l’impact sur la biodiversité sera probablement négatif ».

Cécile Cassier
1- Regroupant 38 partenaires, issus de 13 pays d’Europe et d’un pays d’Afrique, le projet HERMIONE entend améliorer la compréhension des écosystèmes profonds et leur contribution à la production de biens et de services.

2- La colonne d’eau désigne l’étendue d’eau entre la surface et les sédiments du fonds.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
30

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS