Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » L’Australie envahie par des troupeaux de chameaux assoiffés
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’Australie envahie par des troupeaux de chameaux assoiffés

C’est une curieuse invasion à laquelle doit faire face une communauté australienne, établie à Docker River, dans l’Etat des Territoires du Nord. Les habitants se voient, en effet, assaillis par des troupeaux de chameaux sauvages. Tiraillés par la soif, ces derniers s’enhardissent et se rapprochent dangereusement des villages dans l’espoir de trouver de quoi s’abreuver. D’après l’Agence France Presse (AFP), ils seraient des milliers à affluer vers les zones d’habitations.

Selon Graham Taylor, responsable local, l’inquiétude des habitants est justifiée, les chameaux pouvant chercher à pénétrer à l’intérieur des bâtiments pour étancher leur soif. Toutefois, une plus grande menace pèse désormais sur l’ongulé, un abattage massif ayant été ordonné pour la semaine prochaine. Rassemblé et éconduit à une quinzaine de kilomètres à l’aide d’hélicoptères, un troupeau de 6 000 individus sera ainsi abattu au fusil.

Introduits en Australie au début du XXe siècle, les chameaux furent par la suite délaissés au profit d’autres moyens de transport. Livrés à leur sort, ils constituent aujourd’hui une population estimée à plus d’un million d’individus, répartis sur l’ensemble du territoire. En l’absence de réels prédateurs, ils représentent aujourd’hui une véritable menace pour les cultures. Ils nuisent également aux espèces animales endémiques du pays, en épuisant les sources d’eau et de nourriture.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 novembre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
rose
28 novembre 2009 - 0 h 00 min

L’homme crée des déséquilibres et pour y remédier il dégaine son fusil. C’est un scénario désormais bien connu, et lassant à force d’être répétitif. Il semblerait que l’humain ne voie de solution que dans la violence et la destruction de masse. Industrielles. Tout se fait désormais à l’échelle industrielle, à la chaîne. On ne peut penser l’animal autrement qu’usiné, quel que soit le contexte.
Il serait bien que l’humain, censément pourvu d’une conscience et d’une capacité de représentation (on ne cesse de nous le seriner : la faculté de représentation est ce qui distingue l’homme des autres animaux) mette ces attributs qui lui seraient propres en pratique et réfléchisse a priori aux conséquences a posteriori de ses actes.


taiga
28 novembre 2009 - 0 h 00 min

l’humain fait connerie sur connerie et fait payer l’addition par les animaux qu’il considère comme choses utiles, ou gênante suivant les cas. Et cela ne fait que commencer! On va recruter du chasseur! car d’autres animaux, ailleurs dans le monde, dans un avenir proche, n’auront d’autre choix que de migrer à la recherche de points d’eau (lorsque la neige des montagnes aura fondu et que les lacs se seront plus alimentés…)ou de nourriture… Misère! et où va se retrouver toute cette « viande » ? dans le petfood? les hamburgers?


zygo
29 novembre 2009 - 0 h 00 min

Ce ne sont sûrement pas des chameaux mais des dromadaires. Je ne comprends pas puisque ces bêtes sont encore couramment utilisées pourquoi on ne les capture pas pour les vendre là où on les utilise encore?


Amedeo
29 novembre 2009 - 0 h 00 min

Tout à fait d’accord avec ZYGO,ce sont certainement des dromadaires(une seule bosse),que l’on va abattre par millier,ce sera du massacre.Savez-vous que la viande de cette bête est comestible?On a bien introduit le bison,et on en mange.Le dromadaire dans l’est et le sud du Sahara on en consomme,les jeunes surtout,et cet animal sert et continu de servir pour le transport et l’agriculture.Tout autour de l’Australie il y a certainement « preneurs ».Le fait de leur donner à boire est-il difficile à concevoir en attendant de trouver une solution plus »HUMAINE ».
Amedeo184


toupetipoi
29 novembre 2009 - 0 h 00 min

mais c’est bien sur… on déporte une population d’animaux qui n’a rien à faire là, on s’en sert un maximum et puis on a peur alors on tire dessu au fusil! Je souhaite à l’humanité de crever d’une agonie lente et douloureuse.Mais puisque les ressource d’eau potables s’amenuisent à grande vitesse encore à cause d’elle,verra bien qui riera le dernier quand on crèvera de soif et qu’il n’y aura personne pour nous achever au fusil. Tout ca me dégoute profondément


P.R.
30 novembre 2009 - 0 h 00 min

Bine bizarre cette « découverte » ….

Déjà en 2004 …
http://camelides.cirad.fr/fr/curieux/export.html

pourquoi maintenant c’est présenté comme une urgence ?

L’abattage en réaction à cette « invasion » est bien commune …
http://www.miwim.fr/blog/les-chevaux-sauvages-mustang-trop-nombreux-aux-etats-unis-2638
http://poneyxpress.com/texte.php?id=28
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mustang_%28cheval%29


catie
30 novembre 2009 - 0 h 00 min

Pour se permettre ça ? Des animaux ont soif ? Y’a qu’à les tuer, ils n’auront plus soif ! Y’a pas d’association internationale pour intervenir ? On va laisser faire çà ? Y’en a qui s’attachent aux arbres pour qu’on ne les abattent pas, y’a personne sur place pour se mettre devant les dromadaires ? Honte à l’Australie !


matth201
30 novembre 2009 - 0 h 00 min

Mais bien sur, il faut sauver les chameaux australiens. Espèce invasive si il en est en compétition avec une faune endémique en voie de disparition. Et tant qu’à faire envoyons les en afrique, par avions de préférence: les dromadaires avec le plus lourd bilan carbone au monde!! Défense de l’environnement et sensiblerie ne font décidemment pas bon ménage.


Babou
30 novembre 2009 - 0 h 00 min

J’ai honte d’appartenir à la race dite humaine…


genista
2 décembre 2009 - 0 h 00 min

Après l’extermination des troupeaux de chevaux sauvages, des kangourous… c’est au tour des chameaux ! La méthode n’a pas changé : hélicoptères, fusils, tir à volonté ; pour y avoir assisté une fois, je peux vous dire que certains des participants jouissent même de ce nouveau « divertissement. » C’est plus rigolo qu’une partie de chasse !
La question se posera bientôt pour l’espèce humaine : nous sommes actuellement 6 milliards d’individus sur cette planète et bientôt 9 milliards en 2050 !
Beaucoup d’économistes et de « responsables » politiques dans le monde reconnaissent qu’il va falloir trouver une solution assez rapidement car la planète ne pourra pas nourrir 9 milliards d’individus… On assiste déjà à la vente de terres arables (dans des pays pauvres) à des pays qui en manquent (émirats arabes entre autres) et qui cherchent d’ores et déjà à assurer leurs approvisionnement de base. Ainsi, les chinois et les émirats ont actuellement beaucoup investi en afrique et en Europe centrale pour l’achat de ces terres. Cela ne suffira pas à régler le problème.
Alors, avez-vous une idée de la façon dont on va pouvoir résoudre cet excédent de population ?
Qui sera marqué du label « espèce invasive » ?
Organisera-t-on de vastes safari pour joindre l’utile à l’agréable ?
Réfléchissez un peu ! La méthode australienne a de l’avenir…


stardiet
3 décembre 2009 - 0 h 00 min

« Genista » à oublié l’extermination des »Arborigènes » au tableau de chasse des Australiens!
L’irresponsabilité des pouvoirs publics face à la gestion des problèmes est toujours la même.
Aucuns budgets prévus pour la prévention des problèmes. Gaspillages des fonds publics, détournements de fonds, complaisances envers les lobbys industriels, de la chimie…mais riende vraiment concret pour parer aux problèmes écologiques, pour le développement durable….
Prendre le fusil comme des barbares, c’est une honte!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
926

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS