Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Kyoto, un an après, que penser ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Kyoto, un an après, que penser ?


Il y a un an, jour pour jour, le Protocole de Kyoto entrait en vigueur avec, comme finalité, la volonté de lutter contre le réchauffement climatique. Aujourd’hui, le discours a évolué et, de plus en plus, ici et là, on reconnaît que ce protocole sera insuffisant pour lutter contre le réchauffement et la modification des climats qui l’accompagne. Ainsi, en janvier 2006, le premier ministre anglais, T. Blair, avec un flegme tout britannique, reconnaissait dans l’introduction d’un rapport sur le changement climatique, que : ‘Il est clair que les risques liés au changement climatique pourraient être plus importants que ce que nous pensions’.

Dès lors, que penser d’un accord qui ne concerne pas les Etats-Unis et la Chine, les 2 premiers émetteurs de gaz à effet de serre au niveau planétaire, avec pour le cas chinois une croissance des émissions supérieures à 10 % par an (en 2002, 2003 et 2004)… et du projet alternatif formé par les Etats-Unis, l’Australie, la Chine, l’Inde et la Corée du sud, fin juillet 2005, baptisé Asia-Pacific Partnership for Clean development and Climate (APP). Cet anti-Kyoto, hors de toute limitation des émissions de gaz à effet de serre, définit un programme pour promouvoir les transferts de technologies afin d’assurer un usage ‘propre’ des ressources énergétiques conventionnelles.

D’autre part, que penser du devenir de Kyoto quand 4 des 5 signataires du traité alternatif (Etats-Unis, Australie, Chine, Inde) représentent à eux seuls 44 % des émissions mondiales de CO2… Que penser quand l’Union Européenne, pourtant motrice dans le protocole, n’atteindra probablement pas ses objectifs… Que penser de la mise en place de nouveaux quotas, encore plus bas, alors que l’on ne réussit pas à respecter les valeurs déjà définies… Que penser alors que les émissions de CO2 ne cessent de croître au niveau mondial…

Par ailleurs, que penser d’un milieu associatif qui concentre en majeure partie son action et son lobbying sur le vieux continent, alors que celui-ci est responsable de moins de 20 % des émissions mondiales de CO2. La clé d’un hypothétique contrôle du réchauffement climatique passe obligatoirement par les USA et la Chine. Mais il est vrai qu’en ce domaine, le lobbying est moins facile, avec une Amérique sans concession, qui croit dur comme fer au Dieu Technologie, et une Chine qui n’envisage pas une mise sous contrôle de la détérioration de son environnement avant 2010…

Enfin, lorsque l’on sait que, même en revenant au niveau des émissions mondiales de CO2 de l’année 2000, la concentration de CO2 atmosphérique continuera de croître, que penser de l’aptitude de l’humanité à, dans un premier temps, réussir à ‘contrôler’ le réchauffement climatique.

Pascal Farcy
Schémas source Enerdata

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 16 février 2006 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
588

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS