Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Grenelle Environnement : groupe  »Changement climatique et énergie »
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Grenelle Environnement : groupe  »Changement climatique et énergie »

Face aux deux défis majeurs auxquels l’humanité va se confronter durant le XXIe siècle, ce groupe a arrêté quatre thèmes pour un total de 19 propositions plus floues et philosophiques que concrètes…

A) Vers une société sobre en énergie et en ressources

1. Engager dès maintenant un chantier très ambitieux de rénovation énergétique des bâtiments existants, pour réduire les consommations d’énergie d’environ 20 % dans les bâtiments tertiaires et 12 % dans les bâtiments résidentiels en 5 ans, et de plus d’un tiers à l’horizon 2020.

2. Lancer un programme de rupture technologique sur le bâtiment neuf visant à généraliser les bâtiments à énergie positive (qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment) en 2020 et à avoir, dans 5 ans, au moins un tiers des bâtiments neufs à basse consommation ou à énergie positive.

3. Etendre l’étiquetage énergétique qui existe aujourd’hui pour les automobiles et certains appareils électroménagers, à tous les appareils de grande consommation (téléviseurs, ordinateurs…) et interdire à la vente les appareils les plus consommateurs d’électricité, notamment les lampes à incandescence, à l’horizon 2010. Imposer dès à présent des régimes de veille peu consommateurs d’énergie.

4. Concevoir des modes de production innovants et efficaces en énergie dans l’industrie en mobilisant les acteurs européens.

5. Dans le secteur agricole (voir aussi les travaux du groupe 4) : diminuer l’utilisation des engrais azotés, promouvoir les techniques culturales adaptées, conditionner la défiscalisation partielle de TIPP et TICGN des exploitations agricoles à la réalisation de diagnostics climat énergie.

B) Ramener les émissions des transports à leur niveau de 1990 d’ici 2020

1. Créer un observatoire des transports pour notamment rendre obligatoire l’affichage des émissions de gaz à effet de serre des prestations de transport.

2. Réaliser un schéma national des nouvelles infrastructures de tous les modes de transport, avant toute nouvelle décision.

3. Déclarer d’intérêt général pour la société, au niveau législatif, la promotion et l’utilisation des modes fluvial, ferroviaires et de cabotage maritime pour le transport de fret. Mise en place d’un plan national de développement du fret non-routier dont l’objectif sera d’amener le fret non routier de 14 % aujourd’hui à 25 % du fret total, en 15 ans.

4. Rationaliser l’usage de l’automobile et amener les émissions moyennes de CO2 des véhicules automobiles en circulation de 176 g CO2/km à 130 g CO2/km en 2020, réduction de vitesse immédiate de 10 km/h sur les routes et autoroutes, éco-pastille annuelle avec un système de bonus-malus (aide économique pour les ménages et les salariés contraints d’utiliser leurs véhicules).

5. Rétablir le vrai coût du transport aérien dont les émissions augmentent rapidement, en l’intégrant dans le marché de quotas de gaz à effet de serre et en supprimant les subventions publiques aux compagnies à bas coûts (« low-cost »).

6. Affecter une part importante des ressources de la fiscalité environnementale à l’AFITF (agence de financement des infrastructures de transport de France) pour le financement d’infrastructures alternatives à la route et à l’aérien, et aux collectivités territoriales pour les transports collectifs.

C) Vers des villes et plus largement des territoires durables

1. Rendre obligatoires les plans climat-énergie territoriaux dans les communautés d’agglomérations et les communautés urbaines, avec un volet consacré à l’adaptation au changement climatique et en reprenant l’objectif de – 20 % d’émissions de gaz à effet de serre en 2020.

2. Elargir les compétences des communauté urbaines et des communautés d’agglomération en matière d’urbanisme et de transports avec une gestion participative associant les habitants, les associations et les communes.

3. Un plan volontariste de développement des transports collectifs et un plan de développement des déplacements « doux » (vélo, marche) avec un « code de la rue ».

4. Un plan volontariste d’éco quartiers : au moins un éco-quartier avant 2012 dans toutes les communes qui ont des programmes de développement de l’habitat significatif.

5. Introduire dans la loi de nouvelles dispositions :

- introduisant l’adaptation au changement climatique et la maîtrise de l’énergie dans les objectifs de l’aménagement du territoire,

- permettant de lutter concrètement contre l’étalement urbain,

- orientant progressivement la fiscalité locale et les incitations financières et fiscales dans le domaine du logement et de l’urbanisme vers un urbanisme plus durable.

D) Introduire des signaux économiques plus clairs pour tous les acteurs.

1. Réorganiser la fiscalité environnementale et énergétique en adoptant une « contribution climat énergie » sur les produits dont le contenu en carbone ou en énergie est élevé (carburants, combustibles). Elle augmenterait progressivement pour faire apparaître le vrai prix des émissions de gaz à effet de serre et l’appauvrissement pour les générations futures du capital en énergies fossiles. Son produit serait affecté à des actions de lutte contre le changement climatique et à l’accompagnement des ménages et des secteurs économiques exposés.

2. Orienter les aides publiques vers les projets sobres en carbone et en énergie.

E) Décarboner et réduire la production d’énergie

1. Passer de 9 % à 20 % la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie en 2020 et viser, si possible, 25 %.

2. Faire des DOM une vitrine de l’excellence climatique, notamment en visant une part de 50 % d’énergies renouvelables en 2020 et en prenant des mesures adaptées destinées à réduire la consommation d’énergie.

3. Amplifier les efforts de recherche et de développement pour préparer l’avenir énergétique, en priorité sur : l’industrie solaire, le stockage de l’électricité, les réseaux intelligents et les biocarburants de deuxième génération. Expérimenter le captage et stockage industriel du dioxyde de carbone.
Pascal Farcy

1- Télécharger le rapport du groupe de travail numéro 1

2- Présentation et calendrier du Grenelle de l’Environnement

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
BALI
29 septembre 2007 - 0 h 00 min

L’idée d’engager un plan visant à améliorerl’isolation des bâtiments existants pour réduire sensiblement la consommation d’énergie est évidemment intéressante mais il sera indispensable de prendre en considération la charge financière que cela va représenter pour les propriétaires.

En effet il faut pas perdre de vue que la plupart des accédants à la proprièté sont, ou se sont, endettés des années pour acquérir un bien immobilier et il serait absolument insensé de leurs imposer des coûts exorbitants de travaux sans se pencher sur la charge, pour la plupart insurmontable, que cela risque de représenter.

Contribuer à préserver l’environnement est un objectif prioritaire mais il faut aussi éviter de tomber dans la généralisation des contraintes, obligations, pénalités, nouvelles taxations ect.. car les citoyens en sont déjà accablés (souvent pour des résulats fort discutables) et ceci en devient insupportable pour ceux qui ne font pas partie du cercle privilégié qui détient le pouvoir économique ou politique.

Bien amicalement


Alain
29 septembre 2007 - 0 h 00 min

Excellente idée de proposer une réduction des consommations d’énergie en retirant de la vente les ampoules à incandescence pour les remplaçer par des « ampoules basse consommation ».
Une autre idée serait excellente aussi, probablement d’une efficacité accrue, et à mise en place immédiate: Interdire tous les éclairages inutiles en zones urbaines (essentiellement)…enseignes lumineuses…publicités…éclairages nocturne de d’établissements vides…réduction du nombre de lampadaires sur les routes peu fréquentées…..
Cordialement
Alain


aphint75
4 octobre 2007 - 0 h 00 min

il serait aussi interessant de soutenir les PVD dans la production des plantes biologiques aidant à la fabrication du bio-carburant tels le jatropha,le colza…
ainsi les planteurs seraient interessés car cela constiturait une plus value importante pour les petits planteurs et un gain pour toute l’humanité.
NB:inspirez vous de l’exemple de l’ONG YAHVE ORGANISATION qui vilgarise ses plantes en Afrique et plus précisement en Côte d’Ivoire


mimichris
10 octobre 2007 - 0 h 00 min

Bonjour,
Oui, bien sur il est temps d’économiser l’énergie, toutes les énergies, la seule à ne pas être économisée est l’énergie solaire, inépuisable et renouvelable, gratuite pour tous.

Mais, il y a un mais, nos dirigeants ne sont pas les premiers a économiser les énergies, bien au contraire, ils roulent dans des voitures qui consomment beaucoup et sans compter, ils utilisent des avions privés, il n’utilisent certainement pas dans leurs lustres historiques des lampes à économie d’énergie, bref, ils dépensent sans compter notre argent, un exemple qu’ils devraient pourtant donner, mais ça en France, il y a le fameux dictons « faites ce que je dit pas ce que je fais ».

Ensuite, il y a des économies à faire concernant les éclairages des villes, c’est une catastrophe écologique, là, personne n’en parle, même pas les écolos, car il suffit d’allumer un lampadaire sur deux ou de les éteindre une partie de la nuit, comment faisait-on avant, il y avait un lumignon tous les cent metres et l’on s’en portait pas plus mal.

Moins rouler en voiture, marcher un peu plus à pieds ça fait pas de mal, maintenant, les gosses sont ammenés à l’école en voiture même si il n’y a que cinq cent metres à faire, pourtant ça leur ferait du bien, et après on ouvre ses salles de sports avec le slogan « bouger plus », scandale !

Investir dans le chauffage solaire et le photovoltaïque, dans mon département le conseil général a fait le calcul que si 1% des maisons étaient équipés de photovoltaïque, ça correspondrait à la production d’une ville de 65.000 habitants, c’est bien quand même et ça donne à réfléchir.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS