Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Climat : Obama ne fait guère mieux que Bush
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Climat : Obama ne fait guère mieux que Bush

A Bonn, la réunion préparatoire du sommet sur le climat de Copenhague (1), en décembre prochain, a montré l’étendue des divergences qui perdurent quant à l’approche et aux efforts à faire face au changement climatique en cours.

L’absence de consensus sur les réductions d’émissions de CO2, pour tenter de limiter le réchauffement planétaire dans les limites du supportables, est tel que Yvo de Boer, le secrétaire de la Convention des Nations unies sur le changement climatique, a estimé qu’un accord à Copenhague lui paraissait ‘physiquement impossible’, avant d’ajouter ‘Je ne crois pas qu’il soit possible, entre aujourd’hui et la fin de Copenhague, de finaliser tous les détails d’une réponse à long terme au changement climatique pour l’après 2012′.

En effet, les Etats-Unis, premiers émetteurs de gaz à effet de serre mondial, ont d’ores et déjà arrêté leur position en la matière avec 17% de réduction d’ici 2020… mais par rapport à 2005, année d’émissions de CO2 record aux USA. Ramenée à l’année 1990, qui fait référence pour l’ensemble des pays, cette réduction n’est plus que de 7%, quand dans le même temps l’Europe s’engage sur 20% et qu’il faudrait un effort deux fois plus important selon les données des scientifiques (2)…

Outre cette relative absence d’engagement, la position américaine offre une solution aux Etats qui ne souhaitent pas s’engager sur des objectifs trop contraignants. C’est notamment le cas du Japon qui, le 10 juin, a annoncé un objectif de réduction de ses émissions de 8 % par rapport à 1990.

Au final, si la bataille des chiffres semble engagée, il est indéniable que l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et le Canada agissent comme s’il n’y avait pas d’urgence climatique, avec comme chef de file les Etats-Unis et l’administration Obama. On est assurément loin des discours d’une Amérique à la tête des pays œuvrant contre le changement climatique… Pour les Amis de la Terre International, les choses sont d’ailleurs claires, ‘L’élection du président Obama a créé un énorme espoir à travers le monde. Malheureusement pour la survie des populations et de la planète, la position de l’administration Obama lors de ces négociations ressemble de plus en plus à celle de Bush’.

Pascal Farcy
1- Le sommet sur le climat de Copenhague (Danemark), doit définir l’après Kyoto, lequel n’a pas été ratifié par les USA et a vu nombre de pays ne pas tenir leurs engagements (Canada, Australie, etc.).

2- Pour demeurer en deçà d’une augmentation moyenne de 2°C des températures, la première étape de réduction globale des émissions de gaz à effet de serre est de 40% pour les pays industrialisés, d’ici à 2020.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 13 juin 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
musico
13 juin 2009 - 0 h 00 min

Babou
14 juin 2009 - 0 h 00 min

Certes Barak Obama est un séducteur, un personnage charismatique… mais il est à la tête du pays le plus capitaliste qui soit. Quelqu’un croyait-il que parce que Obama est noir et qu’il parle bien qu’il était révolutionnaire ?


patou
14 juin 2009 - 0 h 00 min

Les europeens seraient-ils meilleurs que les autres ou bien font-ils dans l’esbrouffe?Il est facile de dire et assurer a qui veux l’entendre :o n va faire ceci et cela et au final faire le contraire car de toute façon tout le monde s’en fout…Cela me rappelle quelqu’un , un bon français bien blingbling..


PEGASE
14 juin 2009 - 0 h 00 min

Est-il vraiment nécessaire d’attendre les autres pour agir? Sachons nous contenter des progrès de chacun sans faire de comptes d’apothicaire! Chaque état avance à son rythme et en fonction de son niveau de conscience : ayons confiance et avançons!


pol
16 juin 2009 - 0 h 00 min

On a quand meme un peu l’impression qu’en faisant pression, les gouvernements bougent un petit peu… Si l’on ne fait pas pression sur les Américains, il y a peu de chance qu’ils décident de faire mieux… En plus on ne les a pas attendu pour agir, Kyoto est entrée en vigueur sans eux…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
30

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS