Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Changements climatiques : la brûlante question à 100 milliards de dollars
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Changements climatiques : la brûlante question à 100 milliards de dollars

Alors que les négociations de l’ONU sur le climat ont récemment reprises à Bonn après l’échec de Copenhague, l’ONG Oxfam International publie un rapport intitulé « Les financements climat après Copenhague : Les questions à 100 milliards de dollars ». Elle y fait part de ses craintes quant à la nature de l’aide financière promise par les pays riches pour aider les pays en voie de développement à faire face aux changements climatiques, soutien fixé à hauteur de 100 milliards de dollars par an. Ainsi, « Tout en reconnaissant la nécessité de prêts à taux réduit pour aider les pays pauvres à adopter un développement sobre en carbone, l’ONG s’oppose fermement à l’utilisation des prêts pour aider ces communautés à s’adapter aux impacts du changement climatique ». Ces craintes surviennent alors que tout laisse désormais à penser qu’une part importante des financements, dont les premiers versements sont attendus pour 2010 et 2012, seront des prêts et non des subventions. Aussi, des pays déjà contraints de réduire des budgets clés tels que la santé pour faire face au contexte de crise économique, s’enfonceront encore plus dans l’endettement. Une crise « dont ils ne sont pas responsables et dont ils sont les premiers à subir les conséquences », ajoute Oxfam.

Pour défendre ses positions et en prouver la viabilité, l’organisation n’hésite pas à proposer une feuille de route qui, non seulement assurerait le versement des 100 milliards de dollars annuels annoncés, mais permettrait, en outre, de doubler cette aide initialement promise d’ici 2020. Parmi les nouveaux mécanismes de financement mentionnés sur celle-ci, figure, d’une part, l’application d’une taxe portant sur les transactions financières mondiales. S’élevant à 0,05 %, elle pourrait rapporter 400 milliards de dollars par an à destination des secteurs de la santé, de l’éducation et de la lutte contre les changements climatiques. Est également abordée la création d’un régime d’échange de droits d’émissions dans les secteurs maritimes et aériens internationaux. Pouvant fournir entre 20 et 30 milliards de dollars par an, ce système permettrait de plafonner les émissions dues à ces secteurs et de dégager des financements climat.

En parallèle de ces solutions de financement, Oxfam évoque aussi la possibilité de contributions publiques des pays riches, fixées selon « leur responsabilité historique et leur capacité financière ». Estimées à 75 milliards de dollars par an, elles pourraient être retenues sur les revenus de la mise aux enchères des quotas d’émission ou prélevées sur les budgets actuellement utilisés pour subventionner les énergies fossiles et les industries à fortes émissions carbone. Enfin, dernière piste examinée, 16 milliards de dollars par an d’ici à 2012 pourraient être fournis par le FMI (1) sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt au nom d’un développement sobre en carbone.

Pour Antonio Hill, conseiller politique pour Oxfam, proposer aux pays en développement des financements climat sous forme de prêts : « Cela équivaut à accidenter la voiture de votre voisin et à lui proposer ensuite un prêt pour couvrir les dégâts ». Face à l’échec de Copenhague, l’ONG appelle les négociateurs présents à Bonn à faire des financements climat leur priorité pour 2010, de manière à ce que le fonds de 100 milliards dollars fixé puisse être validé, voire doublé, d’ici au sommet de Cancun prévu pour décembre de cette année.

Cécile Cassier
1- Fonds Monétaire International.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 03 juin 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Cyrano
7 juin 2010 - 0 h 00 min

La question des milliards d’euros consacrés à la destruction de la nature n’est curieusement jamais posée !!
De ce point de vue là, la crise devrait avoir un effet positif !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
30

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS