Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Climat » Changement climatique : la fertilisation des océans toujours en vogue
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Changement climatique : la fertilisation des océans toujours en vogue

Il semblerait que le développement des énergies renouvelables ne s’avérera pas suffisant pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2. La communauté internationale est donc toujours à l’affût de solutions pour mitiger le changement climatique, tout comme le sont les entreprises pour développer les marchés du carbone.

Sur la table des innovations, la fertilisation des océans est une méthode de géo-ingénierie (1) permettant la séquestration du carbone. La croissance du phytoplancton est stimulée par un ajout artificiel de nutriments. Cette fertilisation, utilisant le fer, provoque un boom du phytoplancton. Par une activité photosynthétique décuplée, les végétaux microscopiques doivent ainsi incorporer d’importantes quantités de CO2 de l’atmosphère. En fin de cycle, le phytoplancton meurt et se dépose, séquestrant le carbone au fond des océans.

Un processus qui semble plutôt simple et convaincant, mais qui fait l’objet de nombreuses controverses. Devant la complexité des mécanismes en jeu dans les écosystèmes marins et l’incertitude quant au re-largage possible du carbone, une telle méthode rappelle curieusement les discussions actuelles sur les OGM.

Outre les impacts encore inconnus, l’efficacité de cette technologie reste également à démontrer. En 2007, le groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (Giec) décrivait la fertilisation des océans comme ‘spéculative et non attestée, comportant le risque d’effets secondaires inconnus’ et la même année, la Convention de Londres déclarait que les ‘connaissances sur l’efficacité et les impacts de cette technologie (étaient) actuellement insuffisantes pour justifier des opérations d’ampleur’.

Malgré ce rejet, Climos, une start-up de San Francisco, est prête à investir et poursuivre l’effort de recherche. Cet après-midi, à Barcelone, la polémique a ainsi été relancée. L’UICN considère que, sans plus de résultats scientifiques, les discussions commerciales sont tout à fait prématurées. Parmi les membres, des organisations écologistes s’opposent au développement de ces technologies à grande échelle, craignant les conséquences environnementales et rappelant le principe de précaution. David Santillo de Greenpeace va plus loin, affirmant que le problème n’est pas seulement technologique mais qu’il se pose un choix éthique entre « agir maintenant pour réduire les émissions de CO2 » ou « chercher des solutions sans s’attaquer aux causes du problème ».

Elisabeth Leciak
1- A lire sur ce thème , notre dossier : ‘La planète Terre bientôt climatisée ?’.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
jerome
12 octobre 2008 - 0 h 00 min

Et les épandages cachés de produits chimiques à tour d’avions dans le ciel pour diminuer l’impact solaire au niveau du sol, quand est-ce que nos organisations écologistes s’y intéresseront ?


Tam biêt
12 octobre 2008 - 0 h 00 min

Jérôme, s’il te plaît, développe le sujet des « épandages » de produits chimiques « à tour d’avion ». Encore une action malfaisante soigneusement dissimulée.
Qui d’autre en a entendu parler , Qui peut aborder ce sujet sur ce site ?
Cam on nhieu ! Hen gap lay ! = Merci beaucoup! A bientôt !


vintemp
13 octobre 2008 - 0 h 00 min

Les chemtrails serais des produits utilisé en épandage pour en théorie l’étude et le contrôle climatique et serais relié au projet harrp.
Mais actuellement rien n’est reconnus officielement.
Une idée répandu chez les transhumaniste est que la technologie arriverais a soigner tout les meaux de l’humanité tout en permettant de faire tourner leur bisness.
Une petite minorité prêt a condamner la majorité dans leurs illusions et cupidité


wil75
13 octobre 2008 - 0 h 00 min

J’espère que le groupe de scientifiques souhaitant réaliser cette expérience sur une large étendue vont tourner sept fois leur langue dans la bouche avant d’utiliser ce genre de méthodes pour lesquelles trop peu de travaux ont été réalisés! une fois qu’il y aura trop de carbone emprisonné dans les fonds marins, qu’adviendra-t-il au juste?!!!


Anibé
18 octobre 2008 - 0 h 00 min

Et si les poissons bouffent le phytoplancton bourré de CO2? Qu’est-ce qui se passe? :o /



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
26

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS