Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Barrage de Sivens : mise en place d’une commission locale de l’eau
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Murs aux frontières et animaux
  3. Les politiques du monde se réunissent à Hawaï pour la nature
  4. Le chien sauvage emblème de l’une des plus grande zone de protection animale
  5. Les scientifiques s’invitent dans la course présidentielle américaine
  6. Ces associations qui organisent la collecte de déchets
  7. Véhicules diesel, la commission Royal parle d’incitation à la fraude
  8. Quelles sont les ‘GreenTech’ de demain ?
  9. Biodiversité : des avancées malgré la pression des lobbies
  10. Escapade nature: la Croatie
  11. La filière éolienne de plus en plus puissante en France
  12. La voiture électrique : pas totalement parfaite mais déjà indispensable
  13. Croissance verte : pourquoi devrait-on y croire ?
  14. Euro de football : quel impact pour l’environnement ?
  15. Les microbilles plastique des cosmétiques en passe d’être interdite
  16. Bientôt un nouveau parc naturel marin en Corse
  17. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?
  18. Le Sénat vote contre les coraux et pour le développement économique
  19. Des tests révèlent un taux élevé de glyphosate dans les urines des citoyens européens
  20. Lancement du chèque énergie dans 4 départements
  21. Forages offshore sans limites définies
  22. Encre et cartouches, prévenir le danger environnemental
  23. Pour que le loup ne soit plus une espèce protégée !
  24. Optimiser son budget en réparant soi même son véhicule ?
  25. Diesel moins cher que l’essence, une spécialité française ?
  26. Les mesures pour protéger l’environnement de différentes entreprises
  27. Alors que le nombre de tigres augmente, le félin est déclaré éteint au Cambodge
  28. Quand les militants écologiques se font tuer
  29. Et si une balade dans la nature était un médicament ?
  30. L’eau, une ressource renouvelable indispensable à la production d’énergie
  31. Seaworld arrête la reproduction des orques en captivité
  32. Le nouveau challenge des stations de ski : le développement durable
  33. Algoculture dans nos villes
  34. « Wattway », quand la route se transforme en centrale photovoltaïque
  35. Le Sénat s’oppose aux toitures végétales
  36. Pesticides : réactions, danger et avancée du bio
  37. Bien choisir son nichoir à oiseaux
  38. La maison passive s’impose dans le parc public depuis 2010
  39. Le massacre des rhinocéros en dangereuse hausse
  40. Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  41. Energie solaire : la révolution Rawlemon
  42. Bientôt des routes solaires en France
  43. Energie renouvelable : l’hydrolienne se jette à l’eau
  44. La chasse des oiseaux à la glu en passe d’être interdite
  45. Les technologies inévitables pour respecter la limitation de 2ºC
  46. Des abeilles pour protéger les cultures… des éléphants
  47. L’individualisation des frais de chauffage obligatoire d’ici 2017
  48. La France, premier pays à adopter un label écoresponsable pour les fonds d’investissement
  49. Produire de l’électricité grâce son urine, c’est possible
  50. Des huîtres monstres
  51. idée cadeau pour noel : des jumelles ?
  52. Mobilité électrique : où en est la France ?
  53. Prenez l’avion, la planète et les états paient l’addition
  54. Les chimpanzés ne seront plus des cobayes
  55. L’aluminium, grand oublié de la COP21 ?
  56. Demain – le FILM à voir !
  57. Plus de charbon dans l’électricité anglaise d’ici 10 ans
  58. un restaurant solaire, un projet fou ?
  59. Découverte d’une larve mangeuse de plastique
  60. Une addition de plus en plus lourde pour les phénomènes météorologiques
  61. My ecothentic guide !
  62. Le saumon transgénique arrive dans les assiettes
  63. Thon et violation des droits de l’Homme
  64. Un plastique 100%… algues !
  65. focus sur les énergies renouvelables et les réseaux intelligents
  66. Changer de banque pour sauver le climat!
  67. Lobbying intense contre les orques
  68. En 2017 les voitures pollueront davantage, mais ce sera légal
  69. « Chez Leclerc, les pesticides, c’est offert ! »
  70. Riverains face aux pesticides
  71. Une interdiction de promenade pour laisser la place aux chasseurs
  72. L’autopartage en plein essor
  73. L’hydroélectricité en France : une ressource phare de la transition énergétique
  74. Shell abandonne ses opérations en Arctique… pour le moment
  75. Tests et raccordement au réseau réussis pour la 1ère hydrolienne française
  76. Manufacture sanglante dans l’industrie du luxe
  77. Toulouse : nouveau laboratoire d’expérimentation pour les smart grids
  78. Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.
  79. Le paradoxe des barrages
  80. Vulnérabilité des populations précaires face à la pollution
  81. Un mètre de hausse minimum des océans est inévitable
  82. Notre dette s’aggrave !
  83. Privilégier le bus à l’avion ou à sa propre voiture ?
  84. Particules fines – un danger de plus en plus omniprésent
  85. Un futur noir : Shell autorisé à effectuer des forages dans l’Arctique
  86. Ségolène Royal, va-t-en guerre face au loup !
  87. Transition énergétique : l’Allemagne est-elle si avancée par rapport à la France ?
  88. Quand nettoyer sa maison devient un acte de barbarie
  89. Les formidables authenticités et capacité d’adaptation de la nature
  90. Le gaz naturel, une source énergétique multifonctions
  91. Des mouches OGM à la rescousse des oliviers espagnols
  92. Un prolongateur d’autonomie astucieux pour les voitures électriques
  93. Les nouveaux carburants propres, l’avenir de notre planète
  94. La Sajade, revêtement mural végétal à découvrir
  95. Les abords des petites villes en guerre contre la publicité
  96. Vers une troisième vague de blanchiment des coraux
  97. Demain, la Turquie chauffée à la pistache ?
  98. The Brando, hôtel écolo de luxe
  99. Stewball, Tornado et leurs amis : mines d’énergie !
  100. Vittel/Dodo : partenariat de recyclage gagnant/gagnant

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :






Barrage de Sivens : mise en place d’une commission locale de l’eau

Revolution

La ministre de l’Écologie assure vouloir que la solution trouvée réponde au besoin en eau tout en conciliant environnement et agriculture. « La destruction de l’environnement coûte beaucoup plus cher que sa préservation », a-t-elle lancé sur Twitter.

Royal veut des « solutions alternatives »

Suspendu après la mort d’un militant écologiste sur la zone humide du Testet, le projet de barrage prévoyait de stocker plus d’un million de mètres cubes d’eau. Le rapport d’expertise, demandé par Ségolène Royal, considère que s’il est difficile d’arrêter le chantier, en revanche comme le volume d’eau destiné à l’irrigation a été surestimé, il est impératif de le revoir à la baisse.

À l’issue de la réunion, Ségolène Royal a annoncé qu’un comité de suivi, la « commission locale de l’eau », serait mis en place, pour rendre « les choses transparentes ». Et d’ajouter, « l’idée, c’est de ne pas traîner, il faudra être au clair avant la fin de l’année sur les solutions [...] Il faut encore que les choses mûrissent pour une solution pérenne. » Dans un premier temps, elle appelé à l’évacuation du site occupé.

« Les solutions alternatives, ce serait soit le recalibrage du barrage actuel soit, autre solution, des retenues de substitution plus en aval dans la vallée, cela serait moins dommageable pour l’environnement, mais ce serait aussi plus long car il faudrait refaire des études », a ajouté la ministre, annonçant l’envoi sur place en fin de semaine prochaine de trois experts, un hydrologue, un agronome et un expert en biodiversité.

« L’abandon du barrage reste toujours d’actualité »

Du côté de France Nature Environnement (FNE), les dirigeants espèrent l’arrêt pur et simple du projet. « Pour nous, le scénario de l’abandon du barrage reste toujours d’actualité. Je n’ai pas donné, au titre de FNE, notre accord pour appeler à l’évacuation du site et je le confirme. Par ailleurs, FNE se réserve la possibilité d’engager de nouvelles actions sur le plan juridique », détaille Denez L’Hostis, président de la fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement.

Ben Lefetey, porte-parole des opposants au projet de barrage, a également écarté l’idée d’une évacuation du site, comme l’a souhaité la ministre. « Si les zadistes obtiennent satisfaction, ils partiront d’eux-mêmes », a indiqué M. Lefetey. « Mais si le gouvernement veut les évacuer par la force, il devra en assumer les conséquences : après l’homicide d’un manifestant par les forces de l’ordre, une expulsion forcée risquerait de déclencher un nouveau cycle de violence. »

Cependant, « la rencontre à l’initiative de la ministre a été la bienvenue. Elle a permis de commencer enfin un dialogue avec les porteurs du projet qui refusaient de nous écouter depuis deux ans », a ajouté le porte-parole, après l’entrevue mardi soir avec les parties prenantes à l’affaire.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Paul (voir la biographie)
le 07 novembre 2014 à 07:34

23 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2014
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Gérard MAUGET
8 novembre 2014 - 21 h 51 min

c’est tout à fait honteux: les écologistes violents sont la cause essentielle de la mort de ce pauvre jeune homme bien malgré lui entrainé par des ultras. S’opposer à la loi est une belle stupidité; j’encourage par exemple les éleveurs à faire ce que font les écologistes extrêmes quand ils sont en désaccord: ne pas hésiter à abattre les loups. Enfin, je défend ce fameux barrage et m’insurge contre les médias complaisantes vis à vis des individus violents et des politiques couards !


couloudou françoise
8 novembre 2014 - 22 h 43 min

A gérard Mauget, bizarre et injuste votre réflexion! Ce projet a suivi tout le balisage légal possible, le CNPN, les EP étaient défavorables à ce projet, exactement les arguments utilisés par les opposants: besoins surestimés pour des maïsiculteurs, il faut changer les modes d’agriculture et que pensez-vous de la violence des agriculteurs liés à la FNSEA adeptes de l’agriculture, élevages intensifs, ils ont mis le feu à des bâtiments, torturés et tués des ragondins dits « nuisibles » alors qu’ils empoisonnent avec leurs méthodes, les sols, l’eau,l’air…et nous en bout de chaîne alimentaire!C’est ce type d’agriculture qui impacte le climat!Les nuisibles ne sont pas là où vous le pensez! Tristes campagnes!Il a fallu la mort de ce jeune « botaniste » pour que l’arrêt du projet soit envisagée, le problème est le même pour tous ces projets grandioses et imposés qui échapp ent au bon sens le plus élémentaire dont nos élus semblent dépourvus!


Pitchounet
9 novembre 2014 - 11 h 36 min

Ce qui est honteux, Mr Mauget, c’est que non seulement vous portez des accusations diffamatoires, mais qu’en plus vous encouragez d’autres à enfreindre la loi en abattant des loups. Mr Mauget, au lieu de balancer des inepties, essayez de prendre quelques instants pour la réflexion et évitez de polluer les blogs avec vos déchets !


ardeche….
13 novembre 2014 - 9 h 37 min

Lettre ouverte de Benoît Biteau – Vice Président de la Région Poitou-Charentes, – à Thierry Carcenac – Président du Conseil Général du Tarn
Berthegille, mardi 28 octobre 2014.

Monsieur Thierry CARCENAC, vous êtes à la fois pathétique et consternant !
Consternant, en tant que maitre d’oeuvre pour la réalisation du barrage de Sivens, sur le fond de ce dossier.
Comment peut-on porter un projet public, mobilisant 100% de crédits publics sur un projet sans se poser les bonnes questions, dès le départ ?
Le projet de barrage vient du fait que le Tescou subit, depuis 30 ans, des étiages sévères. Monsieur CARCENAC, vous êtes-vous interrogé sur les causes de ces étiages sévères et quelles évolutions de pratiques pourraient en être à l’origine ? Visiblement non, car vous auriez rapidement pu faire le lien entre ces étiages sévères et le développement important des surfaces en maïs hybride sur le bassin versant du Tescou.
Le Conseil Général du Tarn devait-il donc, face à cette situation, avec 100 % d’argent publique, accepter de réaliser, dans une fuite en avant, un équipement qui ne vient qu’en soutien de ces pratiques agricoles peu respectueuses de la ressource en eau, tant sur le plan quantitatif que qualitatif d’ailleurs, ou explorer, avec cette même enveloppe, de 8,5 millions d’euros, des alternatives à ce modèle agricole qui touche le fond ?
La réponse ne peut que trouver ses fondements dans le bon sens paysan !
Monsieur CARCENAC, vous invoquez le nécessaire soutien à ce projet au motif que cette agriculture est plus « rentable » grâce à l’irrigation.

Mais comment expliquer alors, que ces maïsiculteurs, grands bénéficiaires des aides publiques de la PAC (Politique Agricole Commune), expliquant d’ailleurs la majeure partie de la rentabilité de cette culture, ne puissent pas, au nom de cette rentabilité, financer eux-mêmes, un tel projet ?
Faisons, maintenant un peu de mathématiques.
Monsieur CARCENAC, vous expliquez que les exploitations moyennes concernées, pourraient irriguer environ 40 hectares chacune grâce au 1,5 millions de mètres cubes stockés dans le barrage de Sivens. Contrairement à ce que vous dites, la grande majorité des surfaces qui seraient irriguées grâce ce projet (cf : enquête publique) sont des surfaces en maïs ! Pour irriguer 1 hectare de maïs hydride, il est nécessaire de mobiliser, en moyenne 2 000 m3 d’eau. Ce barrage permettrait donc l’irrigation d’environ 800 hectares de ce maïs. Pour une moyenne de 40 hectares par exploitation, le projet ne peut donc que concerner environ 20 exploitations ! Ce qui signifie qu’un projet de 8,5 millions d’euros, d’argent publique, pour stocker de l’eau, ne va bénéficier qu’à 20 exploitations agricoles, parmi celles d’ailleurs les mieux dotées en aides publiques de la PAC ! Belle logique vertueuse ! En gros, sans trop caricaturer, 20 exploitations agricoles, parmi les mieux dotées d’aides publiques de la PAC, vont se voir attribuer une nouvelle aide publique indirecte d’un peu plus de 400 000 euros chacune ! 400 000 euros qu’elles ne peuvent pas financer seules et qui pourtant va servir à irriguer une plante, parait-il très rentable, à laquelle elles ne peuvent donc renoncer, et qui justifie donc la réalisation de ce barrage.
Qui parlait de bon sens paysan ?
Sur le fond toujours, Monsieur CARCENAC, vous convoquez le changement climatique, et vous avez raison, et les travaux de Garonne 2050 sur le sujet.
Ce que vous ne dites pas, Monsieur CARCENAC, c’est que ce scénario Garonne 2050, occulte, dans son analyse du changement climatique, le poids de l’agriculture dans ce changement climatique, et le rôle qu’elle peut jouer pour le limiter !
En effet l’agriculture est émettrice, en moyenne, de 20 % des gaz à effet de serre. Et ce n’est pas les moteurs des tracteurs les responsables, pas davantage d’ailleurs que les vaches qui pètent dans les prairies ! La contribution majeure de l’agriculture à la fourniture de gaz à effet de serre est liée à sa dépendance aux substances chimiques de synthèse, dérivées du pétrole, que sont pesticides et engrais azotés, dont on connait par ailleurs, les dégâts considérables dont ils sont responsables, sur cette même ressource en eau, mais aussi sur les équilibres, la biodiversité, et la santé.
Pour produire 1 kilo d’azote, il faut mobiliser 1,5 litres de pétrole. Sur un hectare de maïs, de blé ou de colza, le modèle agricole dominant apporte environ 200 à 250 kilos de cette azote de synthèse, induisant une dépendance au pétrole (et donc alimentant la fourniture de gaz à effet de serre) de 300 à presque 400 litres de pétrole par hectare, avant même d’avoir tourné la clef du tracteur !
L’agriculture occupe environ 70 % des surfaces de nos territoires et c’est une activité économique qui mobilise énormément d’argent publique via la PAC.
Ne devriez-vous pas, Monsieur CARCENAC, puisque ce changement climatique vous tracasse visiblement, accompagner, avec autant d’argent publique, un modèle agricole qui, d’une part, renonce aux substances de synthèse et qui, d’autre part, redécouvre les vertus d’une agronomie qui sait s’en affranchir en mobilisant les ressources parfaitement gratuites et inépuisables que sont, l’azote atmosphérique, le carbone, la lumière, la vie des sols, etc. etc. ?
Ne devriez-vous pas intégrer, qu’avec autant d’argent publique fléché vers cette activité économique, il est urgent de restaurer un contrat moral décent avec la société civile, avec les contribuables, et faire en sorte que ces 70 % d’espaces occupés par l’agriculture soient des espaces de séquestration du carbone, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, tant l’usage massif de ces substances de synthèse (la France reste le premier utilisateur mondial de pesticides, en dose par hectare ! source ONU) ont dévasté la vie et donc, la fertilité, et par conséquent, la faculté des sols à séquestrer le carbone ? Les prairies humides semblables à celles que vous dévastez sur le Testet sont d’ailleurs unanimement reconnues comme de remarquables puits de carbone, contrairement à la pratique du maïs, qui elle, émet du carbone ! Ces deux paramètres fondamentaux, sont parfaitement occultés dans les différents scénarii de Garonne 2050 ! Et c’est pourtant là que sont les plus grandes marges de man½uvre pour lutter contre le changement climatique, plutôt que dans une posture fataliste, passive, qui ne prend pas le sujet à bras le corps, et qui préfère les fuites en avant en tentant de résoudre des équations, impossibles à résoudre justement ! Comment pensez-vous pouvoir, au motif de ce changement climatique, pouvoir répondre à des augmentations de températures, associés à des régimes hydrographiques sévères, nécessitant l’irrigation toujours plus exigeantes des cultures vidées de toute rusticité par la sélection génétique de plantes homogénéisées et standardisées, à partir d’une ressource de plus en plus rare et pour laquelle les priorités de gestion en bon père de famille, restent, d’abord l’eau potable, ensuite le bon état des milieux et enfin l’irrigation (article 2 de la loi sur l’eau) ?
Le stockage de l’eau n’est donc pas la bonne réponse ! Même Garonne 2050 le dit !
Savez-vous, Monsieur CARCENAC, qu’avec autant d’argent public, vous pourriez soutenir un modèle agricole, basé sur l’agronomie, apte à limiter et s’adapter au changement climatique, sachant s’affranchir des substances de synthèse (engrais & pesticides), sachant produire, oui, PRODUIRE, en s’appuyant sur des ressources parfaitement gratuites et inépuisables, préparant l’après pétrole, préservant les équilibres, les ressources et l’eau en particulier, la biodiversité (sauvage et domestique, animale et végétales), le climat et la santé ?
Que ce modèle, en respectant les capacités de la terre (avec un petit t) et la Terre (avec un grand T) à produire demain, garantit un avenir décent pour les générations futures ?
Savez-vous qu’il existe des variétés de maïs, mais aussi de tournesol, de blé, d’orge, d’avoine, et dans toutes les espèces, qu’on appelle « variétés populations » obtenues par une sélection convergente des hommes et du milieu, comme le faisaient déjà avant nous les mayas et les aztèques, il y a des millénaires, qui ont des caractéristiques techniques redoutables (fort taux de protéines par exemple) et qui permettent d’obtenir des rendements surprenants en cultures sèches, justement parce qu’elle sont parfaitement adaptées à leur zone de production, qui n’ont rien à voir avec les variétés standardisées proposées par les firmes semencières, et qui, de surcroit, redonnent aux paysans leur autonomie alimentaire, semencière et génétique ?
Savez-vous encore que l’arbre, que le modèle agricole de ces dernières décennies s’est acharné à faire disparaitre, que vous vous acharnez à faire disparaître sur la zone humide du Testet, est l’acteur central de ce modèle vertueux (agroforesterie, associant arbres et productions agricoles), qui fonctionne partout dans le monde en général, et en particulier, dans le Tarn et qui « nous garantira demain la possibilité d’atteindre la souveraineté alimentaire sur toutes les zones de la planète » (Olivier de SCHUTTER, rapporteur spécial pour l’agriculture et l’alimentation à l’ONU) ?
Que ce modèle agricole vertueux est aussi la meilleure réponse économique pour les agriculteurs eux-mêmes qui voient leurs coûts de production diminuer de façon spectaculaire tout en faisant progresser leur rendement de 40 %, en moyenne, en France (source : INRA) ?
Réalisez-vous que dans un contexte où l’argent public se fait rare, que d’autres activités sont impactées négativement par ce modèle agricole chimique, comme la pêche ou la conchyliculture sur notre littoral. Que les contribuables sont mis à contribution à hauteur de 54 milliards d’euros par an (source : Cour des comptes – 2011), pour financer le retrait dans l’eau des seules pollutions agricoles pour obtenir de l’eau potable. Qu’engager des politiques, des logiques préventives, coûtent, en moyenne, 26 à 27 fois moins que s’acharner sur les logiques curatives, comme par exemple, le stockage de l’eau qui vient en soutien de ce modèle agricole qui refuse de se remettre en cause et qui transfert le coût des dégâts de ses pratiques sur le plus grand nombre? A savoir les contribuables, comme vous le faites vous-même en finançant ce projet de barrage et qui sont déjà ceux qui alimentent l’enveloppe PAC (11,5 milliards d’euros en France), distribuées à ces mêmes agriculteurs.
Ne pensez vous pas qu’il est désormais urgent de changer, d’avoir un peu de créativité, d’audace et de courage politique pour porter avec l’argent public, les vraies bonnes solutions, celles qui allument des cercles vertueux, qui préparent l’avenir des générations futures, loin des logiques corporatistes qui aveuglent à grands coups de propagandes et nous éloignent des véritables approches globales ?

Sur la forme maintenant, Monsieur CARCENAC, vous êtes cette fois pathétique. J’ai pris le temps de rédiger ce long courrier pour que la mort de Rémi ne soit pas vaine, ne soit pas inutile. Pour vous expliquez ce que vous n’avez visiblement toujours pas compris, et que vous sachiez que ce jeune étudiant de 21 ans, lui l’avait compris et que c’est pour ça qu’il était là-bas sur place, au Testet, pour préserver l’intérêt supérieur des générations futures !
Oui, il est mort, pour des idées, parce qu’il avait compris ce qu’en humble et modeste ambassadeur, j’essaye de vous expliquer dans ce courrier. J’aurais pu être Rémi, car je me suis également rendu sur place, où j’y ai d’ailleurs pu constater l’extrême violence des forces de l’ordre face à des militants pacifiques. Rémi aurait également pu être l’une de mes deux filles ou l’un de mes trois fils, tant ils sont également convaincus que de telles politiques publiques sont suicidaires pour les générations futures !
Rémi, jeune toulousain étudiant en biologie de 21 ans, a donc donné sa vie pour tenter de préserver l’intérêt supérieur qu’est l’avenir des générations futures !
Et cette mort, ne sera ni stupide, ni bête, comme vous le dites, si vous prenez maintenant conscience du message qu’il était venu porter sur la zone humide du Testet, lui et tous les nombreux autres citoyens opposants, si vous cessez immédiatement de tels travaux, si vous replantez des arbres au Testet, et si vous utilisez l’argent public du projet pour accompagner et pour soutenir une alternative agricole vertueuse, animée par une véritable approche globale, pour en faire un projet remarquable et exemplaire ! Et je suis prêt, si vous avez (enfin !) cette étincelle de lucidité, de conscience et d’humanisme, à mettre à votre service, gracieusement, en la mémoire de Rémi, de sa clairvoyance et de son engagement, mes connaissances, mes compétences, mes expériences et les réseaux capables d’accompagner un tel projet pour en garantir la réussite ! Faisons le ensemble Monsieur CARCENAC, pour qu’effectivement la mort de Rémi ne soit ni vaine, ni stupide, ni bête !

Benoît BITEAU

Parti Radical de Gauche (Secrétaire National (Agriculture) & Délégué Régional)

Vice Président de la Région Poitou-Charentes,
Président de la commission « Ruralité, Agriculture, Pêche & Cultures marines ».
Membre du Conseil Maritime de Façade « Sud Atlantique » & Président de la Commission Mixte « Lien Terre – Mer »
Administrateur de l’Agence de l’Eau Adour – Garonne & Président de la Commission Territoriale « Charente »
Membre de l’Agence de l’Eau Loire – Bretagne
Administrateur du Conservatoire Régional des Espaces Naturels & du Conservatoire du Littoral
Élu référent du Conseil Régional pour le pays Marennes – Oléron.
Président de CA du Lycée de la mer.

Ingénieur des Techniques Agricoles.
Conservateur du Patrimoine Technique, Scientifique & Naturel.
Paysan Bio.
Lauréat 2009 du Trophée National de l’Agriculture Durable.


thomas
13 novembre 2014 - 10 h 16 min

Bonjour à tous , en tant qu ancien installateur d énergies renouvelables , je m intéresse aujourd hui à l énergie libre , qui porte bien son nom , dites sur numéraire ou sur unitaire . Le japon fabrique déja ces moteurs et cela fonctionne à merveille . Cette technologie date d avant le nucléaire …C est vivre en harmonie avec notre planète alors messieurs et mesdames de notre gouvernement qu attendez vous pour vous impliquer ?
Etes vous seulement au courant ?
Recherchez : Léon raoul Athem , Mr Minato , Nicolas Tesla , et bien d autres ..et vous comprendrez que l énergie est partout …le plus dur reste à l utiliser vertueusement ce qui n est malheureusement pas gagner .


rené
16 novembre 2014 - 22 h 31 min

J’oserai rajouter que la violence vient d’abord du coté des forces de l’ordre, plus un max. de provoc. tout cela pour défendre les itérais financiers de quelqu’uns, aux frais de tous, quel que soit le GPII .



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2367

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS