Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Ballons : les tueurs de l’ombre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Ecomobilité 2

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Des légumes si peu aimés mais tellement bons ...
  2. Prêts immobiliers à taux bas : quel achat ...
  3. Le drapeau du réchauffement climatique
  4. Partir en vacances : comment être plus ...
  5. L’électricité, le sujet d’actu en été ?


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :


Ballons : les tueurs de l’ombre

La fête d’anniversaire du petit dernier pourrait bien être à l’origine de la disparition d’oiseaux marins.

Ce n’est pas le gâteau poire-chocolat qui est incriminé, ni d’ailleurs le thème « Harry Potter » que vous avez donné à la fête. Non, c’est le lâcher de ballons final qui est en cause, une petite tradition pourtant aussi belle qu’apparemment innocente. Sauf que le temps finira par avoir raison des baudruches, qui finiront, dans le meilleur des cas, sur le sol d’une ville où ils seront collectés ou, ce qui est le plus probable, en pleine nature, où des animaux finiront par les ingérer.

C’est ce que révèle une étude menée par des scientifiques australiens de l’Université de Tasmanie, qui ont établi une relation entre la mortalité des oiseaux marins et les restes de ballons de baudruche. Initialement, l’objet de leur étude était l’incidence de la pollution plastique en général sur les espèces marines : plastique rigide, polystyrène, déchets d’emballages ou débris de filets de pêche. Toutes ces joyeusetés ont été retrouvées dans les estomacs de 557 cadavres d’oiseaux marins, sur les 1733 récupérés en Nouvelle-Zélande et en Australie, aussi bien sur les côtes qu’au large, pour les besoins de l’étude.

ballons-baudruche

Et alors que les scientifiques pensaient que les plastiques rigides étaient les plus dangereux pour la faune sauvage, il ressort de tout cela que les plastiques souples sont bien plus dangereux : ils ne représentaient que 5% des déchets retrouvés lors des autopsies, mais sont pourtant à l’origine de la mort de 40% du contingent étudié. Une véritable bombe à retardement.

En prouvant la dangerosité des plastiques souples, ceux dont sont faites les baudruches, les chercheurs australiens éviteront peut-être à l’avenir des polémiques du genre de celle qui a animé la ville de Calais la semaine dernière. Une association a organisé « un lâcher de ballons poétique » sur les plages de la cité, une animation qui a été visée par des militants écologistes qui l’ont comparé à « un lâcher de déchets« , ont demandé (vainement) son annulation et ont annoncé vouloir déposer plainte et demander des dommages et intérêts au profit d’organisations de défense de l’environnement.

Des querelles dont tout le monde se passerait volontiers.

Photo : AndersSamberg/Flickr/CC

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS