Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Autisme et pesticides : une nouvelle étude confirme le lien
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :


Autisme et pesticides : une nouvelle étude confirme le lien

 Pesticides et autisme

Le nombre de cas d’autisme diagnostiqué chez les enfants est en forte hausse, depuis le début des années 2000. Aux Etats-Unis, entre autres, une récente étude des autorités sanitaires montre une évolution impressionnante, en passant d’un cas sur 150 en l’an 2000 à un cas sur 68 fin 2013. Avec une hausse des diagnostics positifs de 30 % par rapport à 2012, l’augmentation ne semble pas vouloir ralentir …

Si aucun lien précis n’a pu être établi avec l’utilisation massive de pesticides, le faisceau de probabilité de leur implication ne cesse de grandir. Hier, les chercheurs de l’université de Californie, à Davis, ont publié une nouvelle étude qui confirme des liens entre le fait d’avoir un enfant autiste et l’exposition, au cours de la grossesse, à des pesticides agricoles, selon Janie Shelton, la principale auteur de l’étude. Un millier de personnes ont ainsi été suivies, dont un tiers vivant à proximité de cultures (dans un rayon de 1,25 à 1,75 kilomètre des lieux d’épandage). Publiée dans la revue Environmental Health Perspectives, l’étude met en avant une augmentation de 66% du risque d’avoir un enfant autiste pour une femme enceinte résidant à proximité de zones où sont épandus des pesticides. Le risque d’autisme serait d’autant plus grand lors d’une mise en contact (air, pluie, etc.) au cours des deuxième et troisième trimestres de la grossesse.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 24 juin 2014 à 05:15

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
La cagouille libre
25 juin 2014 - 16 h 51 min

Cet autisme là n’a malheureusement d’égal que celui des agriculteurs épandeurs massifs de pesticides qui enrichissent Monsanto, Bayer et Cie , en tuant la planète petit à petit!


Didier
25 juin 2014 - 16 h 51 min

Et dire que nos braves agriculteurs se râlent déjà contre le projet de loi visant à interdire l’épandage de pesticides à moins de 200 m des habitations !!! Ils préfèrent nous empoisonner plutôt que de perdre en production. Alors que l’étude à laquelle vous faites référence parle de « 1,25 à 1,75 km ». Ce qui prouve que les 200 m sont une vaste rigolade, comme d’ailleurs la distance mini entre un champ d’OGM et un champ conventionnel. Quand on sait que les pollens peuvent effectuer le tour de la Terre, c’est vraiment prendre les gens pour des cons. Le problème est que les cons sont de mieux en mieux informés !!!


Tomczyk
25 juin 2014 - 17 h 19 min

Pour prolonger le propos de Didier, je dirai : « de mieux en mieux informés » mais pas pour autant révoltés. Contrairement à ce que disait Audiard c’est plutôt à « ça qu’on les reconnaît »….

 » pour être, l’homme doit se révolter  » (Camus ????)

Que la FNSEA puisse à ce point s’agiter sans susciter une véritable révolte a quelque chose de surréaliste !


nicoc
25 juin 2014 - 17 h 27 min

De plus la demande en bio pour la et supérieur à l’offre.
Le zéro phyto c’est pas pour demain.


roger
25 juin 2014 - 19 h 06 min

Quand est-ce que nous allons trouver la formule pour faire descendre dans la rue tous nos concitoyens qui se sentent concernés? Les casseurs de la FNSEA, ça commence à bien faire! Bien sûr il faut que la recherche les aide à prendre un nouveau virage indispensable. Bien sûr il faut des aides à la conversion.
Je précise que depuis 10 ans nous n’achetons plus que des aliments bio dans une superbe AMAP. Non seulement nos producteurs gagnent leur vie, mais leurs enfants prennent la relève et développe leurs activités!!!


Nicole Sarah Kretchmann
25 juin 2014 - 19 h 17 min

Didier a super bien résumé : 200 m = ZÉRO.
Donc, les consommateurs sont les aides incommensurables de cette agriculture meurtrière !


Veronique
25 juin 2014 - 19 h 35 min

Maman d un enfant de 15 ans autiste , je peux juste vous dire que le fait que l évolution de la découverte de l autisme ces dernières années c est tout simplement L évolution des outils de diagnostique on évoluait de façon considérable et les enfants sont plus diagnostique grâce aux échelles de prévention infantile et les professionnels de santé ont un pu se former et suivre un autre courant que le psychiatrie debile des années freudien !


DUBAU
25 juin 2014 - 22 h 02 min

Un maire de Gironde, sur un autre sujet a dit: Quand les paroles ne suffisent plus, il faut passer aux actes. De quels actes pouvons-nous user pour se faire entendre quand nos politiques sont incapables de faire respecter les engagements qu’ils prennent? Faut-il se mettre hors la loi pour se protéger?
Ce jour là ne viendra pas parce que l’humanité tout entière sera décimée;


SergeG
26 juin 2014 - 6 h 52 min

Certes, ce sont les agriculteurs qui épandent ces saloperies, mais ils sont soumis à la concurrence mondiale pour survivre. Il faut qu’ils produisent à toujours moins cher pour que la grande distribution et l’industrie agro-alimentaire puissent se mettre de grosses marges. De plus si les consommateurs n’achetaient pas ces produits ils ne se vendraient pas. Cette situation est la conséquence du libéralisme dévastateur promu par la gauche, verts compris, et par la droite. Nos politiciens nous laissent le choix entre la dictature du prolétariat et la dictature des marchés.


lablanche
26 juin 2014 - 10 h 13 min

je suis architecte et vu ce qu’avait écrit le même auteur sur les maisons basse consommation RT2012 ( le 20 mai: RT 2012 : une qualité de vie qui interroge avec l’expérience…) je vais prendre avec des pincettes ce qu’il affirme.
Je suis anti-pesticides et pour une agriculture à minima raisonnée. Mais attention , quand on écrit sur des sujets si complexes et variés, on fait très vite des raccourcis qui font peur, qui déforment la réalité, plutôt que d’informer. Suite à votre article sur la Rt2012 j’ai des clients qui avaient peur de leur futur maison/bureau ! alors que franchement il n’y a pas de quoi et tous en général trouve les maisons Rt2012 plus confortables.je suis prête à échanger mon expérience sur ce sujet. Si « Pascal » souhaite que l’on en discute je suis dispo.(agence Barreau DOLE 03 84 72 04 41 ) salutations


Elisa
26 juin 2014 - 22 h 53 min

Parents d’une jeune femme de 30 ans autiste sévère avec troubles associes, nous mêmes étant agriculteurs en bio depuis 35ans, non productivistes, après nous être longuement formés aux réalités de l’autisme, il apparaît que divers facteurs , souvent combinés, sont cause d’autisme, et ne peuvent se résumer en un seul « facteur environnemental, » , mais à plusieurs associés, dont , entre autres, des expositions à diverses pollutions. La recherche avance globalement, mais aucun d’entre nous , même très attentionné , n’est à l’abri d’une telle situation.


Maxime
27 juin 2014 - 12 h 02 min

La FNSEA a toujours été le lobby de tous nos gouvernements et gouvernants, elle est écoutée et suivie, c’est un scandale franco-français. Idem pour la PAC.
La FNSEA reçoit semble t-il des pots de vin des producteurs de pesticides et engrais c’est pourquoi elle encourage les agriculteurs à les utiliser massivement et ces derniers se plient aux exigences de ce syndicat et ils s’endettent massivement pour acheter ces pesticides, après ils vont se plaindre qu’ils n’arrivent pas à gagner leur vie.
Ne pas oublier que la France est la plus grosse consommatrice de pesticides en Europe, c’est un scandale !


Évelyne
27 juin 2014 - 12 h 21 min

Après les deux GUERRES les gouvernements successif on poussait à la surproduction dans tous les domaines y compris dans l’alimentaire, en utilisant des procéder qu’ils savaient dangereux, nous voyons ici le résultat 70 et 100 ans après nous sommes tous complices silencieux de cette dégradation de nos vie et de notre planète. Tout ça pour une histoire d’argent comme d’habitude, la soiffe de pouvoir et de richesse (monétaire)nous gâche la vie est celle de nos future génération. Et d’accord avec Didier et les autres quand nous concitoyens allons nous réagir et descendre dans la rue.


ORY
28 juin 2014 - 18 h 52 min

Je viens de perdre mon père qui vivait à proximité de vignobles en Touraine, en fait sa maison est entourée de vignes il avait une leucémie depuis 4 ans.
Alors oui, les pesticides diffusés sur les vignes sont bien la conséquence de sa maladie lui-même n’étant pas viticulteur.
Imaginez l’état de santé de ces viticulteurs dans les années à venir, surtout que je les ai vus sur leur tracteur sans masque de protection.
Autismes, cancers la médecine n’a pas fini de soigner tous ces malades et les enfants sont les premiers visés.


nicoc
28 juin 2014 - 19 h 43 min

« Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent plus pour que ça ne se vende pas ! » Coluche

Le Bio même de temps en temps ça aidera à prendre le virage.


J.Ph. ROSELLO
8 juillet 2014 - 20 h 50 min

@ lablanche
Tout à fait raison, cet article n’est absolument pas objectif et c’est très facile à montrer :
- Aucun chiffre n’est indiqué pour avant 2000 ni les variations constatées entre 2000 et aujourd’hui, alors que la différence seule ne permet pas de dire s’il y a une vraie tendance à la hausse ou non, encore moins la cause éventuelle.
- En 2013 le taux était de 1 cas sur 68 mais l’étude porte sur un millier de personnes suivies, ce qui donne, comme ordre de grandeur, (en gardant la même proba) seulement 15 cas trouvés. En admettant que le millier de personnes étaient des femmes enceintes… ce qui n’est pas dit. Par exemple, s’il s’agit de couples, on devrait diviser par deux ! Bref, cela n’a strictement aucune valeur ni statistique ni scientifique !
- « dont un tiers vivant à proximité de cultures », ce qui veut dire que statistiquement ils auraient dû obtenir 5-6 cas (sur la même base de 1/68), mais s’ils arrivent à trouver + 66% cela veut juste dire 4 cas de plus, soit 10 cas. Nous sommes TOTALEMENT dans la marge d’erreur !
- « Publiée dans la revue Environmental Health Perspectives » i.e. sans la relecture nécessaire par un comité scientifique, comme ce serait le cas pour Nature ou Sciences.
- Pas non plus de confirmation par un autre groupe de chercheurs, alors qu’une étude isolée ne démontre rien du tout en science.
- La nature des produits, le nombre d’épandage, la concentration sanguine, les vents, etc. sont des informations totalement éludées…

Donc autant j’en ai marre de voir considéré l’environnement comme une poubelle autant j’en ai marre de ces articles à sensation qui répètent partiellement et sans esprit critique des informations déjà oiseuses. Or ces mauvaises informations décrédibilisent les vrais défenseurs de l’environnement en facilitant les ripostes. Ceci me fait penser aux OGM : certains sont dangereux d’autres indispensables (synthèse de l’insuline ou de l’hormone de croissance…) mais des travaux récents sur une poignée de rats issus d’un lignée produisant spontanément beaucoup de cancers a décrédibilisé les critiques. Actuellement chacun est donc soit « pour » soit « contre » mais toujours avec de mauvais arguments… Idem avec le gaz de schiste qui sont très loin économiquement d’être viables, mais que l’on tente de démolir avec des vidéos sensationnelle mais fausses, comme celle des gaz qui s’enflamment à la sortie du robinet d’eau – il est montré que cela n’a aucun rapport, ce phénomène se produit naturellement même si c’est rare, il suffit qu’il y ait du gaz dans le sous-sol, pas besoin de fracturation pour ça…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
4363

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS