Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Virus du chikungunya : le remède serait-il pire que le mal ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Virus du chikungunya : le remède serait-il pire que le mal ?

Alors que les premiers cas de chikungunya sont apparus depuis près d’un an sur l’île de La Réunion, les premières mesures de traitement ne date que de quelques semaines. Si en matière de veille sanitaire, la précipitation n’est assurément pas bonne conseillère, force est de constater que le délai d’intervention n’a pas été mis à profit pour préparer une action durable. Les opérations de démoustication pour éradiquer l’épidémie sont en effet menées en faisant fi de tout principe de précaution, de jour comme de nuit.

Jusqu’à la fin de la semaine dernière, deux insecticides étaient utilisés, le téméphos et le fénitrothion sans que leurs impacts sanitaires sur la santé humaine, comme sur la flore et la faune n’aient été étudiés.

Dans la précipitation, les précautions élémentaires n’ont même pas été respectées, comme l’évacuation des personnes avant pulvérisation, la mise en sécurité des individus fragiles et la diffusion à la population des conseils de sécurité. Des écoles ont ainsi été évacuées d’urgence pour « désagrément causé par des vapeurs toxiques », tandis que certains enfants étaient conduits aux urgences.

Sur le plan de la biodiversité, de nombreux insectes, autres que les moustiques, sont touchés, d’autant que les traitements ont été menés de manière parfois très abusive, comme dans des zones en altitude où aucun moustique et aucun cas de chikungunya n’ont été répertoriés. Par voie de conséquence, les oiseaux sont également touchés, alors que les insecticides pulvérisés vont entraîner une pollution des rivières.

Toutefois, après l’utilisation d’un 3e insecticide, le deltaméthrine, que la préfecture de l’île a décidé de pulvériser le 13 février, dans tous les quartiers avec des canons ayant une portée de 50 mètres, c’est finalement un produit biologique, le ‘Bti’, qui pourrait venir à bout des larves de moustiques chikungunya. Ce produit larvicide biologique est une spore bactérienne présente naturellement dans les sols, qui ne présenterait aucun risque pour la faune ou l’être humain et est plébiscité par le WWF qui demande la généralisation de son application ‘…dans toute l’île pour en protéger ses habitants et notamment ses enfants, ainsi que son environnement aux multiples facettes uniques dans le monde’.

Mais n’est ce pas un peu tard, et comment en est-on arrivé à une épidémie qui touche 100 000 personnes à la Réunion, soit un habitant sur sept ?

La mauvaise gestion de la question environnementale sur l’île est certainement une réponse.

Ce département d’Outre Mer compte en effet 215 décharges sauvages et seulement 3 communes sur 24 possèdent une station d’épuration en bon état. Les autres font avec des installations obsolètes ou déversent leurs eaux usées directement dans l’océan ou dans les sols. Dans ces conditions, comment éviter la prolifération des moustiques et des maladies affiliées, le chikungunya en étant l’illustration flagrante.

Quant au bilan humain, la Réunion a connu un excès de mortalité significatif (+10 %)  en 2005, par rapport à  la moyenne des 6 années précédentes, la question du lien avec l’épidémie de chikungunya qui submerge actuellement l’île est donc posée.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 21 février 2006 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
96

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS