Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Vin : jusqu’à 5800 fois plus de pesticides que dans l’eau
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Des tests révèlent un taux élevé de ...
  2. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  3. Lancement du chèque énergie dans 4 départements
  4. Pour que le loup ne soit plus une espèce protégée !
  5. Encre et cartouches, prévenir le danger ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Vin : jusqu’à 5800 fois plus de pesticides que dans l’eau

La présence de pesticides dans la chaîne alimentaire n’est pas une nouveauté. Le bilan de la teneur en pesticides des végétaux entrant dans l’alimentation humaine, que l’Union européenne demande à ses membres de publier chaque année, en atteste régulièrement. Néanmoins, si la contamination des aliments et de l’eau est relativement bien connue, il n’en va pas de même de celle du vin.

Les 3,5% de la superficie agricole, consacrés à la production de raisin, reçoivent environ 15% des pesticides de synthèse appliqués sur les grandes cultures. Si une grande partie des épandages se rapportent à des applications de soufre, relativement peu dangereuses au regard des produits utilisés contre l’oïdium (1), une évaluation publiée par le ministère français de l’agriculture, en 2005, montre que près d’un tiers des pesticides appliqués aux raisins sont systématiquement transférés au vin lors de sa production. Face à ce constat, il n’est pas inintéressant de se pencher sur le taux et le type de pesticides présents dans le vin.


C’est ce qu’ont fait les associations du Pesticides Action Network Europe (2) en analysant 40 bouteilles de vin rouge en provenance de France, d’Autriche, d’Allemagne, d’Italie, du Portugal, d’Afrique du sud, d’Australie et du Chili (3).

Les résultats sont sans ambiguïté : la totalité des vins issus des vignes cultivées de manière conventionnelle sont contaminés, avec en moyenne des résidus de 4 pesticides différents (les plus contaminés d’entre eux affichant jusqu’à 10 pesticides). Mis à part un cas spécifique, les vins biologiques analysés ne présentent pas de traces de pesticides. Le seul vin bio contaminé est produit à proximité de parcelles menées de façon conventionnelle.

Sachant qu’à l’inverse de l’eau, il n’existe pas de limites maximales autorisées (LMR) à la contamination du vin, on se réfère à celles utilisées pour le raisin, lesquelles sont très importantes (les plus élevées de la production de fruits). Face à ce vide légal, rien d’étonnant que les niveaux de contamination observés dans le vin battent tous les records et laissent loin derrière les niveaux tolérés pour les pesticides dans l’eau. L’étude a ainsi enregistré un maximum s’élevant à 5800 fois les Concentrations Maximales Admissibles (CMA) autorisées par pesticide dans l’eau du robinet !

Parmi les substances identifiées, de nombreuses sont considérées comme des cancérigènes possibles ou probables, des toxiques du développement ou de la reproduction, des perturbateurs endocriniens ou encore des neurotoxiques (4). Ainsi, à titre d’exemple, de la procymidone classée cancérigène, reprotoxique et perturbateur endocrinien par l’UE a été trouvé dans plusieurs vins français et italiens.

Alex Belvoit

1- Présent sur l’ensemble de la planète, ce champignon microscopique attaque les feuilles et les raisins. C’est le principal ravageur de la vigne.

2- L’étude a été coordonnée par PAN-Europe et soutenue par le MDRGF pour la France, Global 2000 pour l’Autriche et Greenpeace pour l’Allemagne.

3- Sélectionnés parmi des marques à bas prix et haut de gamme, 34 vins étaient issus de l’agriculture intensive et 6 d’une production biologique.

4- D’après les classifications de l’Union européenne et de l’organisation mondiale de la santé.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 10 avril 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Euskalion
16 avril 2008 - 0 h 00 min

Dire que tant de gens essayaient de noyer leur détresse face à la qualité de leur eau de robinet, dans une bonne bouteille. Qu’est-ce qui va nous rester ?

Enfin, il y a toujours des vins bio. Ben oui, tiens, maintenant qu’on y pense, ça existe. Tous au tonneau !


diego
16 avril 2008 - 0 h 00 min

A voir la couche blanchâtre sur les grains de raisins, rien de surprenant à cette étude, bien qu’une quarantaine de bouteilles analysées ce soit un peu juste pour en tirer des conclusions.
Mais comme dit Euskalion il nous reste toujours le bio, et pour en boire je peux vous dire qu’il tient la comparaison avec plus d’un cran cru gavé aux pesticides.


thierry08
17 avril 2008 - 0 h 00 min

Je propose par souci de transparence, d imposer aux producteurs de mentionner les doses exactes des produits phytosanitaires et autres, ayant une incidence prouvée sur la santé humaine, présents dans les vins

Voila un bon dossier pour nos parlementaires, eux qui se plaignent de ne pas être assez consultés par le pouvoir éxécutif pour des questions essentielles.

Mais j ai le droit de réver quand je vois ce qu’ils ont accouché pour les OGM, en dépit de la résistance de la majorité des français contre ces OGM.


joëlle
8 mai 2008 - 0 h 00 min

En plus, il est bon de rappeler que les résidus de pesticides et autres, quand ils sont ensemble sur un même fruit ne s’additionnent pas comme une simple addition. Leurs effets négatifs se renforcent l’un l’autre et le résultat est bien plus toxique que le résultat de chaque produit pris séparément. Il en est de même avec les pommes dont on a retrouvé jusqu’à 9 produits phytosanitaire réunis sur un même fruit. Il faut dire qu’entre avril et septembre, ils sont pulvérisés en moyenne 27 fois! Les français sont les champions du maniement du pulvérisateur.


un còp era
8 mai 2008 - 0 h 00 min

Existe ‘il une étude regroupant sur toute la France les décès par cancer de jeunes fils de paysans nés dans les années 70?

Je pose ette question car je ne trouve rien à ce propos nulle part. Par contre je connais beaucoup de paysans mort de cancer avant 30 ans…(toujours des jeunes hommes – ils suivaient leurs péres quand ils tuaient la terre à grand coup de pesticides)


alex
9 mai 2008 - 0 h 00 min

La mutualité sociale agricole s’est penchée sur le sujet en 2005, mais je n’ai plus en tête leur étude.
Vous pouvez lire l’article et télécharger les résultats de l’étude sur cette page.

Alex



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1470

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS