Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Viande : les Français mis au régime halal et casher
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Viande : les Français mis au régime halal et casher

Alors que l’abattage rituel est devenu l’un des sujets clés des campagnes présidentielles, le président de la République, Nicolas Sarkozy a récemment proposé d’instaurer un étiquetage traçant les viandes issues de ce mode d’abattage. Dans ce contexte, l’association Stéphane Lamart et la Fondation Assistance aux Animaux ont déposé plainte contre X devant le Procureur de la République de Paris, pour acte de cruauté et tromperie sur la marchandise. Selon elles, l’acte d’égorger un animal conscient, chat, chien ou vache, est un acte de cruauté, relevant du Code pénal. Au regard de quoi, la mise en place d’un étiquetage ne masquera qu’une partie du problème. Elles réclament l’étourdissement préalable des animaux avant leur mise à mort, sans exception, comme c’est déjà le cas en Suisse, Suède, Norvège et Islande.

Le croisement de fers des candidats à la présidentielle, qui a depuis longtemps relégué la souffrance animale au second plan, a trouvé un nouveau rebondissement avec la publication, sur le site Internet du Point, d’une partie d’un rapport confidentiel du Conseil général de l’alimentation (CGA) (1). Remis aux autorités en novembre 2011, ce rapport, réalisé par dix experts et hauts fonctionnaires issus du ministère de l’Agriculture, aurait été « soigneusement enterré » selon Le Point. Selon le rapport, alors que « la demande en viande halal ou casher devrait correspondre à environ 10 % des abattages totaux, on estime que le volume d’abattage rituel atteint 40 % des abattages totaux pour les bovins et près de 60 % pour les ovins ». Il dénonce cette « dérive », généralisation de « Ce qui ne devait être qu’une dérogation ».  

Le rapport met également en évidence les souffrances induites par l’égorgement chez les animaux conscients : « L’incision active le système nociceptif et provoque une douleur majeure », la contraction des muscles de la plaie est très douloureuse », la sensation d’étouffement lorsque le sang envahit les poumons etc. Si des défaillances ont également été relevées dans le mode d’abattage classique, le rapport fait état de « nombreuses dérives » de l’abattage rituel afin de ne pas « casser la cadence d’abattage » : ouverture prématurée de la cage de contention alors que l’animal, encore conscient, se vide de son sang au sol, « avec des mouvements de pédalage témoins de douleur et d’un état de conscience » ; stimulation électrique en post jugulation pourtant interdite, couteau mal aiguisé ou inadapté d’où des mouvements de va-et-vient etc. Il est également fait mention d’abattages rituels de petits ruminants et de bovins, au prétexte que l’on ignore si la viande est destinée au circuit classique ou halal.   

En réaction à la parution de l’article du Point, le ministère de l’agriculture s’est défendu en précisant ces quelques points : le rapport repose « sur des chiffres de seulement 15 abattoirs français datant de 2009 ; selon une enquête réalisée par la Direction générale de l’alimentation en 2010 auprès de 255 abattoirs de ruminants, 14 % du tonnage de bovins et ovins sont abattus de manière rituelle ».

Cécile Cassier
1- Le rapport en question s’intitule « La protection animale en abattoir : la question particulière de l’abattage rituel ».

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
9 mars 2012 - 0 h 00 min

L’Homme est un loup pour l’Homme, c’est bien connu. Mais ce n’est rien en comparaison de la cruauté qu’il déploie à l’encontre des autres animaux. Soit il les tue sauvagement pour s’en nourrir, soit il les prive de leur espace de vie et de leurs ressources, soit il les réduit en esclavage, à l’état de machine à produire des biens de consommation (alimentaires ou autres).
Et comme cette exploitation nécessite généralement la mise à mort, il n’a même pas la décence d’éviter à l’animal de souffrir au moment de cette mise à mort. Ne parlons pas des souffrance physiques et psychiques imposées tout au long de leur courte existence à ces malheureux animaux domestiques. Je ne suis pas bien fier d’appartenir à cette espèce-là.
Pourtant, la république laïque française s’honore d’une législation qui interdit la souffrance animale INUTILE. Il faudrait peut-être préciser ce que signifie « inutile », car tout le monde ne semble pas d’accord là-dessus, et faire appliquer cette loi, SANS dérogation.


lupus
10 mars 2012 - 0 h 00 min

Toute cette barbaque pour au bout du compte manger une nourriture malsaine, engraissée aux antibiotiques et OGM, génératrice de misère animale et humaine. Tout juste propre à vous filer des maladies (cardiovasculaires, cancers, etc…)
Halal ou pas : la viande est à bannir. C’est une addiction. Ça rend les gens cons, violents, gros et malades. Observez, vous verrez !


Nol
11 mars 2012 - 0 h 00 min

« avec des mouvements de pédalage témoins de douleur et d’un état de conscience »
Pour l’imbécile qui a écrit ça, elle semble n’avoir jamais rencontrée la mort. Sinon elle saurait que n’importe quel être vivant « pédale » avant de mourir. Et ce n’est pas parce qu’il est conscient, ce sont juste ses nerfs.
Le corps des hommes passés à la guillotine « pédale » aussi, or il n’a plus de tête.
Coupez la tête à un canard, vous aurez l’impression qu’il part en courant.
Les végétariens qui vivent dans le monde de OUI OUI ne savent peut-être où se trouve le cerveau.
Ce site est sans intérêt, sauf pour les deux écololos bouffeurs de graines urbains au cerveau ramolli qui laissent leur sempiternel message.
Vive l’élevage.
Merci de me désinscrire.


marseille42
11 mars 2012 - 0 h 00 min

La France est l’un des pays qui bat des records pour le nombre d’animaux de compagnie mais qui est prêt à adopter une nourriture (actuelle) américaine où la chair domine en lieu et place des aliments protidiques qui ont été les siens pendant des siècles. La viande, pour les humains carnivores, doit rester un plat exceptionnel de jours de fête. Pour les autres, dont je fais partie, la question ne se pose pas. Notre alimentation est beaucoup trop protéinée et l’excès de protéines est aussi nocif que sa carence. J’aime les animaux et je me sens incapable d’avaler leur cadavre. Inutile de pousser des cris d’orfraie sur l’anthropophagie si on est capable d’élever des animaux, de leur parler, de les caresser, de bien connaître et puis de les égorger ou de leur tordre le cou pour les dévorer. Tuer un animal pour s’en repaître alors qu’il n’en est nul besoin est déjà de la barbarie. Les tuer sans étourdissement est le fait de tortionnaires sadiques.


conapol
11 mars 2012 - 0 h 00 min

L’aspect « cruauté » est bien entendu primordial pour refuser l’abattage rituel. Mais il est en outre plus que temps que l’Europe refuse de se laisser dicter ses choix par une population immigrée minoritaire mais revendicatrice.


p.joos
11 mars 2012 - 0 h 00 min

La réaction stupide de Nol montre clairement que le fait de manger de la viande rend agressif et injuste. L’univers entier tourne autour du nombril de Nol, et tous ceux qui n’ont pas le même avis que lui sont des imbécils.
Aussi longtemps que nous continuons à abattre froidement nos petits frères, les animaux, pour satisfaire nos instincts de fauve, juste pour le plaisir du palais, aussi longtemps les guerres continueront. Tous les grands hommes, les Einstein, Ghandi, Hanisch, Deunov etc le disent…
Les êtres humains intelligents savent depuis longtemps que nous vivons malgré la viande et non pas grâce à la viande, et que l’on se porte beaucoup mieux sans.


Bens
12 mars 2012 - 0 h 00 min

Les commentaires en réaction à cet article volent, comme d’habitude, au raz des pâquerettes et sont le fait de gens intolérants (lire les commentaires du brillant « lupus » ou encore « marseille42″, dont les dernières phrases témoignent du degré d’objectivité de leurs auteurs).

Non que je défende l’abattage rituel d’animaux. Comme tout être humain normalement constitué, tout cela me révulse et doit être dénoncé.

Mais il me semble qu’en se limitant à condamner la souffrance infligée aux animaux, ou pire en brandissant le végétarisme comme seule pratique alimentaire moralement admissible, on « passe à côté de l’essentiel » (formulation charitable).

Le problème principal tient surtout dans le fait qu’une loi démocratique dont l’aspect juste et nécessaire est admise par tous, est remise en cause par une religion quelle qu’elle soit.

Deux conclusions :
- confirmation de la faiblesse des hommes politiques contemporains, face à l’appât de mesures électoralistes
- la prise de pouvoir rampante d’une religion en particulier.
La combinaison de ces deux réalités sont très inquiétantes.


Bens
12 mars 2012 - 0 h 00 min

« est très inquiétante », vous aurez corrigé ;)


dieselstop
12 mars 2012 - 0 h 00 min

Toutes souffrances infligées volontairement à un animal pour quelques motifs que ce soit, et à fortiori religieux, doit, si on prétend se qualifier d’être humain, être banni.Bien sur d’aucuns diront qu’il faut respecter les croyances de chacun, et bien non, c’est inadmissible. Les animaux sont sensibles et n’ont pas à faire les frais de la stupidité des croyances des attardés religieux de toutes obédiences. Je rappelle pour les nouveaux, qui ne sont pas bien informés, qu’il n’y a pas de dieux, ni ici, ni ailleurs! Ah si, dans le cerveau malade des croyants!


nicolekretchmann
15 mars 2012 - 0 h 00 min

ment proposé d’instaurer un étiquetage traçant les viandes issues de ce mode d’abattage. Dans ce contexte, l’association Stéphane Lamart et la Fondation Assistance aux Animaux ont déposé plainte contre X devant le Procureur de la République de Paris, pour acte de cruauté et tromperie sur la marchandise. Selon elles, l’acte d’égorger un animal conscient, chat, chien ou vache, est un acte de cruauté, relevant du Code pénal.
POUR ACTE DE CRUAUTÉ (SÛR) ET TROMPERIE SUR LA MARCHANDISE !!!!!! »
ICI, ON PARLE DE MARCHANDISE ! NON, IL S’AGIT D’ÊTRES VIVANTS ! AYANT UN COEUR, UNE SENSIBILITÉ AUSSI GRANDE QUE LA NÔTRE !
Il est plus facile de parler de la peur des communautés religieuses que de vouloir devenir VÉGÉTARIEN !!!!!!


gardien de mouton
28 mars 2012 - 0 h 00 min

Je suis bien évidement d’accord avec Nol. La terre entière ne sera jamais végétarienne alors on fait quoi : on liquide les musulmans et les juifs ou on essaye de leur faire comprendre que c’est dépassé (comme ne pas mettre de capote pour les chrétiens).Si le but c’est de se monter les uns contre les autres on fait tous bien avancer les choses, sinon il faut peut être voir avec les décideurs religieux (il y en a forcément),sinon qu’ils explique pourquoi il faut absolument égorger sans anesthésie.
Salut



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
87

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS