Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Vers l’étiquetage des polluants des meubles et de la décoration
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Vers l’étiquetage des polluants des meubles et de la décoration

Améliorer la qualité de l’air intérieur, c’est le but que recherche l’Afsset (1) en proposant la mise en place d’un étiquetage des matériaux de construction et des produits de décoration pour informer sur leurs émanations polluantes. Tous les polluants ne seraient pas pris en compte, l’agence se concentrant sur les plus dangereux, ou considérés comme tels. A ce titre, 165 composés organiques volatils (COV : hydrocarbures, alcools, aldéhydes,…) ont été retenus.

La mise en place d’un tel dispositif d’étiquetage est d’autant plus importante qu’aujourd’hui rien ne permet au consommateur d’identifier les matériaux les moins émissifs. Pourtant, en 2006, un quart des logements français présentait une forte concentration d’un ou plusieurs polluants. De même, les établissements accueillant des enfants, crèches et écoles, feraient partie des bâtiments les plus contaminés selon plusieurs organisations de santé. Or, au Japon, où une disposition similaire existe depuis plusieurs années, le bilan est très positif. En l’espace de cinq ans, le taux de logements dépassant la référence japonaise sur le formaldéhyde (un COV présent dans les colles entrant dans la production de panneaux de bois aggloméré) est passé de 30 % à 1 %.

Via cet étiquetage des émissions polluantes des meubles et des matériaux de décoration, la France rejoindrait la Suède et l’Allemagne en Europe, tout en se mettant également en conformité avec la loi Grenelle 1 qui impose cette information pour le 1er janvier 2012 au plus tard. De plus, sans préciser de date, l’Afsset souligne qu’elle complétera le champ d’application de cet étiquetage pour l’étendre aux produits d’entretien, désodorisants, encens etc.

Pascal Farcy
1- Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 31 octobre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
zygo
31 octobre 2009 - 0 h 00 min

Il est surprenant qu’on ne trouve pas mention d’une confusion courante entre « isolation » d’un logement et « confinement ». Lors de la pose de fenêtres, il est souvent (voire toujours) oublié de faire des aérations qui sont pourtant obligatoires (assorties d’une VMC). Cet « oubli » qui est souvent dû au manque de sérieux des entreprises de pose de fenêtres et portes, donne un confinement du logement où plus un souffle d’air ne rentre. Le même problème arrive souvent dans un certain nombre de lieux comme des magasins, ou pire des écoles. S’ajoutent à cela tous les produits toxiques qui sont cités dans l’article et on arrive à vivre dans un air irrespirable. Et il y a tellement de gens qui ont peur des « courants d’air » qu’ils ne supportent pas le moindre air frais.


opaque
1 novembre 2009 - 0 h 00 min

informer le client… c’est bien utile , en effet. en l’abscence de toute vision politique pour interdire la production et l’utilisation massive des produits toxiques dans les matériaux industriels,il reste donc les etiquettes,ces machins qui rassurent le consommateur.
Carrefour,Ikea , castoramara,etc(ajoutez qui vous voulez, la liste est interminable…) n’ont qu’à bien se tenir: le fantome de Ralph Nader est revenu de chine! personnellement je préfererai une politique ambitieuse pour imposer les écomatériaux à la mascarade de l’écologisme de marché qu’on nous promet, qui n’impose bien entendu rien à personne, surtout pas aux honnetes industriels qui ne se posent pas de questions, puisque ils ne peuvent pas imaginer pouvoir faire autrement qu’avec la chimie de synthèse .
Quand à ouvrir régulièrement les fenètres chez soi ou dans sa voiture, c’est évident de bon sens: sauf que souvent l’air de notre urbanité comme celui de notre paysannerie n’est guère plus fréquentable que l’odeur d’un désodorisant pour wc dans le confinement d’un intérieur douillet.


opaque
1 novembre 2009 - 0 h 00 min

suite du titre précédent… « les mauvaises ondes et les maux de tête » ha ha!les maux de tête c’est un contresens(le reste aussi d’ailleurs)



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
47

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS