Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Un groupe de restauration collective abandonne l’huile de palme
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un groupe de restauration collective abandonne l’huile de palme

Se présentant comme l’un des leaders de la restauration collective, Compass Group France a annoncé sa décision de supprimer l’huile de palme de son huile de friture. Cette décision s’appliquera à l’ensemble des marques du groupe, à savoir Scolarest (restaurants scolaires), Medirest (restauration en milieu médico-social), Médiance (restauration en milieu hospitalier) et Eurest (restauration d’entreprise). Elle concernera 2400 restaurants au total.

Pour remplacer l’huile de palme, le groupe a mis au point un mélange d’huile de colza, d’huile de tournesol et d’huile de maïs. A l’heure actuelle, bien que de plus en plus controversée, tant pour son implication dans la déforestation mondiale que pour ses effets sur la santé humaine, l’huile de palme représente 45 millions de tonnes consommées annuellement à l’échelle mondiale.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
nourson
12 février 2011 - 0 h 00 min

C’est malin de remplacer l’huile de palme par un mélange de colza, tournesol et maïs, bonjour les pesticides les engrais et les OGM, c’est MONSENTO qui va être content !


opaque
12 février 2011 - 0 h 00 min

Tant qu’à faire un virage écolo-citoyen, ce groupe pourrait décider de passer tant que faire se peut à l’approvisionnement en bio pour ses clients:Cela permettrait à ceux ci de mieux manger,et aux producteurs bios d’avoir plus d’arguments auprès du gouvernement,pour l’obliger à légifèrer enfin en faveur de la filière , et ainsi promouvoir la reconversion massive de nos agriculteurs chimico dépendants… Tiens, pour une fois,voilà une loi qui serait votée dans un effort de réflexion collective salutaire, et non après un fait divers !


etivey
12 février 2011 - 0 h 00 min

Le paysan colombien qui cultive du palmier à huile pour survivre va avoir le choix : la palme ou la drogue, de qui vaut il mieux dépendre des groupes de l’agroalimentaire ou du cartel de médelline ?
Et puis il faudrait faire la différence entre une huile de palme bio non trans. et l’autre.
Et vive la culture intensive céréalière, il faut y vivre dans ces régions pour en apprecier les dégats.
Et quel est le bricolage chimique que les industriels ont fait pour conserver dans les produits les qualités obtenues avant avec l’huile de palme ?


pavupapri
13 février 2011 - 0 h 00 min

l’huile de palme envahit l’alimentation et bientôt les carburants non pour ses qualités alimentaires ou énergétiques mais pour son prix extrèmement faible. cela est dû au vol des terres aux communautés indigènes et à la faible rémunération des ouvriers, on pourrait y ajouter les transports à bas prix. l’alternative n’est pas le maïs ogm monsanto mais les oléo protéagineux dont nous disposons en europe cultivables en bio. l’europe ne manquent pas de surface elle souffre du libéralisme qui tue son agriculture et ruine ses paysans (sauf les gros évidemment)


philou
13 février 2011 - 0 h 00 min

Ce n’est pas l’huile de palme qu’il faut condamner, mais l’utilisation qu’on en fait : alimentaire OK il faut la proscrire, quid des huiles de moteur et lubrifiants? Sachez que l’huile de palme est pratiquement BIO (pas de virus ou de champignons sur la palme) et que des coopératives modèle ont planté de la palme sur des terrains agricoles non déforestés comme à Coopesilencio, où 550 personnes en vivent d’une manière cohérente : http://www.echoway.org rubrique où partir, costa rica. Alors attention à ne pas tout mélanger …


orelli
13 février 2011 - 0 h 00 min

Le paysan costaricain aussi croit bien faire et coupe les arbres de son terrain pour y planter des palmiers à huiles, ça rapportera à long terme. J’ai essayé de lui expliquer que c’est pas une trop bonne idée. Mais je n’ai pas su lui soumettre une autre meilleure alternative. Peut- être la culture des noix de lavages?
Si vous êtes bons conseillers, et connaisseurs, je vous écoute.


thylacine
17 février 2011 - 0 h 00 min

L’huile de palme est bon marché sur le plan économique, pour les raisons évoquées par Pavupapri, mais son cout réel est immense! L’indonésie a foutu en l’air les forêts de Bornéo, une île grande comme la France, dans un des pôles de la biodiversité tropicale, et s’apprête a faire la même chose en Nouvelle-Guinée (Kalimantan). La valeur économique des choses, c’est à dire celle attribuée par le petit commerce des Hommes, n’est qu’une part minuscule de la VALEUR réelle des choses, et surtout des êtres vivants…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
72

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS