Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Un enfant de 10 ans ingère en moyenne 128 résidus chimiques par jour
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un enfant de 10 ans ingère en moyenne 128 résidus chimiques par jour

Dans le cadre du lancement d’une vaste campagne visant à dénoncer le rôle des facteurs environnementaux dans l’actuelle épidémie de cancers, l’association Générations Futures et le réseau européen HEAL (1) ont réalisé une enquête évaluant l’exposition de la population, et plus particulièrement des enfants, via l’alimentation à des substances chimiques susceptibles d’être cancérigènes.

Ainsi, entre juillet et septembre 2010, l’association a acheté dans divers supermarchés des aliments non bio, composant les repas types d’une journée d’un enfant d’une dizaine d’années. Au total, quatre repas et un encas ont été élaborés selon les recommandations du ministère de la santé, incluant 5 fruits et légumes frais par jour, un minimum de trois produits laitiers et un litre et demi d’eau. Des friandises comme un chewing-gum ont été incluses afin de rester fidèle à la réalité.

Au cours de l’analyse de ces repas types, l’attention s’est portée sur diverses substances chimiques, dont les pesticides, mais également sur les éventuels transferts de plastiques alimentaires vers les aliments (phtalates et BPA) ainsi que sur les sous-produits de traitement de l’eau.

Au total, sur l’ensemble de la journée, 128 résidus chimiques ont été détectés, représentant 81 substances chimiques différentes. Ces dernières comptent 42 substances différentes classées cancérogènes possibles ou probables, 5 substances classées comme cancérogènes certaines ainsi que 37 substances différentes dépeintes comme perturbateurs endocriniens (PE). Il est à noter que 28 substances sont classées à la fois possiblement cancérogènes et PE. Du point de vue de la teneur de ces substances, seuls 2 résidus de pesticides sont supérieurs aux LMR (Limites Maximales de Résidus), les autres substances chimiques trouvées étant à des niveaux inférieurs aux différentes normes en vigueur.

Comme le souligne l’association même, cette étude a ses limites dans la mesure où elle se base sur les repas d’une seule journée, composés d’aliments de consommation courante. Mais bien qu’elle ne prétende pas « être parfaitement représentative de la consommation alimentaire française moyenne » et « refléter exactement l’état moyen de la contamination par des substances chimiques des aliments vendus en France », cette enquête a le mérite de dénoncer un problème croissant, à savoir l’ingestion quotidienne de cocktails réunissant de nombreuses substances nocives. Or, le respect des limites légales pour chaque substance chimique prise individuellement n’apporte aucune garantie quant à l’exposition globale.

Face à ces résultats, les associations appellent les représentants à agir afin de réduire l’exposition, notamment alimentaire, de la population aux substances chimiques suspectées d’être cancérigènes et/ou pouvant perturber le système endocrinien. Cette réclamation est d’autant plus légitime que des solutions de substitution existent déjà pour nombre de ces substances, à l’instar du rôle de l’agriculture biologique dans la production d’aliments sans résidus.

Cécile Cassier
1- Health & Environment Alliance.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
bydochons
5 décembre 2010 - 0 h 00 min

Bonjour
je voudrai savoir comment vous faite pour avoir accés a l’alimentation sans les substances chimique quand on a un petit budget car moi je suis une personne avec handicap et ma et en invalidité.
moi je voudrai bien manger bio et pour mes enfants aussi.
vous savez les fins de moi sont difficile ses pour sa que je réagir par rapport a cette article penser vous on personne en précarité quand vous parler de consommer mieux et sains.
le bio n’est pas accéssible pour tout le monde merci.


opaque
5 décembre 2010 - 0 h 00 min

ET Pour votre santé…
mangez 4 à 5 légumes par jour
mangez 3 produits laitiers par jour
mangez 3 steaks par jour
c’est bon pour la santé de l’agro-industrie
manger bio par contre…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
44

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS