Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Thon et violation des droits de l’Homme
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :




Thon et violation des droits de l’Homme

Esclaves en cage en Indonésie

L’industrie du thon est connue pour la surpêche, les prises massives de thons juvéniles, et les prises « accessoires » d’espèces menacées. Cependant le tableau est encore plus noir lorsque l’on prend en compte l’esclavage moderne que cette industrie supporte et entretient comme le révèle Greenpeace et Associated Press.

Alors que ce problème est connu de tous, souvent les compagnies ferment les yeux. La société mère de Petit Navire, le géant du thon Thai Union Group, certifiée durable, reconnaît cette problématique, mais se justifie en expliquant qu’il s’agit d’un problème qui nécessite l’action de toutes les parties prenantes. Aussi le groupe continue à se fournir en Indonésie, malgré l’obscurité sur la provenance des poissons. Souvent les poissons issus de la pêche esclavagiste et les autres sont mélangés, ce qui rend tout traçage difficile et cher. Ainsi que ce soit au restaurant ou chez nous, il est probable que nous consommions du thon qui provient de pratiques esclavagistes.

C’est en effet en Indonésie, et plus particulièrement dans le port de Benjina, d’où les poissons sont envoyés vers la Thaïlande puis exportés au niveau mondial, que l’esclavagisme se voit le plus. Par exemple, les travailleurs « à risques », c’est-à-dire qui pourraient s’enfuir, y sont mis en cage lorsque les bateaux sont à quai. En mer, les « travailleurs » n’ont pas accès à une eau propre pour boire, sont souvent battus ou fouettés avec des queues toxiques de raies et travaillent 20 à 22 h par jour sans équipements adéquats. Ils peuvent être prisonniers de cette routine horrifique pendant plusieurs années, sans arrêt : des navires frigorifiques viennent récupérer la cargaison des bateaux de pêche, leur évitant de retourner à quai. Une pratique que l’Indonésie essaye aujourd’hui d’interdire dans l’espoir de limiter ces prisons flottantes.

Ces pratiques ayant cours depuis plusieurs décennies, les migrants sont de plus en plus conscients du danger de devenir prisonniers des mers d’Indonésie. Ainsi, le « recrutement » est devenu tellement difficile que les agents n’hésitent pas à tromper ou droguer les futurs esclaves, et ne reculent pas devant le recrutement d’enfants et de handicapés. Vendus pour un prix généralement avoisinant les 1 000 $, les esclaves doivent ensuite payer cette « dette » pour leur liberté. Malgré cela, beaucoup d’anciens esclaves restent bloqués sur Benjina, privés de leur identité, et ne revoient jamais leurs proches.

Les lois sont lentes à venir et pour beaucoup non effectives. Bien que le gouvernement thaïlandais promette la l’enregistrement des travailleurs illégaux, dont plus de 100 000 travaillent dans la filière de la pêche, un tel recensement est difficile. Non seulement les esclaves sont munis de faux papiers par leurs capitaines, mais les bateaux œuvrent de plus en plus dans les eaux étrangères.

© AP Photo/Dita Alangkara

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 21 novembre 2015 à 12:55

62 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
guy
25 novembre 2015 - 15 h 00 min

…donc, n’achetez plus de thon !


Posté
26 novembre 2015 - 10 h 40 min

C’est incroyable, de l’esclavage à une telle échelle. Je n’arrive pas à y croire. Comment se fait-il qu’on n’en parle pas plus ? C’est insupportable.

Si l’Indonésie et la Thaïlande ne prennent pas les mesures pour interdire ces pratiques, on devrait pouvoir poursuivre et traduire les criminels responsables devant la Cour internationale de Justice, et dénoncer tous les complices.

Que peux faire l’ONU pour une police dans les eaux internationales ?


L ‘ Observateur
26 novembre 2015 - 12 h 31 min

Plus de thon ! Terminé !

Plus non plus de saumon d’élevage Norvégien !
(Souvenons-nous du documentaire où l’on voit un éleveur en scaphandre pulvériser un pesticide sur l’enclos des saumons !)

Et plus de cabillaud, d’aiglefin, etc, provenance d’Atlantique nord-est , notamment de la mer de Barents où l’on trouve des sous-marins nucléaires ex-soviétiques et des fûts de déchets radioactifs immergés ! Le tout fuyant certainement, permettant ainsi la concentration d’éléments radioactifs tout au long de la chaîne alimentaire marine.
Où sont les contrôles sanitaires de ces poissons ? Pas de réponses !
(voir enquête ici http://www.la-cagouille-libre.fr/ article « Poisson ou poison ?» dans la catégorie consommation.)


Myriam
28 novembre 2015 - 19 h 11 min

Je ne comprends pas comment on peut encore manger du poisson sachant d’une part que cela implique un esclavagisme ignoble et d;autre part que les poissons sont pollués et bourrés de BPC, perturbateurs endocriniens et de mercure et que la pêche industrielle détruit les océans et leur écosystème.


Nicole Sarah Kretchmann
7 décembre 2015 - 19 h 37 min

Myriam, tu as la meilleure réaction. Merci à toi.
Mais, vois-tu, il est difficile d’accepter de voir que l’on est complice des actes qui, en réalité, dépendent de notre façon d’être, ici, de se nourrir.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1152

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS