Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Sida : les gorilles, source potentielle d’infection humaine
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Sida : les gorilles, source potentielle d’infection humaine

En collaboration avec ses partenaires, l’IRD (1) a réalisé une étude pendant trois ans dans l’Afrique centrale, réputée pour être le berceau du fléau que constitue le sida. L’un des objectifs de cette campagne scientifique était de déterminer quand, comment et dans quelle mesure les gorilles ont été contaminés par l’infection SIV (2), ancêtre du VIH responsable de la pandémie de sida chez l’homme. Dirigés par cette même équipe de chercheurs, de précédents travaux avaient déjà démontré que les SIV persistent encore chez des groupes de chimpanzés sauvages de la sous-espèce « troglodyte », vivant dans le Sud du Cameroun.


Ces nouvelles recherches ont abouti à la conclusion que l’infection SIV est beaucoup plus répandue chez les chimpanzés que chez les gorilles. En moyenne, 5,9 % des premiers sont infectés contre 1,6 % pour les seconds. Choisie pour perturber le moins possible les populations observées, la méthode diagnostique s’est appuyée sur la collecte et l’analyse de près de 3 000 échantillons fécaux. Les prélèvements s’effectuèrent autour des nids des grands singes et de leurs lieux de repas au Cameroun, en République centrafricaine, au Gabon, en République du Congo et en République démocratique du Congo. Seuls 42 échantillons, répartis sur 3 des 21 sites de l’étude, se sont avérés positifs au SIV. Ces prélèvements correspondraient seulement à 16 individus.

Ajoutés aux données déjà disponibles sur les relations SIV/VIH, le taux d’infection et la diversité génétique plus faibles du SIV chez les gorilles confirment que ceux-ci ont été contaminés par les chimpanzés. Toutefois, les chercheurs n’excluent pas la possibilité de taux d’infection plus élevés dans d’autres sites investis par les gorilles.

Mais les résultats de cette étude laissent également craindre un risque de contamination pour l’homme car, bien qu’isolés et peu nombreux, les foyers d’infection peuvent constituer une source de transmission à l’homme. De fait, si l’origine exacte du virus du sida et les modes de transmission des grands singes à l’homme n’ont pas encore été prouvés de manière irréfutable, l’hypothèse la plus probable est que ce dernier a été contaminé après l’entrée en contact avec du sang et des tissus contaminés lors de la chasse, du dépeçage et de la préparation de la viande de singe. Or, la déforestation massive et les mouvements de population qu’elle génère, de même que les activités de braconnage, favorisent les contacts hommes/singes. Plus inquiétant encore, l’IRD estime que : « De nouvelles souches virales, entre autres par recombinaison avec les VIH existants, pourraient voir le jour, élargissant l’éventail déjà très étendu des virus du sida qui circulent actuellement ».

Aujourd’hui, trente ans après l’apparition des premiers cas de sida chez l’homme, on estime que la maladie touche près de 33 millions de personnes à travers le monde.

Cécile Cassier
Photo © IRD / Cécile Neel

1- Institut de recherche pour le développement.

2- Les SIV sont les virus de l’immunodéficience simienne, relative aux singes.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 26 avril 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
nicolekretchmann
29 avril 2010 - 0 h 00 min

on n’a rien à envier aux gorilles : 70 % des élevages (porcs, vaches…) sont contaminés par le SARM Communautaire et ces braves animaux n’étant pas égoïstes, le transmettent aux humains.
En France, par an, le Sarm (staphylocoque doré) tue autant que la route et le sida !


nicolekretchmann
29 avril 2010 - 0 h 00 min

j’ai oublié : il serait bon de demander au Pr Duesberg de nous parle de l’origine du VIH…


marseille42
29 avril 2010 - 0 h 00 min

Voici le type de publication qui, dès qu’il circulera plus largement dans les régions où vivent ces espèces, risque fort d’accélérer le massacre en intensifiant la chasse sous le prétexte de détruire des nuisibles pour l’homme. Quant on sait le « succès » rencontré par le préservatif pour éviter la transmission du SIDA, je suis pour le moins sceptique sur l’argument « risque » pour les chasseurs. La « viande de brousse » se vend si bien! Il faudrait quintupler ou même décupler les moyens de lutte contre le braconnage… au risque de devenir le gibier.


jdautz
29 avril 2010 - 0 h 00 min

Quelle sont les sources ? Après rapide recherche, ces affirmations me semblent très fantaisites, et pour le moins le fruit d’une mauvaise compréhension.

> 70 % des élevages (porcs, vaches…) sont
> contaminés par le SARM Communautaire
> le Sarm (staphylocoque doré) tue autant que la
> route et le sida !


Frenchstyle3
30 avril 2010 - 0 h 00 min

Article horripilant : une série d’allégations , aucune preuve de ce fait qui tend à rendre responsables du fléau :
1- l’Afrique
2- le monde animal
3- le mode de vie sauvage : communiquer avec le monde animal devient synonyme de danger
donc : la nature est dangereuse !!

bravo à votre site de répandre ce genre d’idéologies , c’est sûrement cela qui va nous faire avancer !

Cléa Bély


cecile
3 mai 2010 - 0 h 00 min

Cet article ne vise nullement à « répandre des idéologies », il se fait le relais de recherches scientifiques visant à identifier le vecteur initial d’un virus aussi ravageur que le sida… Le bien-être animal est certes trop souvent bafoué, et nous nous faisons souvent sur Univers-nature l’écho des personnes qui travaillent à le faire respecter. Mais le sida cause encore de nombreuses morts, y compris chez les enfants. Travailler à enrayer cette maladie ne me semble pas anodin, loin s’en faut. En outre, il est spécifié dans l’article que les principales causes de cette promiscuité forcée entre l’homme et l’animal sont imputables à l’homme et à ses activités dispendieuses(déforestation…). Preuve est faite, une fois de plus, que l’homme concourt et travaille à sa propre perte… Enfin, il est fait mention que les contacts se produisent lors d’activités de chasse et de braconnage. Aussi,envisager de lutter contre le braconnage m’apparaît plus judicieux qu’envisager immédiatement l’éradication pure et simple de ce qui nous semble dangereux… En tant qu’être vivant et maillon indispensable à l’équilibre marin, le requin, actuellement menacé et négligé, appelle à la prise de mesures urgentes. C’est une position que je défends et que, je pense, vous partagez… Toutefois, je doute que vous passiez vos vacances et emmeniez vos enfants faire des brassées sous-marines en leur compagnie… Il est question de respect du vivant mais taire les difficultés de la cohabitation homme / animal ne me semble pas être une solution profitable, bien au contraire. Pour ma part, il me semble plus pertinent de les identifier pour tenter d’y trouver une solution dans les respect des deux partis.


opaque
13 mai 2010 - 0 h 00 min

Gare au Goriii-lleux, pom pom pom pom !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
87

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS