Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Scanners et radios : des doses d’irradiation préoccupantes
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Ecomobilité 2

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Comment trouver une mutuelle adaptée à la ...
  2. Apprendre l’anglais en ligne
  3. Couper l’eau pendant le savonnage !
  4. Chaudière à basse température ...
  5. L’hiver, faut-il hiberner ou préparer le ...


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
USED jonathan-ybema-n29bMCHktj0-unsplash
  Comment bien chauffer sa maison ? Saviez-vous que le chauffage est l’une des plus grosses dépenses d’un foyer ? Il est donc important de se tourner vers un système économique et confortable, tout en adoptant les bons gestes au quotidien. Revoir l’isolation de son logement, utiliser la domotique, adapter la température en fonction des pièces, entretenir ses équipements… Tous ces gestes évitent d’avoir froid [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999







Scanners et radios : des doses d’irradiation préoccupantes

En mars 2010, un rapport réalisé conjointement par l’IRSN et l’InVS, concluait à une augmentation de 47 % en 5 ans des doses de rayonnements ionisants délivrées par l’imagerie médicale aux patients (1/4 de la population française par an). Incluant notamment les scanners et les actes de radiologie, ces actes médicaux sont réalisés à des fins de diagnostic, d’orientation de stratégie thérapeutique, de suivi de l’efficacité des traitements et de radiologie interventionnelle (1).

En 2009, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a effectué 124 inspections au sein de services où sont pratiqués des actes de radiologie interventionnelle. D’après ses conclusions, les « radiologues interventionnels » (cardiologues, chirurgiens…) et leurs assistants reçoivent des doses importantes du fait de leur travail à proximité des sources de rayons X. Plus le nombre d’actes réalisés augmente, plus les doses s’intensifient, notamment dans les blocs opératoires.

Afin d’améliorer la radioprotection dans le domaine médical et mieux maîtriser l’augmentation des doses, l’ASN a émis certaines recommandations. D’une part, elle prône le développement des techniques alternatives, et plus particulièrement l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Technique d’imagerie médicale non irradiante, l’IRM pâtit d’un manque d’appareils en France, d’où des délais de rendez-vous importants. La France a 8,7 appareils d’IRM par million d’habitants pour une moyenne européenne de 20. Afin d’y remédier, le recours à l’IRM peut être favorisé dans le cadre de la planification régionale des équipements lourds par les agences régionales de santé (ARS). On peut ainsi envisager une tarification plus incitative en faveur de l’IRM. En attendant, il est nécessaire d’éviter tout acte d’imagerie médicale injustifié. Dans le cas où l’acte est justifié, les paramètres représentatifs de la dose doivent figurer sur le compte-rendu de l’examen. Cela implique que les appareils utilisés soient munis de dispositifs permettant d’estimer la dose délivrée aux patients, et qu’ils bénéficient d’un entretien optimal. Enfin, bien que la formation des professionnels à la radioprotection dans le domaine médical soit obligatoire, des efforts restent à faire. De fait, si les professionnels du monde de l’imagerie (radiologues, médecins nucléaires et manipulateurs d’électroradiologie) ont bien respecté cette obligation depuis 2004, les professionnels non spécialistes mais utilisateurs des rayonnements ionisants, en particulier dans les salles d’opération et de radiologie interventionnelle, ont fait preuve de moins d’assiduité.

Cécile Cassier
1- Ces dernières années, la radiologie interventionnelle s’est développée dans de nombreux domaines, dont la cardiologie, la neurologie, la rhumatologie ou la chirurgie. Elle permet au médecin de guider son geste par l’intermédiaire d’un appareil de radiologie émettant des rayons X. Ce rayonnement est peu pénétrant mais les interventions étant souvent de longue durée, les patients reçoivent alors des doses importantes au niveau de la peau. Dans certains cas, celles-ci peuvent provoquer des effets modérés (perte de cheveux, érythèmes cutanés).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS