Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Restaurants Quick convertis à la viande halal, ou quand l’Etat cautionne !
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Restaurants Quick convertis à la viande halal, ou quand l’Etat cautionne !

Depuis la fin novembre 2009, huit restaurants de la chaîne de restauration rapide Quick ont vu leur carte évoluer sensiblement pour s’adapter à la viande halal (1), obtenue à partir d’animaux tués selon le rite musulman (autrement dit égorgés en pleine conscience). Pour la marque de fast-food, cette expérience de six mois a valeur de test grandeur nature. Au regard des résultats, elle permettra à Quick de décider de maintenir ou non une telle offre dans certains de ses restaurants.

Parmi les sept communes concernées (Argenteuil et Garges-lès-Gonesse dans le Val d’Oise, Buchelay dans les Yvelines, Roubaix et Villeurbanne dans le Rhône, ainsi que Marseille avec deux restaurants et Toulouse), c’est la mairie de Roubaix, dans le Nord-Pas-de-Calais, qui vient de réagir. Pour son maire, le socialiste René Vandierendonck, il y a ‘discrimination’. Faute d’obtenir la fin de l’expérimentation, la mairie a déposé plainte hier. Selon l’avocat de la ville, Franck Berton, le client du fast-food ne peut ni commander ni manger autre chose qu’un hamburger halal. En conséquence, aux termes de la loi, il y a ‘discrimination à raison de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une religion déterminée’. En outre, pour l’avocat, ‘Roubaix est aussi victime de discrimination’.

Concrètement, toute la viande (bœuf, poulet et dinde) servie dans ces huit restaurants est certifiée halal par la mosquée d’Evry-Courcouronnes. Officiellement pour un meilleur suivi du test, Quick a choisi de ne pas proposer une double offre de produits à base de viande, et un hamburger au bacon a donc été supprimé de la carte. Néanmoins, ces établissements ne peuvent pas être qualifiés de ‘halal’, puisqu’une offre de produits à base de poissons ou de fromage non halal demeure, tandis que de l’alcool continue d’être proposé (bière).

En fait, plus que ce test, c’est la position des autorités françaises depuis les années quatre-vingt qui apparaît problématique. La société Quick est dans son rôle, à ‘savoir faire de l’argent’, et aujourd’hui elle ne fait ni plus ni moins ce que la grande distribution fait depuis des années, à savoir suivre les tendances du marché et s’adapter à la demande en proposant de plus en plus de produits halal.

En effet, selon la législation en vigueur dans tous les pays européens, l’étourdissement préalable des animaux de boucherie est obligatoire avant leur mise à mort. Or, depuis de nombreuses années, cette législation est détournée officiellement pour des raisons religieuses (2). De plus en plus d’animaux sont ainsi égorgés en parfaite conscience, plus particulièrement dans les abattoirs français et belges. Toutefois, la dérogation accordée aux musulmans pour la viande halal est intervenue en pleine crise de la ‘vache folle’, une période où la filière bovine se voyait privée d’exportation tandis que ses ventes nationales étaient en chute libre. Son impact ne s’est pas fait attendre. On a assisté à un développement des boucheries halal, quand, dans le même temps, nombre de boucheries ‘traditionnelles’ fermaient. Simultanément, les abattoirs ont commencé à s’adapter et à se rendre compte de l’intérêt qu’ils pouvaient y trouver, avec des cadences d’abattage plus élevées grâce à la possibilité de ne pas recourir au dispositif de contention pour les bovins, ovins et autres caprins… En conséquence, les chiffres s’envolent et, en 2010, dans un marché en forte expansion, le marché français de l’alimentation halal est attendu à près de 5,5 milliards d’euros pour l’année.

En septembre 2005, une étude remise aux ministres de l’intérieur et de l’agriculture, mais non publiée, révèle l’ampleur du phénomène. Le COPERCI (3) y souligne qu’en France ’80 % des ovins, 20 % des bovins et 20 % des volailles seraient abattus selon le rite halal’… Or, les communautés juives et musulmanes françaises sont respectivement évaluées (fourchette haute) à environ 550 000 et 7 millions d’individus (Jean-Paul Gourévitch – Le coût réel de l’immigration – 2008). Dans un pays où la population totale atteint 65 millions de personnes, elles représentent environ 11 % des habitants. La production de viande destinée à ces communautés apparaît alors étonnamment haute. Si l’exportation fournit un débouché à cet excédent, le rapport COPERCI reconnaît qu’une part ‘non négligeable de la viande abattue rituellement est vendue dans le circuit classique, sans mention particulière’.

Mais le niveau de complicité des autorités face à ce détournement de la réglementation et à la tromperie des consommateurs, qui achètent des produits issus de viande halal sans le savoir, ne s’arrête pas là. Quick appartient quasiment à l’Etat (4) qui en détient 94 %. Or, on imagine que comme tout actionnaire majoritaire d’une entreprise, l’Etat à plus qu’un simple droit de regard sur les orientations de Quick…

Pascal Farcy
1- Les aliments halal et casher sont les produits d’origine animale autorisés respectivement pour les religions musulmanes et juives.

2- En France, il faut remonter au 1er juillet 1982 pour constater le début d’une permissivité face aux communautés religieuses et à l’abattage des animaux de boucherie. A cette date, le gouvernement français accorde à la commission rabbinique intercommunautaire, de l’Association Consistoriale Israélite de Paris (ACIP), le pouvoir d’habiliter des sacrificateurs israélites aptes à produire une viande casher dans les abattoirs. Concernant le culte musulman et la viande halal, il faudra attendre treize ans pour voir une décision similaire, au bénéfice, dans un premier temps, de la Grande Mosquée de Paris.

3- COmité PERmanent de Coordination des Inspections. Le COPERCI rassemble les inspections générales de l’administration et de l’agriculture, ainsi que le conseil général vétérinaire.

4- Via Qualium Investissement, une filiale d’investissement de la Caisse des Dépôts, l’Etat détient 94% du capital de Quick.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 février 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
rose
20 février 2010 - 0 h 00 min

Une religion qui prescrirait de tuer des animaux, a fortiori de la sorte, en engendrant un maximum de souffrance, ne pourrait être, pour moi, que sataniste. Il n’est donc question ici ni d’islam ni de judaïsme, mais bien de satanisme.
Et il est évident que le jour où Dieu préconisera aux humains de tuer des animaux, il ne s’agira plus de Dieu mais bien du Diable.
Cela signifierait que nous serions régis par le Diable, option qu’on ne peut pourtant exclure à l’heure actuelle — aussi absolument désespérante soit-elle —, quand on observe nos choix, toujours les plus nuisibles.


thylacine
20 février 2010 - 0 h 00 min

Allons, allons, Rose, manger des animaux n’est pas du satanisme, cela s’appelle de la prédation. Et c’est le cas de beaucoup d’animaux sur Terre. Dont l’Homme, depuis toujours…
En revanche, puisque nous avons fait le choix d’élever certains animaux (dits domestiques) pour nous en nourrir, il est de notre devoir moral de leur offrir une vie agréable, et de les mettre à mort de la façon la moins pénible possible. Le service qu’ils nous « rendent » en nous nourrissant est au moins aussi grand que celui que nous rendent les animaux domestiques de compagnie. Pourquoi n’ont-ils alors pas droit aux mêmes égards?
Or, la mise à mort « halal » n’est rien d’autre qu’une ignoble barbarie, que notre société doit proscrire. Autoriser de telles pratiques est une régression intolérable que le législateur ne doit pas accepter. Je ne vois pas vraiment ce que la proportion d’adeptes des différentes religions en France a à voir avec ce principe intangible.

Par ailleurs, que des commerçants, au plus mauvais sens du terme, se fassent complices de cette barbarie, pour « faire de l’argent », n’est pas une chose « normale », ni acceptable. Jamais le profit ne peut justifier la souffrance! (Ni les croyances ou pratiques religieuses privée, évidemment…). C’est bien sûr encore plus inacceptable de l’imposer à celui qui ne le souhaite pas, comme le fait Quick.
Vive le maire de Roubaix!


jng
20 février 2010 - 0 h 00 min

Satan n’a rien à voir là dedans ! C’est bien l’homme qui prend ce genre de décision.
Quand des raisons économiques s’appuient sur des traditions religieuses rétrogrades, les animaux de boucherie déjà mal traités seront encore moins respectés …


lupus
21 février 2010 - 0 h 00 min

C’est pas le tout de manger de la viande encore faut-il que les animaux soient bien stressés
et souffrent le martyre avant d’être consommés. Merci pour eux !


crozonette
21 février 2010 - 0 h 00 min

Ce qui me convient c’est de voir que les gens se réveillent !
L’état lâche tout pour faire dans le politiquement correct ou pour faire du profit.
Il faut bien faire la différence : quand je vais dans un restaurant chinois, ou indien, c’est que je désire manger cette nourriture. Et s’il est vrai qu’un petit autel religieux est dressé, cela ne change pas ce qui est dans mon assiette !
Là, c’est bien différent. C’est un pas de plus vers l’islamisation de ce pays.
Qu’un restaurant « d’état », n’offre même plus de choix ! Et si je ne veux pas encourager et payer cette façon d’abattre les animaux ?
Bref, après les cantines, le voile, les familles bigames et tout le reste, on affirme encore plus notre lâcheté : venez chez nous et faites comme chez vous !
Quand je pense que ceux qui offrait de la soupe au cochon ont été punis par la justice !
De plus, il parait que pour KFC, c’est pareil ? Ils ne le disent pas, mais la viande est hallal ?


humanité
21 février 2010 - 0 h 00 min

BON la question est maintenant de savoir ce que nous faisons. Allons-nous ranger dans un coin de notre cerveau cette actualité qui est plus grave qu’il n’y paraît ! OU allons-nous agir et faire respecter le vivant et les lois. Je suis croyante et pratiquante, jamais je ne cautionnerais que ma religion impose de faire souffrir sans raison un être pour le simple fait d’une interprétation arriérée, à une époque qui n’a plus rien à voir avec ce que nous vivons aujourd’hui et les pratiques hygiénistes, etc. etc. Bon sang, on régresse ! Contactez les associations diverses et faites remonter sur ce forum les actions entreprises. Merci pour le vivant, merci pour l’homme. Si vous cédez quelle sera l’étape suivante ?


gemar
21 février 2010 - 0 h 00 min

consommer hallal ou casher c’est verser une contribution financiere à un organisme de certification Religieux, c’est aussi cautionner un abattage rituel sans étourdissement de l’animal et surtout dans le cas de Quick c’est accepter une exclusivité dangereuse pour un état laïque: Quand les pays musulmans( turquie , maroc …) accepteront chez eux des restaurants qui servent Exclusivement du porc je reverrai éventuellement ma position.


carmen
21 février 2010 - 0 h 00 min

dieu a vraiment bon dos , surtout quand il s’agit de faire du fric !


Jaune
22 février 2010 - 0 h 00 min

Merci pour cet article éclairant et votre position claire contre cette coutume qui, non seulement n’a rien à voir avec nos traditions mais qui heurte profondément nos convictions et notre affection pour les animaux !
Notre civilisation ne doit pas régresser ; c’est aux étrangers de respecter nos moeurs et s’assimiler : non l’inverse !!!


shantia
22 février 2010 - 0 h 00 min

Je ne comprendrai jamais comment l’on peut cautionner et favoriser la cruauté alors que l’on représente la religion dont l’essence est l’amour.
Au lieu d’écouter des lettres mortes, les religieux qui font ce genre de choix incohérents devraient ré-apprendre à écouter leur coeur, ce qui les ammènerait peut-être à un rapport plus aimant et affectueux avec la vie dans ses multiples formes.


gene2003
24 février 2010 - 0 h 00 min

Merci de votre article qui nous dévoile comment on détourne les lois en France pour nous faire régresser dans la sauvagerie.
Les traditions quand elles sont cruelles n’ont pas a être poursuivies dans un pays qui, comme le nôtre se dit civilisé. La cruauté est de la cruauté; la religion n’a pas a promouvoir la cruauté!! c’est le contraire de son rôle!


lupus
24 février 2010 - 0 h 00 min

Inutile de pointer l’Islam du doigt. C’et la consommation de viande dans son ensemble et le traitement infligé aux animaux qui sont dégueulasses.
Aujourd’hui on parle de viande halal parce que Quick fait l’actualité mais il n’y a pas si longtemps c’est les abattoirs Charal qui se distinguaient dans l’horreur infligée aux animaux. De plus au moment des fêtes la plupart des bons petits chrétiens ne refusent pas de bouffer leur pâté au foie gras tout en critiquant la religion d’à côté.
Méfions-nous des mangeurs de viande (chrétiens, musulmans ou autre) leur cruauté, leur appétit sanguinaire et leur mépris du vivant sont sans limites.


thylacine
25 février 2010 - 0 h 00 min

Lupus, tu dit qu’il ne faut pas pointer du doigt l’islam (ni aucune religion) et tu pointes du doigt les « mangeurs de viande », te comportant ainsi toi-même comme un adepte de religion intolérant. Manger de la viande n’est pas « mal » en soi, à ce que je sache! Ou alors il faut argumenter… Mais je suis d’accord avec toi bien sûr que l’élevage des animaux pour l’alimentation est généralement pratiqué de façon ignoble, et que le halal n’en est qu’un aspect…


Boz
25 février 2010 - 0 h 00 min

Quelle que soit son origine (types d’élevage, transport, extermination), il n’y a pas de quoi être fiers de notre apartenance au genre humain.

En effet, rien d’ dans tout cela.

Au lieu de s’offusquer stérilement (il y a matière à s’offusquer), mangez moins de viande. Vous ne vous en porterez que mieux !
Ou n’en consommez plus du tout : en plus des nombreux pb de santé dues aux graisses animales, votre porte-monnaie vous dira merci !

Et les animaux maltraités aussi !


Boz
25 février 2010 - 0 h 00 min

Cette action supposée commerciale n’est autre qu’un petit pas (en arrière) pour l’animal et un grand pas (en avant) pour… l’islamisme !

Mais ça, on l’accepte, en France !


humanité
25 février 2010 - 0 h 00 min

Il ne faut pas seulement s’indigner et passer à autre chose. Comme pour beaucoup de sujets IL NOUS FAUT AGIR. Vous pouvez notamment vous manifester auprès de QUICK localement et/ou auprès de la direction. Pour cela, par exemple, vous pouvez aller sur le site de http://WWW.PMAF.ORG
Le problème est complexe et couvre plusieurs sujets (religion, culture, communautarisme, souffrance animale, éthique, végétarisme …) aujourd’hui le plus urgent est de décider que nous devons apprendre de nos actions passées et qu’au lieu de régresser nous devons décider que LA SOUFFRANCE ANIMALE ET LA SOUFFRANCE HUMAINE = MEME COMBAT ! le spécisme est intolérable et dans le passé il a conduit à traiter les noirs, les femmes … comme des êtres eux-aussi à part. Tout cela est un résumé bien sûr ! pour ma part je suis végétarienne (cela a pris longtemps pour sauter le pas, mais une fois que cela est fait, cela va vite, c’est une profonde réflexion. Toujours dans la tolérance, mais dans la pédagogie.) Je n’impose à personne mais il faut agir et faire savoir. A chacun de savoir ensuite ce qu’il veut pour l’avenir et celui de ses enfants. Ne nous trompons pas ces faits qui semblent anodins et sans lien entre eux, ne sont pas anodins et sont reliés. Nous devons agir sur beaucoup de fronts et aujourd’hui c’est  » ARRETONS DE FAIRE SOUFFRIR INUTILEMENT (C’EST POSSIBLE) « , simplement pour que des gens se mettent plein d’argent dans les poches sur votre dos, ou pour avoir main-mise sur nos cerveaux. Les lois existent et sont mal appliquées dans beaucoup de domaine mais attention au final C’EST VOUS QUI EN SOUFFIREZ POUR DE NOMBREUSES RAISONS. Bon allez je vous lâche !


thylacine
25 février 2010 - 0 h 00 min

Voilà un sujet qui suscite de nombreuses réaction! Sujet chaud, on dirait…
Je voudrais mettre mon grain de sel sur l’idée d’AGIR. Cela ne veut rien dire d’opposer « ceux qui agissent », et « ceux qui sont passifs » face à une situation. Personne n’est passif! Chacun de nos gestes, chacune de nos actions quotidiennes sont agissants, et ont des conséquences que nous devons évaluer… Ils nous faut donc évidemment effectuer chacun de nos actes en endossant notre totale responsabilité. Et pour le faire aussi judicieusement que possible, il nous faut nous informer, encore et toujours, et nous remettre en question, à chaque instant. Dur travail! Le prix de l’honneur…
Ce site y contribue, un peu, avec ceux qui s’y expriment…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
60

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS